Mon compte Devenir membre Newsletters

Baromètre Raffour Interactif : " Le tourisme est fait pour l'e-commerce ! "

Publié le par

Le Baromètre Raffour Interactif est sorti. Pour sa 13ème édition, cette étude qui mesure les principaux indicateurs français de l'e-tourisme atteste du poids croissant de ce dernier dans l'industrie du tourisme. Décryptage avec Guy Raffour, fondateur de l'agence éponyme.

Baromètre Raffour Interactif : ' Le tourisme est fait pour l'e-commerce ! '

Que dit le baromètre du poids du tourisme dans l'e-commerce en 2014 ?

En 2014, le montant global des transactions réalisées intégralement en ligne dans le domaine du tourisme de loisir s'élève à 13 milliards d'euros. Un chiffre qui confirme que l'e-tourisme est le premier secteur du e-commerce, comme l'a reflété récemment le palmarès des Trophées E-commerce. Et pour cause, le tourisme est fait pour l'e-commerce ! Avis en ligne, diaporamas, vidéos... l'offre exponentielle de contenus digitaux sur Internet aide le prospect à se projeter. Avant le voyage réel, il procède ainsi en quelque sorte à un voyage virtuel. C'est le cas pour les 71% des français partis en 2014 qui ont fait leurs préparations de voyage en ligne. Ils n'étaient en 2004 que 30% à en faire de même. 45% des Français partis en voyages ont acheté des prestations dédiées sur Internet en 2014. Contre 13 % en 2004. En dix ans, le nombre de Français concernés a ainsi augmenté de 10,9 millions.

Quelles sont les attentes de ces e-touristes ?

Partir en voyage est pour les Français un " besoin vital " auquel ils consacrent en moyenne, pour leur voyage annuel principal, un budget de 2000 euros - soit approximativement le revenu mensuel moyen d'un foyer. Une somme conséquente qui explique qu'ils soignent leurs recherches en ligne. Leur motivation est double : rechercher le meilleur rapport qualité prix et " amortir " l'effort financier qu'ils font. Conséquence directe de ce temps passé en ligne : les e-touristes sont de plus en en plus experts. C'est le cas de 29% d'entre eux en 2014. Ils savent comparer l'offre en s'appuyant sur des informations officielles émanant de sites Internet de prestataires ou d'intermédiaires mais aussi sur une masse d'informations officieuses - en chef lieu : les avis d'internautes. Fini l'époque où l'on choisissait un voyage dans une brochure. L'heure est à la personnalisation. Pour les acteurs du tourisme, cela représente un grand défi qui passe par le déploiement de CRM. Il leur faut concevoir leur offre comme une multitude de niches.

Quid de l'évolution du m-commerce ?

En 2009, seuls 4% des Français concernés par le tourisme de loisir utilisaient leur smartphone ou une tablette pour préparer ou réserver leur voyage. En 2014, ils étaient 32%. Soit une progression de 9,4 millions de français en 5 ans. Ces devices sont notamment utilisés pendant le voyage pour de la recherche d'information en temps réel : consulter la météo, les horaires d'ouverture d'un établissement, son plan d'accès... En tant que canal d'achat, ils servent pour des transaction " sèches " à savoir ponctuelles et précises : un billet de train, un vol, une nuit d'hôtel.. Le gros des réservations faites en amont sont elles effectuées sur sur ordinateur. Cela s'explique par le caractère anxiogène du passage à l'acte lors de la réservation qui nécessite d'être au calme, chez soi...

Le Baromètre e-tourisme Raffour Interactif en chiffres :

62 % des Français sont partis en 2014. Soit 32,9 millions de personnes.

71 % des Français partis ont consulté Internet pour préparer leur séjour en 2014. Soit 23,2 millions de Français.

Parmi eux, 29 % se considèrent plus " experts

45% des Français partis en 2014 ont réservé tout ou partie de leurs séjours de loisir sur Internet en payant intégralement en ligne. Soit 14,8 millions de Français.

32% des Français partis ont utilisé leur smartphone pour leurs séjours de loisir, que ce soit pour la préparation des séjours ou la réservation

Etude Baromètre issue d'un terrain face à face à domicile par enquêteurs professionnels, auprès d'un échantillon de 1035 Français réprésentatifs par la méthode des quotas croisés, réalisé en janvier et février 2015.