Mon compte Devenir membre Newsletters

Le Chocolat des Français fait fondre les investisseurs

Publié le par

Couleurs fluos et dessins à gogo, Le chocolat des Français n'est pas du genre à se fondre dans la masse. Du beau, du bon et du bio, la recette surfe sur l'authenticité et aiguise les papilles des investisseurs.

Le Chocolat des Français fait fondre les investisseurs

Le Chocolat des Français, c'est un pari fou entre trois jeunes gourmands Matthieu Escande, Paul-Henri Masson et Vincent Muraire, amoureux d'art et de chocolat. Une tablette pas comme les autres qui conjugue aussi bien le bon que le beau. En effet, la particularité du Chocolat des Français se trouve sur les packagings. "Toutes les tablettes sont illustrées par des artistes de renom issus de la bande dessinée, de l'illustration, de la peinture... Chaque tablette est signée par l'artiste", précise Matthieu Escande.

La recette séduit des grandes marques comme Colette, Conrad Shop, Les Galeries Lafayette, Le Bon marché... Un concept original qui permet pour sa première année d'existence en 2015, de vendre plus de 75 000 tablettes et de recevoir de nombreux prix (Espoir du chocolat au Salon du Chocolat, D&AD, Gold Pentawards, concours BabyBrand). En moins d'un an, la jeune entreprise réalise un chiffre d'affaires de 200 000 euros. Une croissance suffisante pour monter sa première levée de fonds.

Monter le dossier en quatre mois

"Pour maximiser nos chances de succès lors de notre premier tour de table, nous avons attendu que notre projet présente des signes de traction suffisants. En clair, cela signifie que l'entreprise trouve son public, atteigne une communauté importante. C'est le passage obligé pour prouver le concept et le transformer en succès", résume Matthieu. Le dossier est préparé avec soin par Vincent, formé à HEC.

"Le dossier est le résultat d'une réflexion stratégique, il doit mettre en avant ce que recherchent les fonds dans un projet : le potentiel, la différentiation et les éléments tangibles de réassurance démontrant la 'traction'." Il faut ensuite contacter les investisseurs potentiels.

À ce niveau, l'écosystème des grandes écoles est un tremplin facilitant la mise en relation avec les acteurs économiques ayant une influence. Une étape importante car le temps des investisseurs est précieux. Ils accorderont un intérêt prioritaire aux dossiers qui leur auront été recommandés par leur réseau de confiance. "En effet, les réseaux des grandes écoles permettent d'accéder plus rapidement à des business angels. Cependant, ils ne sont pas suffisants, si le projet ne séduit pas", remarque Matthieu. Mais la French Touch n'a pas trop de mal à faire craquer les investisseurs dont Kima Ventures porté par Xavier Niel, en levant plus de 500 000 euros.

Au-delà de l'aspect financier

L'erreur serait de croire qu'une levée de fond permettrait de se mettre au vert. "Ce serait effectivement une grave erreur. Elle est avant tout une opportunité pour accélérer notre développement. La preuve, nos business angels ont été choisis pour nous accompagner tout au long de notre projet." C'est ainsi que le Chocolat des Français a réuni un expert dans le monde du chocolat, un autre dans le Web et un entrepreneur qui a créé un groupe d'envergure internationale.

"La levée était nécessaire pour embaucher et répondre à des besoins d'investissements dans des moules et de nouvelles recettes, mais aussi créer des nouveaux produits, des nouveaux formats" et de conclure : "Sur le marché de la food, c'est votre capacité d'adaptation qui fait la différence !" Une recette qui a su séduire les Français et les étrangers. Le Chocolat des Français est désormais présent dans 12 pays et de nombreux palaces dans le monde...

www.Lechocolatdesfrancais.fr en quelques données clés:

  • Le site a été créé en janvier 2015 mais le module de commande sur le site (e-Shop) a été mis en place depuis seulement février 2016.
  • Le site devient le premier canal de vente avec 20 000 visiteurs uniques par mois et devrait réaliser à terme 90 % du chiffre d'affaires.
  • Le panier moyen s'élève à 30 euros.