Mon compte Devenir membre Newsletters

Voyages-sncf.com prend (vraiment) le train du collaboratif

Publié le par

Le site de voyages devient partenaire d'Airbnb. Une alliance stratégique parmi d'autres qui prouve la pertinence d'un ancien adage dans le contexte de l'économie digitale : l'union fait la force.

Voyages-sncf.com prend (vraiment) le train du collaboratif

A l'heure de la prise de pouvoir de l'usager, au coeur du nouveau paradigme économique de l'ère 3.0, "l'erreur" commise par Voyages-sncf.com a quelque chose d'un symbole. Alors que le site premier site français d'e-tourisme devait faire une annonce demain mardi relative à son "nouveau business model avec les acteurs de l'économie collaborative" - dixit l'invitation envoyée à la presse, il a court-circuité sa propre communication en dévoilant quelques jours plus tôt l'information aux principaux intéressés : ses clients.

"Votre logement est vide ? Louez-le".

Vendredi dernier, les détenteurs d'un aller retour en train réservé récemment via le voyagiste online ont eu la surprise de recevoir dans leur messagerie électronique un message contenant une proposition inédite : "Votre logement est vide pendant votre voyage ? Devenez hôte Airbnb et louez votre logement pour financer votre voyage".

Une offre ; deux incentives

Réservée aux personnes n'ayant jamais mis en location leur bien immobilier via le site d'hébergement alternatif, cette offre doit son attrait à non pas un mais deux "incentives". En plus d'être logiquement rémunéré pour la location dudit logement, le consommateur concerné se voit offrir par Voyages-sncf.com une "escapade". Comprendre : un billet aller retour - ou deux aller simple - pour la destination de son choix, en France. Seule condition : avoir finalisé une première réservation via Airbnb d'un montant minimum de 200 euros avant le 29 février 2016.


"L'union fait la force"

Une semaine après le rapprochement de Boursorama et BlaBlaCar, le nouveau partenariat entre Voyages-sncf.com et Airbnb démontre la pertinence, dans le contexte d'une industrie digitale caractérisée par le danger de se faire uberiser, d'un vieil adage : l'union fait la force. Sauf qu'à stratégie identique, les objectifs peuvent différer.

Là où l'offre lancée par Boursorama et BlaBlaCar vise, pour l'un, l'accroissement du taux de notoriété et, pour l'autre, la fidélisation d'une clientèle déjà acquise, l'intérêt de chaque partie prenante de ce nouveau "binôme digital" réside ailleurs. Pour le transporteur en ligne, il s'agit ni plus ni moins d'entrer dans l'écosystème du tourisme collaboratif, avec lequel il est sinon en concurrence frontale. Airbnb gagne de son côté un appui sérieux pour légitimer son modèle économique longtemps disputé, notamment par la Mairie de Paris.

Plusieurs partenariats

Il ne s'agit pas pour autant du premier virage "collaboratif" pris par la SNCF. En juin 2015, le groupe a pris une participation majoritaire dans le capital de Ouicar, une start-up dédiée à la location de voitures entre particuliers. Autre acteur issu de la même mouvance : Kidygo, une start-up qui permet aux parents de faire accompagner leur(s) enfant(s) dans le train contre le paiement d'un billet de train à un adulte volontaire. Avec Airbnb, ces deux acteurs collaboratifs incarnent le nouveau visage collaboratif de Voyages-sncf.com, qui compte proposer leurs services à ses utilisateurs via des offres similaires à celle détaillée plus haut. Loin de vouloir seulement s'aligner avec les nouveaux standards du voyage low-cost qui disruptent le marché du tourisme, le site compte ni plus ni moins "inventer le voyage qui rapporte de l'argent" a confié son P-dg Franck Gervais à l'AFP.

"Inventer le voyage qui rapporte de l'argent"

A l'horizon 2019, le site de voyages envisage que son offre collaborative pourrait ainsi représenter 10% de son trafic chiffré à 7 M d'utilisateurs uniques par mois. Prudent, il teste d'abord ses nouveaux partenariats pendant plusieurs mois. A la clé, le "nouveau modèle économique" conçu autour de cette stratégie de groupe devrait reposer sur "la génération de trafic, d'audience" pour les partenaires" et, du côté de Voyages-sncf.com "l'apport de services au client" a précise encore Franck Gervais.