Mon compte Devenir membre Newsletters

Six écoles du web nouvellement créées

Publié le par

L'année 2012 a assisté à la naissance de nouvelles écoles françaises consacrées aux métiers du web et de l'e-commerce. 2013 ne devrait pas être en reste...

bureau picto

bureau picto

SupdeWeb

Mise en place par Media School Group, un groupe d'enseignement supérieur privé, cette formation est dispensée en trois ans. Les premiers étudiants feront leur rentrée le 15 octobre. En première année, ils suivront 400 heures de cours en tronc commun. En deuxième année démarre la spécialisation (deux tiers des cours), qui concerne l'intégralité des cours la troisième année. Supdeweb souhaite favoriser " une immersion professionnelle maximale, particulièrement décisive dans un secteur aux spécialités multiples en constantes et rapides évolutions ". Un stage de quatre mois est prévu en première et deuxième années. La troisième année, les étudiants passent les 4/5èmes de leur temps en entreprise, en stage ou en contrat de professionnalisation. Le comité de pilotage de Supdeweb comprend de grands noms de l'univers du digital, parmi lesquels Jean-Marc Tasseto (Google), Jacques Froissant (Altaïde), Bruno Breton (Bolloré) ou encore Laurence Bricteux (NRJ).

42

Deux chiffres et un grand projet, lancé par Xavier Niel, le fondateur de Free. Entièrement financée sur ses fonds propres, l'école 42 - en référence à l'ouvrage de l'auteur de science fiction Douglas Adams, "Guide du voyageur galactique" - devrait voir le jour en novembre 2013. Entièrement gratuite, elle proposera un cursus sur 3 à 5 années. Son objectif est clair : préparer la future élite de la programmation française, avec pas moins de 1 000 spécialistes formés chaque année.

Web School Factory

Cette école, qui ouvre ses portes le 1er octobre, a été lancée conjointement par Strate College, le Pôle ESG et HETIC. Contrairement à ses homologues, elle dispense une formation en cinq ans. Trois cycles d'enseignements ont été définis : design, e-business et technologies numériques. La première année correspond à une prépa. Les étudiants s'imprègnent de ces trois univers et choisissent une " majeure ". Ils se spécialisent dès la deuxième année. La Web School Factory propose aux étudiants une expérience à l'étranger via un échange universitaire de six mois et/ou un stage, également de six mois, dans le pays. L'établissement est dirigé par Laurent Tran Van Lieu, président du groupe Studialis, un réseau qui regroupe 22 écoles d'enseignement supérieur. Son ambition : créer le " premier campus-cluster français, espace d'enseignement et de création ouvert sur la société et sur le monde de l'entreprise ".

École des métiers de l'Internet et de la Télévision : ECITV

Dans les locaux de l'Ican, l'école de communication d'Internet et de télévision ouvrira à la rentrée 2013. Elle propose un cycle "bachelor" en 3 ans consacré aux métiers du Web, ainsi que deux cycles "masters". Le premier porte sur le digital marketing et l'e-business, et l'autre en TV et en Webmédia. L'ECITV vise à former des spécialistes de l'Internet, depuis la création de sites, jusqu'à la production de vidéos pour le Web ou encore des chaînes de télévision. Les frais de scolarité devraient s'élever à 5 650 € par an, les trois premières années, et une revalorisation pour la quatrième année.

L'EEMI (Ecole européenne des métiers de l'Internet)

Lancée à grand renfort de communication, l'Ecole européenne des métiers de l'Internet jouit de la notoriété de ses trois créateurs : Jacques-Antoine Granjon (Vente-privée), Marc Simoncini (Jaïna Capital, ex-Meetic) et Xavier Niel (Free). La première promotion a pris possession du Palais Brongniart en septembre 2011. L'EEMI se veut être " une école à l'image de son environnement : novatrice, interactive, dynamique, créative et audacieuse, afin de relever le défi de la performance ". Elle propose un cursus après bac en trois ans, à raison de 30 à 35 heures d'enseignement par semaine : un socle commun de 9 à 12 heures et un enseignement spécifique de 18 à 21 heures. En première année, l'étudiant réalise un stage de découverte de l'entreprise, puis une immersion en entreprise correspondant à un mi-temps au cours de la deuxième et de la troisième année.

SUP'Internet

Dans cette école du groupe IONIS, les élèves se spécialisent dès la première année. Ils peuvent choisir entre trois formations de trois ans : Développement et technologies du web, Création et design web et Business et marketing Internet. En fin de première et deuxième années, les étudiants réalisent des stages de deux à quatre mois. La troisième année, ils s'immergent en entreprise quatre jours par semaine. Ces derniers mois sont ponctués de conférences à l'école. " En imaginant SUP'Internet, IONIS Education Group a pris l'initiative d'apporter à l'industrie de l'internet les talents qui lui font défaut ", explique le groupe d'enseignement privé. A noter que cette école demande les frais de scolarité les plus faibles : 5 400 € la première année et 5 900 € les deux suivantes. Chez ses concurrentes, les étudiants devront débourser entre 6 200 € et 7 400 € par an.

Mot clés : Internet

Rédaction, article actualisé