Mon compte Devenir membre Newsletters

Paws en Vogue, cette start-up bio qui chouchoute les animaux

Publié le par

Anne-Sophie Kergaravat, une Française installée aux États-Unis, a lancé en juillet dernier un site d'e-commerce où elle vend des produits bios, commerce équitable et éco-responsables pour les animaux de compagnie sur le marché américain. Un démarrage prometteur.

Paws en Vogue, cette start-up bio qui chouchoute les animaux

Anne-Sophie Kergaravat est issue de la génération Y et ça se voit. Le web ? La mondialisation ? Elle le vit dans son quotidien. A tout juste 29 ans, cette Française a déjà un joli parcours dans l'international et elle va vite. En juillet dernier, la jeune femme a créé sa propre société Paws en Vogue à New York aux États-Unis, un site d'e-commerce qui propose des produits bios, commerce équitable et éco-responsables pour les animaux de compagnie tels que des accessoires, jouets, vêtements, nourriture. Et récemment, elle a remporté le TechCrunch Radio Pitch-Off, un prix distinguant des start-up particulièrement performantes.


Des expériences internationales

Après avoir fait l'école de commerce de Marseille (Kedge Business School) dans un programme international double diplômant où durant deux ans elle a passé une moitié de l'année en France et l'autre partie à l'étranger, à Shanghai en Chine, elle décide de poursuivre son aventure. "J'ai voulu valoriser mon diplôme en ayant une expérience professionnelle dans ce pays. J'ai intégré une start-up française d'e-commerce spécialisée dans l'ameublement et le design qui venait de se lancer où j'étais chargée du développement marketing produit. Au bout de trois ans j'ai eu envie de changer", raconte-elle.

Destination les États-Unis. "Pendant mes études, j'avais effectué un stage dans le luxe à New York et j'avais beaucoup aimé la ville. J'y suis retournée pour des vacances au printemps 2009 et contre toute attente j'ai trouvé un travail !" Anne-Sophie Kergaravat s'installe alors dans la Grosse Pomme où elle devient responsable du marketing et du développement commercial dans une entreprise de consulting en ingénierie dans l'efficacité énergétique du bâtiment pendant trois années. Elle démissionne et décide de créer sa propre société.

Trois marchés réunis dans un seul

"J'ai toujours eu envie de créer mon entreprise. Après mon expérience new-yorkaise, l'idée que j'avais en tête a muri. J'avais effectué des recherches et j'ai constaté un besoin dans le secteur des animaux de compagnie. Je me suis alors lancée", souligne-t-elle. Le 8 juillet 2014, son site d'e-commerce Paws en Vogue est né. "J'ai investi mes économies dans le lancement et pour le moment sans levée de fonds. J'ai choisi la plateforme intégrée Volusion qui est l'une des plus complètes aux USA."

Mais pourquoi réunir le e-commerce, le bio et les animaux ? "Ce sont trois marchés aujourd'hui en pleine expansion. Il y avait un besoin, j'ai mélangé mon expérience, mon amour des animaux et le bio pour créer Paws en Vogue. Je me suis toujours intéressée à tout ce qui a trait au développement durable et au bio ". Et les animaux de compagnie ? "Je suis la fille de deux vétos !", explique-t-elle en riant.

Une compétition féroce

Au lancement de son site, le plus compliqué pour Anne-Sophie Kergaravat a été de trouver des fournisseurs qui répondaient à son cahier des charges strict. "J'ai passé énormément de temps car ils ne sont pas désignés comme faisant des produits bio ou sans produits chimiques pour les animaux de compagnie...". Dans une volonté écologique, elle leur a demandé à ce qu'ils aient la capacité d'envoyer les commandes directement de leurs entrepôts aux clients afin d'économiser des trajets et donc du carbone. Elle a actuellement une douzaine de fournisseurs. "Je suis toute seule donc je dois gérer tous les aspects de mon site et aux États-Unis il y a beaucoup de sites d'e-commerce et de compétition. L'avantage, c'est que je suis sur une niche !"

Elle a aujourd'hui près de 500 références produits. Anne-Sophie vend sur tous les États-Unis. Ses plus grosses ventes sont les friandises, les jouets et beaucoup de manteaux. "On a une belle collection de pulls commerce équitable qui sont en laine bio tricotés à la main par des descendants des Incas avec des designs très modernes. Ça marche très bien. " Et la nourriture ? "Je travaille dessus. C'est quelque chose de lourd et cher à envoyer et étant fille de vétos, je suis très difficile sur la qualité."

Le bouche à oreille commence à se faire grâce aux réseaux sociaux et aux médias sans qu'elle investisse pour le moment dans la publicité. Elle évoque à ce sujet "plusieurs milliers de clients". "Les gens sont très attachés à leurs animaux, ils dépensent énormément. D'ailleurs on ne parle pas aux États-Unis de propriétaires de chat ou chien mais de "pet parents" donc de parents de chien et chat." Un marché juteux en effet. Les Américains ont dépensé 55,7 milliards de dollars en 2013 pour leurs animaux de compagnie, selon l'American Pet Products Association.

Bientôt un site en France

Prochains objectifs ? " J'espère pouvoir ouvrir mon site en France en 2015 car c'est important pour moi de créer ce lien avec la France. J'ai eu plusieurs articles qui m'ont été consacrés récemment en France et j'ai eu par la suite beaucoup de demandes et de retours positifs. Ça m'a encore plus incité. Et puis New York- Paris ça se fait assez rapidement ! Je voudrais également avoir encore plus de références, développer la gamme nourriture, et éventuellement un jour créer notre propre marque." Et après direction l'Angleterre, "cela sera plus facile, le site étant déjà en anglais. Il y aura juste quelques modifications à faire."