Recherche
Se connecter
En ce moment En ce moment

FoodTech : Epicery livre les produits frais des commerçants de quartier

Publié par le | Mis à jour le
FoodTech : Epicery livre les produits frais des commerçants de quartier

À Paris, un petit nouveau de la food delivery est né. Epicery livre à domicile les produits frais et secs des commerçants locaux et défend un positionnement basé sur la proximité et la qualité.

  • Imprimer

Poissonnier, pâtissier, fromager, cavistes, primeurs et épiceries fines... Tous les produits de ces commerçants de quartier peuvent depuis vendredi 14 octobre être livrés en moins d'une heure dans un rayon de 3 km. La start-up Epicery, fondée par Elsa Hermal et Edouard Morhange, veut s'imposer comme la référence de la livraison de proximité de produits frais de qualité en milieu urbain. Le principe : le client passe commande sur le site internet (disponible aussi sur mobile, et une appli sera bientôt lancée), choisit ses produits chez un ou plusieurs commerçants dans sa zone géographique (rayon de 3 km), et opte pour une livraison immédiate sous une heure, ou programmée jusqu'à 3 jours.

La marketplace réunit à ce jour 150 partenaires à Paris : parmi eux Julhès (10e arrondissement), Terroirs d'Avenir (2e), des meilleurs ouvriers de France (Jonathan Buirette au Petit Chalutier, 17e) et des épiceries nouvelle génération comme Le Garde-Manger de Berrie (9e) ou Le Garde-Manger des Dames (17e). Le client peut choisir de se faire livrer sur une plage horaire allant de 7h30 à 21h30. La livraison lui coûtera 3,90 euros par commerçant, en plus du panier.

Des partenaires soigneusement sélectionnés

Les commerçants partenaires ont été choisis par Epicery pour leur expertise ainsi que pour la qualité de leurs produits. Les fondateurs expliquent les avoir trouvés plutôt optimistes et ouverts à cette aventure : "Ils ont compris que les habitudes de consommation avaient changé, y compris ceux qui ne présentent pas d'appétence pour le digital", rapporte Elsa Hermal.

Ce partenariat devrait leur faire bénéficier d'une vitrine sur le web et d'un véritable relais de croissance. Epicery ambitionne de booster leur chiffre d'affaires jusqu'à 30%. Et la solution leur est livrée clé en main : les commerçants utilisent une tablette, interface intégrée, leur permettant d'indiquer quand la commande est prête et donnant le signal au coursier pour passer la récupérer. Epicery travaille avec la société de livraison Stuart qui envoie ses coursiers à vélo ou en voiture selon le type de produit. Pour se rémunérer, la start-up prélève une commission sur le volume d'affaires apporté au commerçant, pouvant aller jusqu'à 25% (montant non fixe).

Des investisseurs de renom

Epicery a réussi à lever 700 000 euros de fonds pour son lancement, grâce, entre autres, au fonds d'investissement de Xavier Niel (Kima Ventures), à Michael Benabou (co-fondateur de vente-privee.com), Jean-David Blanc (fondateur d'Allociné) ou encore Marc Ménasé (fondateur de Menlook). Au total, une dizaine d'entrepreneurs ont investi à titre personnel dans la start-up.

Pour le moment, la communication d'Epicery se limite aux réseaux sociaux, Facebook et Instagram en tête. L'entreprise, composée d'une dizaine de personnes, promet d'élargir son réseau à 250 commerçants d'ici à la fin de l'année et de conquérir la banlieue parisienne ainsi que la province. Edouard Morhange parle déjà de click and collect et même de stocks réfrigérés pour livrer en dehors des horaires d'ouverture.

Le marché de la food delivery en question

La faillite brutale du livreur de repas à domicile Take Eat Easy, en août 2016, est dans tous les esprits. Les nouveaux acteurs ne cessent de tenter leur chance sur ce marché, qui paraît désormais bouché. Le fondateur de Menlook, Marc Ménasé, fier business angel d'Epicery, l'assure : "Aujourd'hui, il y a de la place pour ceux qui veulent digitaliser un marché existant. Et la meilleure stratégie reste de se reposer sur un maillage de magasins déjà existants. Il faut être un livreur plus qu'un e-commerçant".



Journaliste pour emarketing.fr, ecommercemag.fr et relationclientmag.fr, je suis toujours à la recherche d’idées marketing et retail fun et innovantes. [...]...

Voir la fiche

Sur le même sujet

JCDecaux met du DOOH dans les vitrines des Monoprix parisiens
Retail
JCDecaux met du DOOH dans les vitrines des Monoprix parisiens

JCDecaux met du DOOH dans les vitrines des Monoprix parisiens

Par Clément Fages

JCDecaux va déployer une centaine d'écrans digitaux dans les vitrines parisiennes de Monoprix. L'afficheur dispose ainsi pour la première fois [...]

[Etude] 47% des internautes ont déjà acheté un produit alimentaire en ligne
Retail
[Etude] 47% des internautes ont déjà acheté un produit alimentaire en ligne
©Maksym Yemelyanov - stock.adobe.com

[Etude] 47% des internautes ont déjà acheté un produit alimentaire en ligne

Par Dalila Bouaziz

Médiamétrie et la Fevad publient les résultats d'une étude sur l'e-commerce alimentaire, menée en avril dernier. Près d'un français sur deux [...]

Nouvelle hausse de l'e-commerce français au 1er trimestre 2018
Retail
Nouvelle hausse de l'e-commerce français au 1er trimestre 2018
peshkov - Fotolia

Nouvelle hausse de l'e-commerce français au 1er trimestre 2018

Par Dalila Bouaziz

Le commerce en ligne maintient son rythme avec une hausse de 13% au premier trimestre 2018 pour atteindre 22,3 milliards d'euros. Une croissance [...]

La rédaction vous recommande

Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux
Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux

Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux

Par Digimind

Decouvrez les tendances du marche Food Drink sur les medias sociaux des interviews experts et les performances social media de grandes marques [...]