87,5 % des cyberconsommateurs français n'ont jamais acheté sur mobile

Publié le par

Les cyberacheteurs britanniques ont plus d'appétence pour les applications que leurs homologues français, selon Yuseo.

87,5 % des cyberconsommateurs français n'ont jamais acheté sur mobile

Yuseo a mené une étude auprès de plus de 13 000 cyberacheteurs en Grande Bretagne (janvier 2012) et 12 000 cyberacheteurs en France (mars 2012) concernant leur retour d’expérience sur le canal mobile et leurs achats. À ce jour, 87 % des cyberconsommateurs britanniques et 87,5 % en France n’ont jamais utilisé leur mobile pour leurs achats. « La première différence s’opère sur la nature des achats qui peut refléter une forme de maturité respective des deux marchés », explique Yuseo : parmi les cyberacheteurs ayant acheté avec leur mobile 76 % des britanniques ont acheté des produits contre 66 % en France. En revanche, 53 % des cyberacheteurs français ont utilisés leur mobile pour l’achat de services contre 40 % au Royaume-Uni.

Le potentiel de pénétration à court terme tendrait à mettre en évidence que les différences restent minimes entre les deux pays : parmi ceux qui n’ont jamais utilisé à ce jour leur mobile en lien avec leurs achats, 72 % des cyberconsommateurs anglais se déclarent susceptibles d’utiliser à court terme leur mobile pour effectuer leurs achats contre 65 % en France.

La maturité du marché anglais en termes de commerce digital tendrait à transparaître par l’image que les consommateurs ont des applications mobiles. Pour les cyberacheteurs ayant déjà acheté via leur mobile, 52 % au Royaume-Uni considèrent qu’une application mobile a un impact positif sur l’image de l’enseigne, contre seulement 22 % en France.

Si les cyberconsommateurs s’accordent de part et d’autre de la Manche sur le fait que le mobile est utile pour comparer avant d’acheter en magasin (20 % au R.U. et 18 % en France) leur attitude face aux applications diffère. En effet, seulement 12 % des cyberacheteurs français ayant déjà acheté via leur mobile préfèrent acheter à partir d’une application dédiée, contre 32 % au Royaume-Uni.

Les attentes des nouveaux consommateurs dans un monde multi-connecté

Plus de 1 000 drives en France