Recherche
Se connecter
Méthodologie

Gérer son temps selon sa personnalité

Chapitre : Gérer son temps selon sa personnalité

  • Publié le 30 nov. 2017
©

Gérer son temps selon sa personnalité

7 chapitres / 0 fiches

Le maître de peinture

Il était une fois un peintre dont la renommée dépassait les frontières du royaume. Aussi étrange que cela puisse paraître, son atelier ne comptait aucun élève. À ceux qui lui demandaient de leur apprendre son art, il répondait invariablement :

  • Je vous enseignerai les techniques, mais je ne ferai pas de vous des artistes.

Les jeunes apprentis entraient chez d'autres maîtres qui leur promettaient la gloire.

Un jour pourtant, il ouvrit sa porte à un jeune garçon au visage déterminé. Il tenait serrée dans ses bras une bourse pleine. Derrière lui, d'autres enfants plus jeunes levaient vers l'artiste des yeux remplis de curiosité.

  • Maître, déclara-t-il avec respect, je viens solliciter le bénéfice de votre enseignement, pour moi et mes frères.
  • Je ne ferai pas de vous de grands peintres, prévint le maître.
  • Je sais, répondit le garçon, notre père m'a prévenu de votre réponse. Mais c'est à vous qu'il a souhaité confier notre apprentissage. Nous avons obéi à ses dernières volontés et vendu son atelier de peinture pour pouvoir vous rémunérer, ajouta-t-il en tendant sa fortune au peintre.

Pendant plusieurs années, les enfants apprirent à broyer les couleurs, mélanger les pigments, reproduire les esquisses du maître, peindre les figures secondaires ou les détails d'un tableau. Certains étaient plus doués pour la ligne, d'autres pour marier avec subtilité les teintes ou encore accrocher la lumière sur la toile avec des effets de matière.

Un jour, le maître dut partir pour un long voyage. Il confia à chacun un tableau à réaliser pour son retour, en leur recommandant de mettre à profit son enseignement.

Lorsqu'il revint un an plus tard, son regard balaya les toiles de ses élèves.

  • Vous avez progressé dans la dextérité de votre technique, leur dit-il. Je reconnais dans les toiles de chacun un peu du savoir-faire des autres, appliqué avec soin...

Les apprentis, ravis, attendaient que le maître saisisse un pinceau pour apposer sa signature et consacrer leur réussite. Mais il n'avait pas fini.

  • Avec beaucoup de soin, reprit-il, mais sans grâce. Je ne signerai pas ces toiles. Elles ne sont pas dignes de l'atelier d'un artiste. Grattez-les entièrement. Je dois à nouveau m'absenter. Je vous laisse recommencer votre travail.
  • Maître, objecta l'aîné des garçons, nous n'avons pas réussi à produire des oeuvres qui vous satisfassent malgré notre bonne volonté. Comment pourrons-nous réussir sans vos conseils éclairés ?
  • J'ai une seule recommandation à vous faire, répondit le maître. C'est de ne plus imiter les autres. Vos connaissances sont désormais suffisantes. Ne cherchez pas à réaliser un travail parfait en tout point. Laissez s'exprimer votre coeur.

Un an s'écoula encore. Au retour du maître, les toiles de ses apprentis étaient alignées contre le mur de l'atelier. Les jeunes gens attendaient son verdict avec appréhension. Chacun avait fait selon ses talents. Les oeuvres étaient très différentes les unes des autres, et ne ressemblaient en rien à celles qu'ils avaient produites l'année précédente.

Le peintre les considéra un long moment. Il les saisit une à une, les scruta à la lumière avant de les reposer le long du mur.

  • Maître, apposerez-vous cette fois votre signature sur nos tableaux ? demanda enfin le plus jeune des frères.
  • Non, répondit le maître posément.

Les garçons se regardèrent, consternés.

  • Maître, reprit encore le jeune garçon d'une voix tremblante d'émotion, nous avons agi selon vos instructions. Nous avons mis tout notre coeur dans notre peinture...
  • Je ne signerai pas, coupa le peintre, parce que ce sont des oeuvres originales. Dans chacune d'elle affleure l'âme de l'artiste que vous êtes devenu. Ce sont vos oeuvres, c'est à vous de les signer.

Pascale Bélorgey