Recherche
Se connecter
Méthodologie

Chasser le temps stérile des réunions

Chapitre : Chasser le temps stérile des réunions

  • Publié le 30 nov. 2017
©

Chasser le temps stérile des réunions

10 chapitres / 0 fiches

Les deux ponts

Il était une fois un jeune ingénieur citadin dont le grand-père habitait la plaine fertile qui s'étendait de l'autre côté d'une rivière tumultueuse. Il lui fallait deux jours pour lui rendre visite et autant pour revenir chez lui. L'unique pont qui enjambait la gorge profonde se trouvait haut dans la montagne, à l'endroit où les eaux n'étaient encore qu'un mince torrent.

  • Grand-père, j'apporte une bonne nouvelle ! annonça-t-il un jour. Je vais pouvoir venir te voir plus souvent. L'assemblée de la cité a décidé de construire un pont en face de la ville, pour alimenter la population avec plus de régularité. J'en dirigerai la construction, ajouta-t-il fièrement.
  • J'en suis très heureux, mon garçon, se réjouit le vieillard.

Quelques semaines passèrent avant que le jeune homme ne fît à nouveau le voyage jusqu'à la plaine.

  • Ton ouvrage t'occupe beaucoup, dit l'aïeul en embrassant son petit-fils. Mais c'est un mal pour un bien. J'aurai bientôt le plaisir de te voir presque tous les jours.
  • Les travaux n'ont pas commencé, grand-père. Les magistrats de la ville m'ont demandé d'étudier un autre emplacement pour le pont, plus en amont mais aussi plus étroit.
  • Le chemin sera plus long et je te verrai moins souvent, remarqua le grand-père.
  • Certes, mais le pont sera plus facile à construire et terminé plus vite, répondit l'ingénieur.
  • Voilà qui est bien, dit le vieil homme en retrouvant son sourire.

Plusieurs mois s'écoulèrent avant que le vieillard n'eût la joie de serrer dans ses bras le fils de son fils.

  • Tu es venu en empruntant ton pont ! s'exclama-t-il en l'apercevant de loin.
  • Non, grand-père, avoua le jeune homme un peu gêné. Les autorités de la ville n'ont pas encore décidé du meilleur endroit pour le construire.
  • L'assemblée n'a-t-elle pas trouvé le temps de se réunir pour trancher cette importante question ? s'étonna le grand-père.
  • Au contraire, je suis invité toutes les semaines pour apporter mon expertise aux débats, raconta l'ingénieur. Mais aucune majorité ne s'en dégage.
  • Et toi, mon enfant quel est ton avis ?
  • Le grand pont en face de la cité sera plus long et coûteux à réaliser, expliqua l'ingénieur comme il l'eût fait devant les magistrats. Mais le confort des habitants des deux rives et le temps gagné lorsqu'il sera en service récompensera la patience de tous et l'argent investi.
  • Alors c'est ce qu'il faut faire, conclut le vieil homme.

Il attendit encore près d'un an le bonheur de revoir son petit-fils. En voyant sa mine fatiguée, il le prit doucement par les épaules et l'entraîna à l'intérieur de sa maison.

  • Ton ouvrage t'a épuisé, mon garçon. Viens, tu as mérité de te reposer. J'ai cueilli des fruits ce matin, ils te redonneront des forces.
  • Grand-père, soupira le jeune homme, la première pierre du pont n'est pas encore posée. L'assemblée n'en finit pas de débattre au sujet de son emplacement.
  • Je ne comprends pas, se désola le vieillard. Pourquoi les magistrats n'ont-ils pas suivi ton avis ?
  • Je ne suis pas entendu, grand-père. Chaque clan a son opinion et veut à toute force la faire admettre aux autres. Si bien que tout le monde parle en même temps et personne n'écoute.

Le vieil homme resta pensif un moment, préoccupé par la situation qui le tenait éloigné de cet enfant qu'il chérissait tendrement.

  • Combien de temps faut-il pour réaliser le grand pont ? demanda-t-il enfin.
  • Une année complète, grand-père, répondit l'ingénieur.
  • Et le petit pont plus en amont ?
  • Quatre mois suffisent, répondit le jeune homme.

Le vieillard réfléchit encore. Il semblait peser le pour et le contre de chaque solution, comme le faisaient les magistrats de la cité.

  • Depuis que tu m'as annoncé la décision de l'assemblée, tu aurais eu le temps de construire les deux ponts, déclara-t-il enfin.

Pascale Bélorgey