Mon compte Devenir membre Newsletters

[International] L'Estonie veut attirer les e-commerçants

Publié le par

Censé prendre effet en décembre prochain, le programme "10 millions d'Estoniens" propose aux acteurs du e-commerce de tous horizons une carte de "e-résidence".

[International] L'Estonie veut attirer les e-commerçants

L'Estonie, prochaine super puissance du e-commerce ? C'est en tout cas l'ambition du pays qui annonce le lancement d'un programme permettant aux acteurs de l'économie digitale, et notamment les e-marchands, d'acquérir une carte de e-résidence. Quoique ne donnant pas droit à la citoyenneté estonienne, ce sésame, dont les premiers exemplaires seront distribués en décembre, donnera accès à " une multitude de services publics et privés permettant de faire de faire des affaires dans le pays à moindre coût " rapporte le site de Business Insider UK. Seules conditions : avoir l'intention d'être actif économiquement en Estonie et... payer 50 euros.

Baptisé " 10 millions d'Estoniens ", ce programme concrétise la volonté du gouvernement local de faire du digital la " marque de fabrique " du pays.

L'e-Estonie, paradis du digital ?

" Les services électroniques font partie du quotidien des citoyens estoniens : e-élections, e-impôts, e-police, e-santé, e-banque et e-école. Le préfixe " e " est presque devenu banal dans le domaine des services tant il s'est généralisé " peut-on lire sur le site Internet de l'Ambassade d'Estonie à Paris. Qui revendique, de fait, un nouveau nom pour le pays : e-Estonie.

Patrie mère de Skype, le pays a pourtant du mal à embrasser le e-commerce. En 2013, le pays comptait 0,2 millions de e-shoppers (sur une population de 1,3 millions) dépensant, en moyenne, 542 euros annuels en produits achetés en ligne selon une étude menée par Ecommerce Europe. Des chiffres attribués par le site Internet Estonian News à un problème précis. "Les e-marchands Estoniens pâtissent d'un manqué de confiance de la population, dû à la présence sur le marché d'acteurs frauduleux" rapporte le media. Qui explique que nombre de produits achetés en ligne proviennent donc d'acteurs étrangers.