Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la Gestion du temps

Chapitre II : S'organiser avec les leviers d'efficacité

  • Retrouvez 10 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 30 nov. 2017
©

La boîte à outils de la Gestion du temps

8 chapitres / 70 fiches

Le tailleur et la fée-fontaine

Il était une fois un tailleur très talentueux. Son atelier était minuscule, mais les clients venaient de loin pour acheter chez lui leurs habits. Il n'avait pas son pareil pour dessiner des modèles qui mettaient en valeur leur silhouette, choisir les étoffes et les couleurs pour relever leur teint. Sa renommée était telle qu'un jour le roi le fit venir à la cour. Il quitta son petit atelier pour se rendre au palais, où il fut logé dans un appartement dix fois plus grand.

Les commandes affluèrent bientôt. Toute la noblesse voulait être vêtue d'élégance et de beauté. Le tailleur ne savait plus où donner de la tête ni des aiguilles. Il travaillait jusque tard dans la nuit, mais au matin de nouvelles requêtes lui étaient apportées par les valets de chambre des grands du royaume. Il en arrivait à se tromper dans ses patrons, mélangeait les couleurs, et devait recommencer à l'aube un ouvrage qu'il avait cousu de travers le soir.

Un matin, après un essayage douloureux chez le roi au cours duquel il avait piqué Sa Majesté à trois reprises avec des épingles, il pénétra dans une petite cour ombragée à l'écart de l'agitation du palais. Une fontaine de marbre en ornait le centre. Des jets d'eau jaillissaient des quatre côtés d'un socle surmonté d'une statue de femme. Le tailleur remarqua la grâce de sa tunique au drapé délicat. Épuisé, il s'assit sur la margelle et aspergea son visage d'eau fraîche.

  • De quoi as-tu besoin ? demanda doucement la statue.
  • De dormir, répondit-il sans remarquer l'insolite de la situation.
  • Alors va te coucher, murmura la fée-fontaine.

Il rentra chez lui à la façon d'un automate et plongea dans un profond sommeil jusqu'au lendemain. Au matin, il se réveilla frais et dispos pour la première fois depuis des semaines. Il regarda les étoffes entassées en désordre, les habits ébauchés, les croquis éparpillés. Il était à la fois lucide et serein. Ce qui le troublait était le souvenir doux et diffus d'une femme en tunique.

Il retourna dans la cour ombragée. La fontaine était bien là, et la statue immobile sur son socle de marbre. Il en fut désappointé. Pour ne pas laisser le découragement l'envahir, il se pencha au-dessus du bassin et arrosa copieusement son visage d'eau fraîche.

  • De quoi as-tu besoin ?

Le tailleur redressa la tête, le coeur gonflé de joie. La fée-fontaine n'était pas un rêve.

  • De terminer l'habit du roi pour la cérémonie du pèlerinage qui a lieu dans six jours, répondit-il.
  • Et pour le finir avant six jours, de quoi as-tu besoin ?
  • De pouvoir m'y adonner pendant cinq jours sans être dérangé continuellement par les demandes des gens de la cour, soupira le tailleur.
  • Et pour pouvoir être tranquille pendant cinq jours, de quoi as-tu besoin ? interrogea encore la fée-fontaine.

La vision d'un atelier minuscule dans lequel il avait toujours connu la quiétude s'imposa au tailleur. Soulagé, il remercia la fée-fontaine et rentra faire son bagage. Il n'emporta que les fils et les étoffes nécessaires à l'habit du roi et se retira dans son village.

Lorsqu'il revint cinq jours plus tard avec l'habit enfin terminé, le roi en fut si enchanté qu'il décida de l'emmener avec lui en voyage.

La veille du départ, le tailleur, inquiet, rendit visite à la fée-fontaine.

  • De quoi as-tu besoin ? lui demanda-t-elle comme d'habitude.
  • De savoir quoi faire quand tu ne seras plus là pour me guider, répondit le tailleur.
  • Et pour le savoir, de quoi as-tu besoin ?

Le tailleur réfléchit un long moment. Il fouilla sa mémoire à la recherche des conseils que la fée lui avait donnés. Il n'en trouva aucun. Alors, il leva les yeux vers elle et son visage s'éclaira d'un sourire lumineux.

Pascale Bélorgey