Recherche
Se connecter
En ce moment En ce moment
Méthodologie

La boîte à outils de la Gestion du temps
Chapitre IV : Gérer la surcharge de travail

Fiche 08 : Les remèdes contre le chrono-stress

  • Retrouvez 9 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 30 nov. 2017
©

La boîte à outils de la Gestion du temps

8 chapitres / 70 fiches

Au lieu d'accélérer, ra - len - tir !


En résumé

Lorsque le stress nous gagne, nous avons tendance à accélérer. Mais nous nous agitons sans discernement et sommes peu efficaces. Nous gaspillons de l'énergie et risquons d'entrer dans une spirale négative.

C'est pourquoi il est important de repérer nos premiers symptômes de stress : plus nous arrêtons tôt le processus, plus il nous est facile de remonter la pente et de retrouver notre lucidité pour faire des choix pertinents au regard de nos priorités... et amorcer la spirale vertueuse d'efficacité !

Pour l'heure, notre premier objectif est de retrouver notre calme physique et mental.

Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

S'il n'est pas traité rapidement, le stress risque de s'amplifier. Nous devenons moins lucides et moins à même de traiter la situation stressante !

Contexte

Les remèdes contre le chrono stress sont à utiliser dès l'apparition des premiers symptômes.

Comment l'utiliser ?

Étapes

> Repérez vos premiers symptômes.

  • Des émotions négatives vous submergent : un rien vous agace, vous êtes ultrasensible.
  • Vous manquez de discernement par rapport à vos priorités : vous pinaillez sur des détails, vous vous éparpillez ou vous laissez déranger.
  • Vous avez du mal à vous concentrer et à réfléchir, les problèmes vous paraissent insurmontables.

> Arrêtez l'engrenage !

  • Cessez de vouloir tout faire, arrêtez-vous, coupez votre téléphone et le reste.
  • Déculpabilisez-vous : il est normal d'être moins performant sous stress !

> Apaisez votre corps.

  • Respiration : installez-vous sur une chaise, les pieds à plat au sol, le dos droit, le sommet du crâne tenu par un fil invisible, le regard à l'horizon, les mains à plat sur vos cuisses. Fermez les yeux. Soufflez doucement par la bouche jusqu'à vider entièrement l'air de vos poumons ; votre ventre se rentre pour chasser l'air résiduel. Bloquez votre respiration quelques secondes, puis prenez une grande inspiration par le nez : votre ventre se gonfle, puis vos poumons. Recommencez trois fois.
  • Relaxation : concentrez votre attention sur votre corps en commençant par le sommet du crâne, le front, la tête. Sentez vos muscles se détendre, les uns après les autres. Le cou, les bras jusqu'aux doigts, le dos, le ventre, les membres inférieurs jusqu'aux orteils.

> Chassez les pensées négatives.

  • Accueillez la pensée qui vous préoccupe.
  • Prenez du recul physiquement en vous penchant légèrement en arrière.
  • Relativisez la situation au regard du temps et de l'ensemble de votre vie.
  • Contractez vos muscles quelques secondes, et soufflez avec force ces pensées négatives vers le sol. Remontez doucement vertèbre par vertèbre. Recommencez trois fois.

> Inspirez des pensées positives.

  • En position droite, pensez à ce qui va bien dans votre vie (famille, amis, passions, etc.).
  • Penchez-vous légèrement en avant pour zoomer sur ces émotions positives, laissez-les vous imprégner.
  • Inspirez largement, bloquez la respiration quelques secondes. Laissez l'air s'échapper doucement pendant que ces pensées se diffusent dans votre corps. Recommencez trois fois.

> Revenez à vos priorités.

  • Révisez vos priorités de la journée, de la semaine, de la période en cours (outils 6, 10, 30).
  • Prenez un dossier prioritaire, débarrassez votre bureau de tout le reste pour le traiter.

Méthodologie et conseils

Pour renforcer votre résistance au stress, pratiquez une activité sportive régulière et reposez-vous suffisamment.

Avantages

  • Il est plus facile de sortir du stress au tout début du processus.

Précautions à prendre

  • Ne restez pas seul en état de stress prolongé. Parlez-en à des amis, collègues proches, médecin du travail, etc.

Comment être plus efficace ?

La pensée a une puissance extraordinaire sur la façon dont nous voyons le monde et dont nous ressentons les situations.

La fabrique des interprétations

Un même événement (stimulus) sera vécu différemment selon l'histoire ou les croyances de chacun. Imaginez qu'un homme s'approche de vous dans la rue. Si on vous a toujours appris à vous méfier des inconnus, votre pensée sera peut-être " il va m'agresser ". Vous aurez peur et ferez un écart pour l'éviter. Si au contraire vous avez vous-même bénéficié d'un accueil chaleureux à l'étranger, vous penserez " il cherche son chemin, je vais le renseigner ". Vous lui sourirez en allant à sa rencontre.

Nous agissons en fonction de nos croyances et de nos expériences vécues, ce qui est sain : nous apprenons de nos expériences passées. Mais il arrive que nos filtres ainsi fabriqués pénalisent notre efficacité. La bonne nouvelle, c'est qu'en agissant sur la pensée, nous pouvons changer notre manière de réagir aux événements.


Désamorcez vos pensées négatives

Un événement vous stresse. Il occupe votre esprit (vous ressassez), génère des émotions négatives et perturbe votre concentration. Il est probable qu'il affecte aussi la manière dont vous vivrez un événement similaire la prochaine fois.

Les techniques de PNL (programmation neuro-linguistique) permettent de désamorcer ce vécu négatif en " retouchant la pellicule du film ".

Visualisez la scène stressante. Les émotions négatives sont là.

Maintenant regardez la scène comme un spectateur au cinéma. Atténuez les couleurs jusqu'à la représenter en noir et blanc, estompez les contours. Diminuez la taille de l'écran. Baissez le son et mettez par-dessus une musique gaie. Dotez les personnages désagréables d'une voix nasillarde. Si la chose stressante est un dossier, personnifiez-le à la manière d'un dessin animé et entamez un dialogue avec lui, un peu à la manière de " Roger Rabbit ".

Vos émotions se transforment en même temps que vous refaites le film, car le cerveau ne sait pas faire la différence entre une émotion liée à la réalité et une émotion suscitée par l'imagination.

Donnez-vous des permissions personnelles

D'après Taibi Kahler, nous avons enregistré depuis l'enfance des messages qui nous ont permis de nous adapter à notre environnement et d'obtenir la reconnaissance de nos parents. Ils sont tellement ancrés dans notre inconscient que nous avons tendance à leur obéir même lorsqu'ils ne sont pas efficaces dans le contexte actuel. Ces croyances se révèlent en situation de stress. Nous pensons alors " pour que je sois quelqu'un de bien, je dois... " ou " tu dois... "

Parvenus à l'âge adulte, nous pouvons nous donner de nouvelles permissions plus efficaces dans notre environnement actuel.?

Exemples de Permissions personnelles

" Nous abritons un ange que nous choquons sans cesse. Nous devons être les gardiens de cet ange. " Jean Cocteau

Pascale Bélorgey