Mon compte Devenir membre Newsletters

Soldes d'hiver : 25 millions de Français attendus en ligne

Publié le par

Une enquête CSA et la Fevad fait le point sur les intentions des internautes à l'occasion des soldes d'hiver, débutées aujourd'hui. Un document qui place 2016 dans la droite lignée de 2015, à quelques détails près...

Soldes d'hiver : 25 millions de Français attendus en ligne

Premier grand rendez-vous commercial de 2016, les soldes d'hiver qui commencent aujourd'hui devraient voir près de 25 millions de consommateurs français converger sur la toile pour chasser les bonnes affaires à l'occasion de ces 6 semaines de ventes promotionnelles. Un chiffre, issu d'une enquête menée par l'institut CSA pour la Fevad qui place la nouvelle année dans la lignée de celle qui vient de s'achever... ou presque.

Si, dans les grandes lignes, la proportion des cyber-shoppers ayant l'intention de participer à cet évènement est identique pour les deux années : 7 sur 10; dans le détail la part de ceux qui prévoient d'aller jusqu'au bout de leur parcours client en faisant leurs achats soldés en ligne accuse une légère baisse. Ils sont en effet 59% en 2016 contre 61% l'année dernière. Une constante : les femmes continuent à former le gros de ce contingent. 63% des cyber-consommatrices interrogées tombent ainsi dans cette catégorie - contre 65% l'année dernière. Les hommes, eux, sont crédités d'un taux d'intention d'achats à hauteur de 54% - contre 57% en 2015.

Un budget prévisionnel en légère baisse

A hauteur de 184 euros, le panier moyen annoncé pour les soldes d'hiver 2016 est 4 euros en dessous des estimations faites pour 2015. Une érosion qui se fait encore plus marquée si l'on élargit le champ de vision pour comparer ce résultat à celui de 2014, où il se chiffrait toujours selon la même source à 207 euros. En 2 ans, c'est plus de 20 euros qui s'envolent du budget consacré par les cyber-shoppers français aux achats des soldes d'hiver. En cause : les "inactifs" (retraités, femmes ou hommes au foyer, étudiants, invalides détaille l'enquête) qui ensemble font chuter la moyenne.

De plus en plus de devices

L'étude souligne par ailleurs la percée continue des smartphones et les tablettes. Crédités d'un taux d'utilisation lors des soldes 2016 de respectivement 38% et 37%, ces deux devices ont gagné 8 points et 3 points en 1 an, et plus de 10 points en deux ans. Une popularité croissante qui, essor des parcours achats cross-devices oblige, ne menace en rien le règne de l'ordinateur, toujours indétrônable à la tête du classement des outils les plus plébiscites par les cyber-acheteurs. 79% d'entre eux comptent préparer ou finaliser leurs achats pendant les soldes d'hiver via ce dernier. A titre indicatif, ils étaient 75 en 2015. Sans surprise, l'étude souligne néanmoins que le smartphone doit sa belle progression à l'indéfectible soutien des plus jeunes. 53% des 18-24 ans et 54% des 25-34 ans envisagent de préparer les soldes ou faire des achats soldés via ce terminal contre 38% de la totalité des cyber-acheteurs, toutes tranches d'âge confondues.

Économies, gain de temps et quête de solitude...

Les raisons citées par les cyber-acheteurs pour préférer les sites marchands aux magasins physiques à l'occasion des soldes réservent, elles, plus de surprises. A 58%, c'est le facteur coût qui est mis en avant par les cyber-acheteurs. Suivent le gain de temps associé au fait de ne pas avoir à se déplacer (54%), et enfin la volonté d'éviter la foule des magasins (51%). En 2014, ce dernier faisait figure de levier principal d'adoption du e-commerce par les internautes en quête de bonnes affaires, qui étaient 66% à l'invoquer.

Méthodologie : L'enquête a été réalisée en ligne du 25 décembre 2015 au 30 décembre 2015 auprès d'un échantillon représentatif de 1 000 e-acheteurs français (c'est-à-dire toute personne ayant au moins déjà réalisé un achat sur Internet) de 18-74 ans constitué d'après la méthode des quotas (sexe, âge, CSP, région, fréquence d'achat en ligne). Les résultats sont redressés afin d'être représentatifs du profil des e-acheteurs français.