Mon compte Devenir membre Newsletters

Technologie : quelle évolution pour quel impact ?

Publié le par

A l'occasion de la conférence Think With Google 2015, la firme a invité Peter Hinssen, auteur et serial entrepreneur, à livrer sa vision de l'impact des technologies sur le rapport des entreprises avec les consommateurs.

Technologie : quelle évolution pour quel impact ?

"Think With Google", la conférence du géant de l'Internet vouée à sensibiliser les marques et leurs agences sur le comportement des consommateurs, s'est déroulée lundi 7 septembre au sein de la Maison des Métallos (Paris XIe). Face à une assemblée de dirigeants et de professionnels du marketing triés sur le volet, Peter Hinssen, écrivain, conférencier et serial entrepreneur, a présenté sa vision de la manière dont les technologies influent sur les comportements de consommation.

Né en 1969, Peter Hinssen, a connu les premiers ordinateurs grand public, du fabricant Amstrad, et a rêvé d'une forme d'avenir en regardant "Retour vers le futur", un film sorti en salle en 1989 dont le héro voyage dans le futur a bord d'une voiture à la date du 21 octobre... 2015. Au programme : voitures volantes, hoverboard, reconnaissance d'empreintes digitales, etc. "Le futur c'est maintenant, préparez vos agendas et voyez ce qu'il se passe le 21 octobre prochain", s'amuse-t-il devant une salle comble, conquise par des souvenirs d'enfance partagés.

Selfie le plus retweeté de l'histoire, plus de 3 millions de retweets

Ce passionné de technologies dresse un constat clair des évolutions sociétales : "Les technologies se sont rapidement améliorées ces 20 dernières années, et ça va continuer à s'accélérer". Smartphones, tablettes, objets connectés... "Désormais, tout le monde ou presque, est à l'aise avec les technologies". Et dans le même temps, de nouveaux phénomènes voient le jour. Adieu les briquets allumés pendant les concerts, désormais, les smartphones filment les prestations scéniques. Terminé les photos de groupe, elles sont remplacées par les 'selfies' : sportifs, acteurs, même le Pape François ou la Reine d'Angleterre Elizabeth II, n'y échappent plus. Le selfie devient légion.

La nomophobie, symptôme de l'hyper-connexion

Pis encore, la vie hyper-connectée prend peu à peu le dessus, et les enfants sont en première ligne : "c'est l'avènement de la 'touch screen generation', et la manière dont les adultes utilisent les technologies pour communiquer est déjà très différente de celle des adolescents". Aux États-Unis, 60% des Américains prennent et consultent leur smartphone au lit, avant de dormir. Le lien entre les smartphones et leurs propriétaires est renforcé. Et le phénomène n'est pas sans risques. Certains utilisateurs développent de nouvelles peurs, irrationnelles pour certaines, comme la nomophobie, contraction de "no mobile-phone phobia". Autrement dit, la crainte d'être séparé de son mobile.

Mais le succès des technologies est étroitement lié à celui des réseaux sociaux. Facebook, Twitter, Snapchat..."Ce n'est plus l'ère des technologies, c'est l'ère des réseaux. Autrefois, les marques utilisaient les médias comme la télévision ou la radio pour communiquer auprès de leur cible. Ce schéma est en train de changer, car les réseaux viennent disrupter les médias. Il est donc capital de comprendre le langage des réseaux". La disruption est partout, elle s'immisce dans tous les secteurs, et la figure de proue de cette tendance est la Silicon Valley. "Il y a quelques années, tout le monde pensait que la Silicon Valley était le haut-lieu de la technologie". Aujourd'hui la Silicon Valley est le lieu où naissent les acteurs de la disruption des marchés traditionnels. "Les organisations doivent s'adapter à cette réalité". Au risque d'être disruptées à leur tour. Pour y parvenir, Peter Hinssen propose trois conseils : Penser comme une start-up, innover comme un réseau, apprendre le langage des réseaux". A bon entendeur.