Mon compte Devenir membre Newsletters

Seulement 37% des Français sont confiants dans l'usage d'Internet

Publié le par

Les Français sont globalement peu confiants envers les acteurs du Web. C'est une tendance à la hausse qui ressort du baromètre Harris Interactive sur la confiance des Français dans le numérique. Quelles sont les raisons de cette défiance et comment y remédier? Éléments de réponse.

Seulement 37% des Français sont confiants dans l'usage d'Internet

Problématiques de confidentialité, de sécurité... 87% des internautes interrogés affirment qu'ils sont conscients des risques encourus sur le Web mais qu'ils ne peuvent pas s'en passer. C'est ce qui ressort du baromètre Harris Interactive sur la confiance des Français dans le numérique, publié en octobre 2016. Toutefois, ils se montrent plus confiants qu'en février 2015 (date du dernier baromètre) à l'égard de l'e-administration (à 75%, +8 points), de l'e-commerce (58%, +14 points), de la consommation collaborative (55%, +11 points) et des services cloud (41%, + 6 points). Pour Harris Interactive, usage et confiance vont donc de pair. Plus un service est utilisé, plus il suscite la confiance chez l'internaute car celui-ci s'y habitue et ne se pose plus la question de la sécurité. Ce raisonnement ne vaut toutefois pas pour les réseaux sociaux, dont l'usage est toujours élevé mais auxquels les utilisateurs se fient peu (28% se disent confiants, c'est 15 points de moins qu'en février 2015).

Malgré le peu de confiance inspiré par le Web, les Français se connectent de plus en plus via leur smartphone (53%, soit 18 points de plus qu'en 2015) et utilisent de plus en plus d'objets connectés. 17% en sont aujourd'hui équipés et privilégient les montres, les bracelets connectés, la domotique et les appareils destinés à recueillir leurs données de santé. Les consommateurs mesurent mal l'impact que ces objets peuvent avoir sur leur vie privée, ce qui explique leur défiance à l'égard de l'utilisation commerciale de leurs données personnelles.

Une défiance notable à l'égard des données récoltées à des fins publicitaires

Interrogés sur leur perception du stockage des données des objets connectés, 54% se disent gênés par le fait que les données collectées par ces appareils soient stockées sur Internet. Surtout, il s'avère que les personnes interrogées ne savent pas vraiment où sont stockées ces informations. 38% pensent qu'elles demeurent sur le smartphone ou la tablette associé, 24% en ligne sur une plateforme dédiée, 22% sur l'objet lui-même (16% disent ne pas savoir).

Côté réseaux sociaux, 84% des internautes pensent que les plateformes sociales utilisent leurs données pour leur adresser des messages publicitaires personnalisés. 81% sont gênés par cette pratique, voire très gênés (33%). Et à la question "êtes-vous intéressés par des offres promotionnelles pushées grâce à la géolocalisation?", 59% déclarent ne pas être intéressés et 30% pas du tout.

Enfin, 68% de sondés sont soucieux des données personnelles collectées sur les moteurs de recherche (historique, sites visités...) et 83% trouvent que la pression commerciale sur Internet atteint un niveau de plus en plus insupportable (pop-up, mail publicitaire). Les stratégies d'évitement des internautes sont donc de plus en plus nombreuses et fréquentes: suppression régulière des cookies (48%) et des caches (36%), bloqueurs de publicités (34%), fausses informations dans les formulaires (21%), les pratiques étant cumulables...

Quels sont les freins identifiés à la confiance?

Quand on demande aux internautes ce qui les freine dans leur capacité à faire confiance à un site, 45% répondent qu'ils craignent que leurs données personnelles puissent être consultées par quelqu'un d'autre, 22% redoutent l'usurpation d'identité, 11% l'utilisation des données à des fins commerciales. Inversement, un site populaire (marque, entreprise), des labels de confiance, les avis des autres internautes et des garanties techniques de sécurité provoquent un sentiment de confiance immédiat.

Enfin, le premier frein identifié concernant l'usage d'un site est le piratage des données (47%), suivi d'une mauvaise qualité de service (29%). En revanche, ils sont encouragés à utiliser un site s'ils y trouvent une charte d'engagement sur l'exploitation des données personnelles (27%) et se montrent sensibles à la popularité du site ou de la marque, la recommandation, les labels de confiance et les garanties techniques de sécurité.

Méthodologie: 1037 personnes ont été interrogées par Harris Interactive du 19 au 26 septembre (panel représentatif des internautes Français âgés de 15 ans et plus).