Mon compte Devenir membre Newsletters

DiaporamaStorytelling, storyliving, storymaking : 3 tendances racontées par Sweet Spot

Publié le par

Car raconter des histoires, même contextualisées, au consommateur ne suffit pas toujours, bienvenue dans l'ère du storyliving, où l'on vit de véritables expériences, et dans celle du storymaking où le spectateur est appelé à interagir. L'agence Sweet Spot revient sur des exemples étonnants.

Le lancement enflammé de Deadpool (21st Century Fox)

L'agence Sweet Spot identifie qu'en mars 2015, la sortie sur les réseaux sociaux d'une simple image enflamme la Toile : Ryan Reynolds en costume de Deadpool est allongé sur une peau de bête devant un feu de cheminée. C'est le début d'une campagne marketing sans précédent. Tout commence par une classique apparition sur les Late Nights Shows américain (Conna O'Brien) pour promouvoir son trailer. Puis c'est une avalanche de contenus contextualisés pour Halloween, Noël, la Saint Valentin, l'Australian Day... Mais également une campagne "Touch Yourself" pour alerter sur les risques du cancer testiculaire, un partenariat avec l'équipe de Manchester United, des bilboards géants utilisant des émojis pour écrire le nom du film, un marathon de publicités uniquement dédiées à Deadpool sur plusieurs grandes chaînes nationales...

Mais là où Deadpool a pu exprimer toute sa créativité c'est sur les réseaux sociaux. Il drague sur Tinder, envoie des fausses pages de script retravaillées, crée ses propres emojis, alpague Wolverine (alias Hugh Jackman) sur Twitter... et répond à autant de fans que possibles avec la gouaille qui le caractérise.

Guillaume Le Gorrec, cofondateur de Sweet Spot

Publicité digitale : comment détecter la fraude ?

4 clés pour mieux collecter et qualifier ses contacts