Recherche
Se connecter

[Étude de cas] Divine Box, la box des produits sains

Publié par le | Mis à jour le
[Étude de cas] Divine Box, la box des produits sains

Lancé en mars 2017 par deux frère et soeur, Côme et Astrid Besse, Divine Box propose chaque mois une box originale composée de produits monastiques, issus des abbayes de l'Hexagone. Très vite, le concept prend.

  • Imprimer

"L'histoire de notre start-up est assez cocasse : lors de Noël 2016, ma mère a offert à mon frère aîné, vivant à l'étranger, un panier rempli de bons produits régionaux dont un pâté provenant d'une abbaye, explique Côme Besse, le cofondateur. Nous étions étonnés que des abbayes proposent des produits autres que de la bière et du fromage ! Aussi, nous nous sommes dit que si nous mettions dans une box du pâté, de la bière et du fromage, nous pourrions faire un apéro des abbayes."

Côme et Astrid Besse, les deux fondateurs de Divine Box.

L'idée de Divine Box, une box mensuelle de produits monastiques, est lancée. "C'était le bon moment, souligne le dirigeant. Je finissais mon master de spécialisation en entreprenariat à l'école de commerce HEC, et ma soeur -avec qui je voulais lancer ce projet- venait de boucler ses études. Nous avons commencé cette aventure sans savoir si cela allait fonctionner." La première mission des deux jeunes entrepreneurs est alors d'effectuer un travail de recherche pour localiser les abbayes. "Nous y sommes allés de manière assez légère au début pour sonder les appétences du marché : savoir si les abbayes peuvent produire en petite ou grosse quantité, si leurs produits sont commercialisés..., indique le codirigeant de Divine Box. Nous nous sommes rendu compte qu'elles regorgeaient de trésors culinaires." L'étendue des produits s'étend aux confitures, miel, biscuits... en passant par des caviars d'aubergine, tapenade... mais aussi de la bière, de la liqueur, du vin, etc.

La start-up recense plus de 1 500 références pour proposer ses box, et travaille actuellement avec 70 abbayes. "Nous avons reçu un accueil très chaleureux de leur part, elles ont été très enthousiasmées par notre projet, souligne le jeune Parisien. Nous avons déjà visité plus de 50 abbayes afin de voir la manière dont elles produisent les articles. C'est important également pour elles de nous rencontrer, de savoir comment nous fonctionnons, quel est notre état d'esprit."

Un lancement en deux mois

En un temps record, le site de Divine Box est lancé, dès mars 2017, avec deux formules à 30 ou 40 euros, pour cinq à sept produits. Côme Besse, et sa soeur Astrid, investissent chacun 1 000 euros. "Un ancien camarade de promo, qui a créé également sa start-up, m'a donné ce conseil : " Pour monter une boîte, mieux vaut le faire vite que le faire bien ", explique l'entrepreneur. Peu importe s'il y a quelques défauts au démarrage, l'objectif est de se confronter très vite au marché."

Le concept plaît. La jeune pousse obtient rapidement de nombreux articles dans la presse. Le bouche-à-oreille fonctionne, et les réseaux sociaux complètent sa clientèle. "Près d'un quart de nos clients provient de Facebook et une partie plus faible d'Instagram." L'âge moyen de la clientèle est de 43 ans, plus jeune que celle habituelle du milieu monastique autour de 70 ans. Les abonnés sont partout en France : Paris et sa couronne mais également dans les grandes villes et celles de taille moyenne. "Nos clients ne sentent pas forcément proches de notre concept du point de vue de la foi, nous sommes très neutres sur cet aspect, précise Côme Besse. Ils sont plus attachés à ce patrimoine et à la recherche de produits sains et de qualité."

Un an après, Divine Box revendique 1 000 abonnés par mois. "Au démarrage, nous étions seulement sur une box par abonnement, nos clients n'avaient pas la possibilité de choisir les produits", explique l'entrepreneur. Depuis juin 2018, la start-up a lancé une partie e-commerce où les clients ont la possibilité de retrouver l'ensemble des produits et de les acheter à l'unité. "Cela nous permet par ailleurs de voir les articles que nos clients affectionnent particulièrement."

Promouvoir l'artisanat des abbayes

La jeune pousse a également racheté en avril dernier son concurrent direct, La Box de Séraphin. "Sur le marché en ligne des produits monastiques, nous avons deux concurrents L'Artisanat monastique et Eole-Agape, mais nous avons le souci commun de soutenir les abbayes et promouvoir leur artisanat." Pour la partie logistique, les volumes augmentant, la jeune pousse fait aujourd'hui appel à la société Cubyn, spécialiste du premier kilomètre.

D'ici la fin de l'année, Divine Box espère atteindre les 2 000 abonnés par mois et les 500 000 euros de chiffres d'affaires. "Une ambition tout à fait réalisable, selon le codirigeant. Nous sommes actuellement en pleine réflexion sur notre référencement pour mieux ressortir sur Google, notamment sur les produits ecclésiastiques." Et Divine Box veut continuer à surprendre ses clients en sortant des produits surprises à Noël.

Ses conseils :

* Mieux vaut faire son site vite que bien! Il ne faut pas passer des heures sur des détails, l'important est de se confronter très vite au marché afin de voir si les consommateurs sont preneurs.
* Vérifiez que vous êtes bien à l'aise avec le milieu du digital et du web, vous devez avoir une appétence pour ce milieu et avoir quelques compétences digitales. Le temps est précieux lors du lancement d'un site.


Journaliste pour Ecommercemag.fr, Relationclientmag.fr et E-marketing.fr. Je suis en veille sur le retail, la consommation, mais pas que...

...

Voir la fiche

Sur le même sujet