Mon compte Devenir membre Newsletters

Gamned : “Un commerçant veut faire des ventes, pas du clic”

Publié le par

Quatre questions à Anthony Spinasse, VP sales de la société marseillaise Gamned, lauréate de l'Awards d'Or du salon E-commerce Paris 2012.

Gamned : “Un commerçant veut faire des ventes, pas du clic”

Comment avez-vous réagi, hier soir, à l’annonce des résultats des E-commerce Awards 2012 ?
Avec beaucoup de surprise, suivie de beaucoup de fierté. Nous connaissons quelques membres du jury, certains sont nos clients et ils ont très bien gardé le secret, si bien que ça nous a fait douter sur l’éventualité de gagner, ce que nous aurions pu deviner. Ce prix conforte un ensemble de bonnes nouvelles pour nous, à commencer par la levée de fonds de 1,5 million d’euros réalisée la semaine dernière et la croissance que connaît actuellement Gamned. Nous ne pouvons pas communiquer sur le taux exact, mais il s’agit d’une croissance à deux chiffres et un taux à trois chiffres pourrait même se profiler.

Comment allez-vous utiliser l’apport financier du fonds d’investissement personnel de Frédéric Chevalier ?
Nous allons principalement investir dans la R & D. Elle représente déjà un tiers de notre budget et sera amenée à prendre une part de plus en plus importante. Six ingénieurs travaillent au sein de la société, un chiffre qui va prochainement doubler. Le directeur général de Gamned est également en charge de la R & D. Nous sommes actuellement plus d’une trentaine de collaborateurs et des recrutements sont en cours.

Que proposez-vous aux e-marchands ?
Nous leur proposons soit des campagnes de branding, soit un accompagnement dans l’acquisition client, afin de les aider à chercher de la croissance, de leur apporter de la performance et beaucoup de learning sur le comportement des clients et des prospects. Nous allons définir des clusters en fonction des profils pour différencier les différents types de clients et de prospects. Un même e-commerçant peut avoir plusieurs univers. Nous allons leur proposer du cross selling, de l’up-selling et des coûts d’acquisition différents selon les univers. L’enjeu est d’adresser un message personnalisé en temps réel à la bonne personne et au bon coût.

En quoi la dimension “temps réel” est-elle importante ?
Avant, les optimisations se faisaient a posteriori. Il est maintenant possible de réadapter une campagne en temps réel et de choisir les bons emplacements, les bons sites, les bons messages, les bons internautes… En plus des data dont disposent nos clients, nous allons récolter une multitude d’informations pour connaître les profils des prospects et des clients et les différencier. Nos data analysts vont définir des profils types et chercher des profils jumeaux sur la Toile. La volonté d’un e-commerçant n’est pas de faire du clic, mais du lead ou des ventes. Nous allons donc les accompagner jusqu’à la vente et nous intéresser aux internautes qui transforment. Car un message important ne va pas forcément générer du clic mais peut avoir un impact sur l’internaute, qui reviendra sur le site via AdWords ou directement, après réflexion.