Mon compte Devenir membre Newsletters

Comment la recherche vocale va-t-elle impacter le SEO ?

Publié le par

Le déploiement de Google assistant, activé par simple commande vocale, représente un pas de plus dans l'adoption de cette technologie, notamment pour les recherches Google. On peut donc s'attendre à une transformation du format des requêtes de recherche et par conséquent à des impacts sur le SEO.

Comment la recherche vocale va-t-elle impacter le SEO ?

En août dernier, l'assistant personnel intelligent de la firme de Mountain View était déployé en France sur la majorité des smartphones compatibles. Pour l'activer, la commande vocale "OK Google" suffit, à la suite de laquelle l'assistant répond à toutes, ou presque toutes les questions. Il n'est ainsi plus utile de se servir du clavier pour passer un coup de téléphone, rédiger un SMS ou lancer une recherche sur Google. Une modification des habitudes qui devrait avoir des répercussions sur le search engine optimization (SEO).

Aux origines de la commande vocale

La commande vocale est une technologie relativement récente, même si le premier synthétiseur électronique fabriqué par AT&T Bell Lab apparaît dès 1936, et qu'au début des années 1980, la très célèbre "dictée magique" de Texas Instrument se retrouve sous de nombreux sapins de Noël.

Ce n'est réellement qu'à partir des années 2000 que ce que nous nommons aujourd'hui commande vocale sur nos smartphones prend réellement son essor, avec notamment Siri d'Apple en 2007 et le Google speak now en 2008. Aujourd'hui, le nombre d'acteurs a augmenté avec le développement des assistants personnels tels que Cortana sur Microsoft, Alexa d'Amazon, ou encore Bixby de Samsung, tous dotés de cette technologie.

Concrètement, la commande vocale est un système informatique, matériel et logiciel, qui permet d'analyser la parole captée au moyen d'un microphone pour la transcrire sous la forme d'un texte exploitable par une machine.

Toutes ces technologies sont capables d'améliorer leur compréhension du langage naturel grâce aux récents progrès réalisés en machine learning et à une meilleure reconnaissance vocale, comme l'a démontré une intelligence artificielle de Microsoft le 20 août dernier, en rattrapant l'humain sur ce sujet.

Un phénomène qui prend de l'ampleur

Les requêtes vocales représentent désormais 20% des recherches Google.

La grande majorité des smartphones permet aujourd'hui d'effectuer des recherches vocales, grâce notamment à la multiplication des assistants personnels, qui favorisent la généralisation de cet usage. Parler à son téléphone est devenu (presque) banal. Dans ce contexte, les recherches Google ne font pas exception. Portées par le mobile, les requêtes vocales représentent désormais 20% des recherches. Selon Google UK, en 2016, 42% des sondés utilisaient quotidiennement la recherche vocale, contre 25% il y a 4 ans, et 51% utilisent la recherche vocale et textuelle de manière interchangeable.

De nos jours, 83% des mobinautes considère que l'utilisation de la voix facilitera la recherche et 45% des sondés perçoivent la voix comme l'outil de recherche du futur.

La commande vocale a donc de beaux jours devant elle.

Quelles conséquences sur le SEO ?

En plus de commander des objets au sein d'une maison connectée, ou avoir une discussion ludique avec un assistant personnel, l'utilisation de la commande vocale a pour but de faire des recherches sur internet. Par essence, les recherches textuelles et vocales sont différentes et forcément, cela va entraîner un impact sur le SEO. D'ailleurs, on remarque que la recherche vocale est régulièrement citée comme priorité des stratégies SEO en 2017 (graphique ci-dessous).

  • Vers une conversation

La première conséquence concerne les modalités de requêtes. D'ordinaire unidirectionnelles et concises à l'aide de mots-clés, les requêtes vocales sont davantage tournées vers l'interaction, la conversation.

En effet, lorsque nous effectuons une recherche vocale, nous nous exprimons plus naturellement, comme si l'on s'adressait à une personne physique. Par conséquent, les requêtes s'allongent en passant de 3 mots-clés en moyenne à de véritables phrases, comprenant les mots d'interrogation tels que "comment", "où", "combien", etc. Les requêtes vocales sont donc davantage orientées longue traîne.

Côté stratégie SEO, les outils tels que Rank Tracker, outil de surveillance de mots et expressions-clés, permettront aux entreprises de développer un langage plus proche des schémas vocaux naturels utilisés lors d'une recherche vocale. Les entreprises devront donc adopter un ton plus conversationnel sur le site afin de saisir de manière plus précise les nuances de langages courants.

  • Des recherches "localisées"

Outre leur longueur, les requêtes vocales ont la particularité d'être bien plus locales que les recherches textuelles. D'ailleurs 22% des recherches vocales sont utilisées pour obtenir de l'information locale, c'est-à-dire autour de soi ou pour un endroit précis. Google avait déjà donné des indices de l'importance croissante de la localisation avec les algorithmes locaux Pigeon (2015) et Opossum (2016).

D'autres éléments viennent confirmer cette tendance. Par exemple, les utilisateurs mobiles recherchent souvent des informations tout en ayant leur géolocalisation activée sur leur smartphone. De plus, en facilitant grandement la recherche d'itinéraire, un tiers des recherches vocales seraient effectuées en voiture.

Les entreprises doivent donc dès à présent mettre leur fiche à jour sur les sites de "référencement locaux" en particulier la fiche Google Business, mais également Yelp ou encore Pages Jaunes, en intégrant les mots-clés que les utilisateurs chercheraient pour trouver leur entreprise.

La confirmation du "mobile first"

Enfin, n'oublions pas que 50% des internautes dans le monde utilisent un smartphone ou une tablette et que ces derniers sont généralement équipés de technologies permettant d'effectuer des recherches vocales. Avec plus de la moitié des requêtes de recherche provenant du mobile, l'importance d'adopter une stratégie "mobile first" ne cesse de croitre.

D'ailleurs, Google valorise depuis deux ans (avril 2015) les sites "mobiles friendly". Les recherches vocales se faisant sur mobile, il devient donc primordial de penser aux problématiques "responsive design".

Là encore les entreprises peuvent s'appuyer sur les techniques classiques (comme s'assurer que les fichiers JavaScript, les CSS et les images sont accessibles par Google Bot ou encore éviter les animations flash, etc.) mais également sur de nombreux outils comme par exemple le test mobile-friendly de Google (gratuit) ou Site Analizer, qui indiqueront si les pages web sont bien adaptées à la recherche mobile.

Les recherches vocales vont entraîner une évolution de la stratégie SEO. Les entreprises doivent donc prendre rapidement conscience de cette nouvelle pratique afin d'ajuster leur référencement en prenant en compte la dimension mobile, le caractère conversationnel de la requête et la localisation.