Mon compte Devenir membre Newsletters

DiaporamaLa publicité servicielle vue par Addiction Agency

Publié le par

À l'heure des ad blockers, l'avenir de la publicité réside dans sa capacité à sortir du "content snacking" pour acquérir une véritable dimension servicielle. Tour d'horizon des meilleures initiatives avec Benoist Husson, directeur de création de l'agence Addiction Agency.

La publicité digitale doit sortir du "content snacking"

La publicité a mauvaise réputation. À l'heure des logiciels d'ad blocking, 83 % des Français se disent exaspérés par la publicité, 24% utilisent des ad-blocks*. De même, trois secondes est le temps maximum conseillé pour capter l'attention des consommateurs. Au-delà ils auraient déjà mal au coeur. Une théorie intéressante est que la multiplication des écrans, que nous cherchons à alimenter coûte que coûte, a créé ce que nous appelons pudiquement "le content snacking". Et à force d'ingurgiter trop de contenus bon marché, les consommateurs ont fini par avoir la nausée.

Pour faire face à cette crise de foie, imaginons que la publicité devienne un produit comme un autre. Imaginons qu'on puisse donner presque autant de temps à une agence pour imaginer une campagne qu'à un ingénieur pour concevoir le nouveau hit product. Imaginons des binômes créatifs qui invitent dans leurs réflexions des ingénieurs, des chercheurs, des savants, des analystes... Une utopie illustrée par les quelques exemples ci-après qui redonnent du sens à la publicité, au service du quotidien des consommateurs.

* Étude menée par l'Institut CSA en 2016.

L'e-commerce alimentaire peine à trouver ses adeptes

Comment booster les ventes de l'e-commerce alimentaire?