Mon compte Devenir membre Newsletters

[Interview] Pingki Houang, directeur général France de Stuart

Publié le par

La start-up Stuart connecte des coursiers locaux aux commerçants et e-commerçants en zone urbaine. Une opportunité pour les e-commerçants pour développer leurs services de proximité. D'ici la fin de l'année 2016, la start-up s'implantera à Lyon et à Madrid.

[Interview] Pingki Houang, directeur général France de Stuart

Une application mobile dotée d'un algorithme de calcul des parcours, pour une livraison en moins de 30 minutes. Avec une récente levée de fond de 22 millions d'euros, les bonnes fées se sont penchées sur le berceau de Stuart dès sa naissance, en 2015. La jeune pousse spécialisée dans la livraison de biens et de marchandises, en ville, pour les commerçants et les e-commerçants, a reçu le soutien financier des magnats du e-commerce : Jacques-Antoine Granjon, de Vente-privée.com, Jean-David Blanc d'Allo Ciné ou, encore, Olivier Mathiot de PriceMinister-Rakuten ont investi dans la start-up. Même le Groupe La Poste, via sa filiale GeoPost, a joué les Business Angels, en octobre 2015, avec une participation de 10 millions d'euros - 22 % - dans Stuart.

Résultat : le développement d'une plateforme technologique de mise en relation pointue intégrant un algorithme d'optimisation de la livraison et un suivi des colis en temps réel.

Solutions ActualitésCliquez ici pour éditer ce contenu dans Publiatis[Logistique] Stuart révolutionne la livraison du dernier kilomètrePublié le 07/11/2016 par Florianne SalguesLa start-up connecte des coursiers locaux aux commerçants et e-commerçants en zone urbaine. Sa force : une application mobile dotée d'un algorithme de calcul des parcours, pour une livraison en moins de 30 minutes.[Logistique] Stuart révolutionne la livraison du dernier kilomètreLa start-up connecte des coursiers locaux aux commerçants et e-commerçants en zone urbaine. Sa force : une application mobile dotée d'un algorithme de calcul des parcours, pour une livraison en moins de 30 minutes. Avec une récente levée de fond de 22 millions d'euros, les bonnes fées se sont penchées sur le berceau de Stuart dès sa naissance, en 2015. La jeune pousse spécialisée dans la livraison de biens et de marchandises, en ville, pour les commerçants et les e-commerçants, a reçu le soutien financier des magnats du e-commerce : Jacques-Antoine Granjon, de Vente-privée.com, Jean-David Blanc d'Allo Ciné ou, encore, Olivier Mathiot de PriceMinister-Rakuten ont investi dans la start-up. Même le Groupe La Poste, via sa filiale GeoPost, a joué les Business Angels, en octobre 2015, avec une participation de 10 millions d'euros - 22 % - dans Stuart. Résultat : le développement d'une plateforme technologique de mise en relation pointue intégrant un algorithme d'optimisation de la livraison et un suivi des colis en temps réel. En pratique, l'application travaille les chemins de route idéaux des livreurs indépendants et intègre des données externes, météorologiques par exemple, afin de prédire l'intensité de l'activité. "Dans la capitale française, à un instant T, 500 coursiers sont connectés et réalisent une course", estime Pingki Houang, directeur général France de Stuart. La sélection, en amont, est drastique : "Sur 100 candidats, nous n'en retenons que 25 que nous formons", explique-t-il. En jeu, la maîtrise de la qualité de la logistique, clé du succès de Stuart. Franprix et CDiscount ont été les premiers à lui faire confiance. Depuis, plus de 900 clients, principalement en B to B, ont suivi, à Paris, Barcelone et Londres. Pour séduire les marques, la start-up fait valoir sa teinte écolo - 80% du transport se fait à vélo/vélo-cargo et 20 % en motorisé (électrique dès 2017) -, mais, revendique, surtout, avec son offre clé en main, 40 % d'économie par rapport à l'utilisation d'une flotte interne. Pour 3,5 kilomètres à vélo, comptez environ six euros.

Retrouvez cet article sur : www.ecommercemag.fr - "[Logistique] Stuart révolutionne la livraison du dernier kilomètre"

Trois questions à Pingki Houang, directeur général France de Stuart

Comment est venue l'idée de cette start-up ?

Stuart est né en 2015 de la rencontre de deux entrepreneurs, Clément Benoit, fondateur de Resto In, et Benjamin Chemla, créateur de Citycake, site de livraison de pâtisseries à domicile. Confrontés individuellement à la problématique de la livraison du dernier kilomètre, ils ont décidé d'y répondre ensemble.

Quelles sont les prochaines étapes du déploiement de Stuart ?

La start-up s'implante, d'ici la fin de l'année 2016, à Lyon et à Madrid. En 2017, Stuart se déploiera également sur d'autres zones urbaines telles que Lille, Bordeaux et Montpellier. Performante sur l'alimentaire, l'entreprise compte utiliser sa capacité à livrer en moins de 30 minutes sur d'autres marchés, des "retailers" de tout type et l'e-commerce en particulier.

Quels services avez-vous imaginés pour les e-commerçants ?

Nous proposons aux e-commerçants entre 1 et 4 points de rétention de la marchandise dans Paris. En fonction des horaires de commande sur leurs sites - avant ou après 15 heures - l'achat y est tracté avant d'être livré le soir même à l'horaire et au lieu choisis par le client, entre 19 heures et minuit.