Recherche
Se connecter

Foodtech: Nomie "relève" les épices avec une offre revisitée

Publié par le - mis à jour à
Foodtech: Nomie 'relève' les épices avec une offre revisitée

Une idée piquante, une pincée d'originalité, des recettes épicées et le tour est joué, la start-up Nomie est née en mars 2017. Les fondateurs jouent la carte de l'animation de communautés en lien avec les produits.

  • Imprimer

Physique fondamentale pour lui, publicité et communication pour elle. Rien ne prédestinait Charles Bouchart et Marie-Lou Lizé à s'intéresser à la cannelle, à la cardamome, au curcuma, au curry, au safran... Ce jeune couple a pourtant mis à profit ses compétences pour se lancer dans la foodtech et créer un site marchand, dédié aux épices. Un challenge d'autant plus osé que les deux fondateurs supportent seuls le financement de leur société. Ni "love money", ni "business angels"... Seulement une indemnité d'aide à la création d'entreprise de Pôle Emploi. Et un business model efficace, avec peu de besoins en trésorerie.

Au menu, des mélanges d'épices conçus par eux et accompagnés d'une recette pour les accommoder au sein de gammes telles que "les suaves", "les irrésistibles", "les flamboyantes", "les voluptueuses"... Le couple de créateurs a bousculé les codes traditionnels de ce marché, liés à l'exotisme et aux voyages et marketé une offre inédite: plus fun, plus ludique, plus colorée, plus tendance.

"Nous voulions faire en sorte aussi que les épices réintègrent le quotidien des consommateurs. Dans cette optique, nous avons imaginé des blends originaux qui peuvent sublimer les plats de tous les jours. Et pour plus de praticité, nous avons monté des kits prêts à l'emploi qui contiennent la juste dose pour un plat dont la recette est fournie", décrit Charles Bouchart. Au total, le site comprend une petite cinquantaine de références.

Fédérer une communauté autour des épices

Des produits triés sur le volet. Pour son sourcing, Marie-Lou Lizé s'est appuyé d'abord sur les contacts de sa mère, qui vendait des épices sur le marché de Suresnes. Puis, dans un deuxième temps, elle a cherché ses propres fournisseurs. Très vite, le concept de vente d'épices de qualité a trouvé son public. "Pour développer la notoriété de Nomie, nous jouons aussi la carte du contenu digital, complète Charles Bouchart. Avant même de lancer notre site, nous avions créé le blog gratinez.fr, ce qui nous a permis de fédérer une communauté." Une proximité que le couple a mis à profit pour développer un nouveau canal, celui des ateliers. Au domicile ou bien chez eux, l'idée étant de partager des moments de convivialité tout en donnant des cours cuisine avec des épices. D'ailleurs, un showroom devrait voir le jour d'ici quelques mois, avec une cuisine pour accueillir le grand public, mais aussi une librairie pour trouver les livres de recettes que le couple utilise, un corner accessoires avec des pilons, des moulins...

Le BtoC ne constitue pas le seul débouché de Nomie. Plusieurs chefs, comme celui de Carbon rue Charlot Paris 3ème, ou celui l'Abattoir Végétal à Montmartre, se sont intéressés à ce site et à sa marchandise. Plus d'une trentaine commandent aujourd'hui sur son catalogue professionnel d'épicerie en vrac et certains demandent des blends sur mesure. "Nos produits sont aussi commercialisés dans une quarantaine d'épiceries fines, dans toute la France. Des coffrets sont également proposés sur devis aux entreprises, comme cadeaux événementiels, cadeaux d'affaires", ajoute Marie-Lou Lizé.

L'avenir apparaît positif pour le couple, qui entend bien émerger sur une catégorie, peu attaquée jusque-là. "Si nous continuons à nous développer à ce rythme et si nous étoffons notre gamme, notamment en proposant un univers complet autour des épices, avec des accessoires, nous embaucherons une personne d'ici l'année prochaine", confie Charles Bouchart. Et comme le site est déjà rentable en à peine un an d'existence, il s'autofinance. Pas de levée de fonds, donc. Une réussite exemplaire.


La rédaction vous recommande

Sur le même sujet