Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils du Mind Mapping
Chapitre I : Le mind mapping dans tous ses états

Fiche 14 : La carte de mémorisation

  • Retrouvez 22 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 1 déc. 2017
©

La boîte à outils du Mind Mapping

9 chapitres / 72 fiches

Mémoriser de l'information grâce à la carte de mémorisation


En résumé

La carte de mémorisation permet de retenir le maximum d'informations en un minimum de temps. Comme spécialiste de la mémoire, Tony Buzan a façonné la carte mentale pour qu'elle soit biocompatible avec le fonctionnement de notre mémoire.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

La carte de mémorisation sert à ancrer de l'information dans votre cerveau pour l'utiliser plus tard.

Contexte

La carte de mémorisation peut s'utiliser dans différents contextes :

  • apprendre un cours ;
  • prendre la parole en public ;
  • passer des concours de la fonction publique.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Focalisez-vous sur le centre de la carte.
  • Mémorisez les branches principales. Ainsi, vous disposez de la vue globale de votre cours.
  • Mémorisez le premier embranchement situé en haut à droite de la carte. Continuez à mémoriser les embranchements dans le sens des aiguilles d'une montre.

Méthodologie et conseils

Comprendre le fonctionnement de votre mémoire vous aidera à mieux mémoriser. Notre mémoire est en fait multiple :

  • La mémoire sensorielle. Nous percevons l'information via nos organes sensoriels (la vue, l'ouïe, etc.). Chacun d'entre eux dispose d'une mémoire dédiée. Ex. : la mémoire visuelle sensorielle se nomme " iconique ". Ce type de mémoire est très court, de l'ordre de 500 ms. Les mémoires sensorielles sont donc éphémères. Ainsi, selon certains spécialistes de la mémoire, la mémorisation ne dépend pas du canal d'apprentissage. Comme le souligne Alain Lieury : " Il serait erroné de penser qu'une mémorisation serait plus opérationnelle de part son canal d'entrée et que les différences à l'école seraient dues à la nature sensorielle de nos mémoires, comme le laisse penser De la Garanderie (1964), dans ses ouvrages traitant de la gestion mentale. "
  • La mémoire de travail. La mémoire de travail s'apparente à un tableau blanc qui permet de retenir de l'information temporairement le temps de l'utiliser. Ce type de mémoire est également court, entre 18 et 30 secondes en moyenne. Comme l'a démontré le psychologue Miller, notre mémoire de travail est limitée à sept, plus ou moins deux, éléments.

Organiser le contenu à apprendre permet de mieux le retenir. Toutefois, ces groupements ne doivent pas dépasser la capacité de la mémoire de travail.

  • La mémoire à long terme. La capacité de notre mémoire à long terme semble infinie. Nous disposons de plusieurs types de mémoire à long terme, répartis en deux catégories :

    • explicite ;
    • implicite.

La mémoire explicite contient notamment :

  • la mémoire épisodique ;
  • la mémoire sémantique.
Avantages
  • Mieux mémoriser via :

    • les composants visuels : dessins, pictogrammes, couleurs, etc. ;
    • le classement de l'information ;
    • les associations.
  • Découper l'information en blocs digestibles pour la mémoire.
Précautions à prendre
  • Votre carte de mémorisation ne doit pas s'apparenter à un texte bis. Veillez à utiliser essentiellement des mots-clés afin de réduire le nombre d'informations. Choisissez-les avec soin. Ils doivent constituer de véritables déclencheurs d'information. Vos cartes de mémorisation vont subir l'érosion du temps. Revoyez-les régulièrement. Pour réviser vos cartes mémoires, vous pouvez procéder par essai/erreur.

Xavier Delengaigne, Marie-Rose Delengaigne