Recherche
Se connecter

La blockchain au service du retail

Publié par le - mis à jour à
La blockchain au service du retail
© spainter_vfx - stock.adobe.com

Pour un distributeur, constituer une blockchain permet de disposer d'une base de données contenant toutes les informations relatives à un produit, et donc de garantir une traçabilité sans faille. Un aspect logistique indispensable au vu des derniers scandales sanitaires.

  • Imprimer

2 décembre 2017 : les autorités sanitaires françaises annoncent le rappel de 12 lots de lait infantile en raison d'un risque de présence de germes de la salmonelle. Huit jours plus tard, un retrait massif des lots est demandé par l'État. Ce qui a commencé comme une banale histoire de rappel alimentaire, une situation finalement assez courante dans la Grande Distribution, a finalement débouché sur une remise en cause du groupe laitier numéro 1 au monde, Lactalis.

Dès lors, les répercussions sur les distributeurs ont été multiples. Au contact direct avec le client final, les retailers ont dû prendre les mesures nécessaires d'arrache-pied. Mais quand des millions de produits sont brassés quotidiennement, comment retrouver précisément les produits concernés ? En l'occurrence, malgré le rappel de 894 boîtes pour certaines enseignes, les grands distributeurs français ont tout de même reconnu avoir vendu des produits contaminés.

Certes, le laboratoire chargé de veiller au respect des normes sanitaires au sein de l'usine devra rendre des comptes, mais qu'en est-il du système d'informations qui chapote l'ensemble de la chaîne logistique ?

La traçabilité, clé de voûte d'une chaîne logistique contrôlée

Malgré la digitalisation accélérée constatée chez les distributeurs de tous les secteurs, de nombreux acteurs se révèlent difficilement capables de contrôler leur chaîne logistique et de tracer les produits de leur production jusqu'à l'après-vente. En cause ? La complexité d'un système réparti sur de multiples applications et SI silotés qui gère une grande variété de référentiels.

Regardons du côté amont de la chaîne logistique. De la gestion de la production et de la planification des lignes à la gestion des stocks, entrepôts et transporteurs, différents acteurs et SI interviennent. Une multitude d'outils brasse une multitude de données qui ne sont souvent ni harmonisées ni rationnalisées. De fait, le distributeur doit assurer la traçabilité de ses produits et garantir une homogénéisation des différentes identifications produits (code fabrication, stockage, transport...) jusqu'à la phase d'après-vente. C'est là que réside tout le challenge !

En aval de la chaîne, on retrouve pour un même article, plusieurs codes EAN (" European Article Numbering ", le fameux code-barres). Ainsi, une bouteille de soda est rattachée d'une part à un code EAN spécifique, quand elle est vendue unitairement, et d'autre part également à un
autre code EAN spécifique au pack si elle est vendue en groupe. Dès lors, tracer un produit fini unitaire devient très difficile.

La Blockchain comme vecteur de traçabilité

À l'origine issue du monde de la finance, la Blockchain est, selon la définition de Blockchain France, une " technologie de stockage et de transmission d'informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle ".

Pour un distributeur, constituer une Blockchain permet de disposer d'une base de données contenant toutes les informations relatives au produit, dont notamment les référentiels. Il s'agit d'une base de données accessible à tous les acteurs de la chaîne de production, de transformation et de distribution, voire parfois même au client final.

C'est notamment le cas de Carrefour qui, via la mise en place d'un flashcode sur l'emballage de ses produits, permet à ses clients de retrouver tout le parcours de ce dernier. Ainsi, en flashant le code du "poulet d'Auvergne Filière Qualité Carrefour", l'identification de chaque acteur de sa production, transformation et distribution est rendue possible via une application disponible sur Smartphone.

La mise en oeuvre de la Blockchain permet à Carrefour de répondre à deux enjeux cruciaux :

  • Permettre une vision globale et détaillée sur sa chaîne logistique pour assurer la traçabilité des articles de façon unitaire,
  • Permettre au client final de retrouver l'origine de son produit et lui garantir une transparence accrue.

Avec la Blockchain, on s'éloigne d'une vision silotée amont / aval de la chaîne logistique. Cette technologie permet d'envisager la logistique dans sa globalité, tout en maintenant un niveau de détails précis : on raisonne en article unitaire et non plus en " lot " ou " groupe " d'articles.

Un distributeur qui ne peut garantir une réponse claire quant à la provenance et la localisation de ses produits doit revoir la digitalisation de sa chaîne de valeur et privilégier un SI back office solide à une multitude d'applications front. Si la mise en oeuvre de la blockchain permet un contrôle de la donnée inégalé, elle nécessite, d'un point de vue client, une obligation de longue date.

Manon Tezenas du Montcel, consultante mc2i groupe

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet