Mon compte Devenir membre Newsletters

TipOtop, la plateforme qui ambitionne de casser le marché des cours entre particuliers

Publié le par

Lancée en septembre 2015, TipOTop est une plateforme de partage de passions entre particuliers. L'idée ? Payer à la fin du cours ou de la prestation d'un service le montant que l'on veut en fonction de sa satisfaction. Explications avec la fondatrice Julia Fellous.

TipOtop, la plateforme qui ambitionne de casser le marché des cours entre particuliers

En créant en septembre 2015 TipOtop, une plateforme de partage de passions rémunéré à la satisfaction, la fondatrice Julia Fellous ambitionne de casser les codes des cours entre particuliers. Comment ? "En donnant à l'élève, le "tippeur", la liberté de fixer à la fin du cours le montant qu'il souhaite payer en fonction de sa satisfaction. Je veux montrer avec TipOTop que les Français savent valoriser au juste prix une prestation qui leur a plu", explique-t-elle.
Le principe est en effet basé sur le collaboratif : l'apprenant choisit le professeur en fonction du domaine qui l'intéresse (cuisine, musique, bien-être...), en fonction du lieu qui l'arrange (chez lui ou à l'extérieur) et en fonction du format (cours particulier ou cours collectif). Le professeur, de son côté profite de la plateforme pour faire découvrir sa passion et la partager à d'autres personnes. Il bénéficie également de la possibilité de recruter de nouveaux clients.
TipOtop est en effet l'occasion pour des semi-professionnels de bénéficier d'un avis consommateurs grâce à une note de satisfaction. "Cette note est le principe fondamental de mon site. Aujourd'hui sur le Web, les avis clients sont souvent remis en cause donc je voulais un véritable indicateur de confiance fiable et objectif : il est calculé sur le montant des pourboires reçus". Ainsi, plus le professeur a de pourboires, plus la note de satisfaction est importante.

Lancer rapidement sa start-up pour créer une dynamique

Mais avant de lancer TipOtop, Julia Fellous a procédé par étapes. "J'ai d'abord quitté mon poste de Business development manager chez LaSer en mars 2015, je suis alors partie faire un break à l'étranger, à Tel Aviv. Je voulais m'inspirer de l'esprit start-up qui règne dans cette ville", raconte-elle. Pour créer sa plateforme, elle s'appuie sur le modèle lean start-up, qui a pour objectif de lancer rapidement sa société afin de créer une dynamique. Elle investit alors autour de 10 000 euros et fait appel à un webmaster pour concevoir sa propre plateforme e-commerce."Certaines fonctionnalités étaient trop complexes comme la constitution d'une base de données, la réservation, la gestion du calendrier, le paiement, etc."

Reste à présent le plus compliqué pour la start-up : se faire connaître. Julia Fellous mise principalement sur le bouche à oreille et les réseaux sociaux, en créant sa page Facebook et en étant active sur Twitter. Elle espère également signer des partenariats dans les différents secteurs représentés sur sa plateforme. "Je vois émerger sur le site de nombreux cours sur la méditation, le bien-être et l'hypnose. Il y a une vraie volonté de partager des passions ou des savoir-faire."

Une application mobile en cours

Consciente de l'importance de la mobilité sur son site, la fondatrice de TipOtop a voulu que son site soit directement en responsiv design, ce qui représente déjà 50% du trafic, tout en développant une application mobile. "Cela facilite la démarche et incite la personne à payer directement son pourboire en sortant de son cours, voire même sur place." La plateforme prélève une commission de 15% sur le montant des pourboires et des frais de participation.
Pour autant, la plateforme n'impose pas de montant minimum au "tippeur","je sortirai de l'état d'esprit de TipOTop si j'imposais un minimum. Je n'ai pas mis de notation de l'élève car je ne souhaite pas qu'il soit dévalorisé en raison du pourboire donné." Néanmoins, la personne ne peut pas se réinscrire au même cours. Le prof peut également ne pas reprendre une personne dont le pourboire n'aurait pas été suffisant.

Des ambitions mesurées

Disponible aujourd'hui que sur la région parisienne, la plateforme est ouverte à tous types de cours ou de prestations, et recense une cinquantaine d'annonces. Pour les prochains mois, les ambitions de Julia Fellous restent très mesurées : "Je suis encore en phase de test et d'apprentissage, j'avance progressivement. J'optimise mon site en fonction de ce que je constate."
Pour autant, elle souhaite cibler les semi-professionnels qui utiliseraient TipOtop comme une plateforme de réservation et d'optimisation promotionnelle de leur cours. "Néanmoins, la difficulté de la plateforme peut résider auprès des personnes qui fixeraient des frais de participation identiques à un cours classique."