Mon compte Devenir membre Newsletters

[Étude] Le sens de la fête se cultive aussi en ligne

Publié le par

Les Français dépenseront en moyenne 261 euros cette année pour Noël, selon une étude publiée par eBay. Une somme de plus en plus dépensée on line y compris via des marketplaces.

Arthur Rackham, A Christmas Carol

Arthur Rackham, A Christmas Carol

La course aux cadeaux commence dès le mois de novembre pour près d'un Français sur deux. C'est l'un des enseignements de l'étude annuelle consacrée à Noël, publiée par la plateforme eBay et réalisée par Kantar TNS auprès de 2283 internautes du 12 au 16 octobre 2017. De même, les consommateurs apparaissent prévoyants concernant leur budget cadeaux: 40% d'entre eux envisagent de dépenser plus de 300 euros, tandis que 26% pensent dépasser 400 euros. La moyenne s'établit à 261,27 euros, soit 14 euros de plus que l'année dernière, pour sept destinataires.

Les plus généreux sont, sans surprise, les familles avec enfants (293 euros) et les seniors (283 euros). EBay relève une tendance au recyclage qui touche un consommateur sur dix: ces Français affirment avoir déjà revendu des biens pour pouvoir acheter un présent. Une pratique qui permettrait de récolter environ 88,19 euros pour financer les fêtes.

Des régions plus généreuses que la capitale

Le montant des présents varie en fonction des régions. Ainsi, si la Provence Côte d'Azur arrive en tête avec 289,84 euros de dépense moyenne, ce sont la Normandie, le Centre et la Bourgogne Franche-Comté qui offrent le plus de paquets (dix en moyenne, contre huit dans les régions les moins généreuses, parmi lesquelles figure l'Ile-de-France).

Par ailleurs, la vente en ligne continue sa percée. 60% des Français envisagent de faire leurs achats sur le Web pour les fêtes de fin d'année, soit une augmentation de 7% par rapport à 2016. Les places de marché sont plébiscitées pour leurs prix bas, raison invoquée par 46% des sondés, et la disponibilité d'articles introuvables ailleurs. Ainsi, la seconde main ne rebute pas les acheteurs: près d'un tiers a déjà offert un objet acheté à un particulier, tandis que 49% se déclarent prêts à choisir un bien qui aurait déjà eu un propriétaire.