Mon compte Devenir membre Newsletters

Sécurité des paiements: la data, arme de défense contre la fraude

Publié le par

Face à l'escalade de la fraude, la programmation intelligente, née de la révolution big data, s'affirme comme une solution d'avenir pour sécuriser les sites.

Sécurité des paiements: la data, arme de défense contre la fraude

Les derniers chiffres de l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, disponibles pour l'année 2014, font état d'un taux de fraude sur les transactions à distance de 0,248% - contre 0,268% en 2013. Une "bonne nouvelle" soulignée par Marc Lolivier, délégué général de la Fevad, à l'occasion de la présentation à Bercy, le 28 janvier dernier, du bilan 2015 de l'e-commerce.

Pour autant, la croissance soutenue du secteur suffit à relativiser ce résultat. Car si, en proportion, la fraude en ligne est en baisse, son montant global, lui, a tendance à croître comparativement au développement du secteur. Pour l'année 2014, par exemple, les transactions en ligne ont été responsables à elles seules de 66,5% de la fraude globale.

Sécurité des transactions on line: une priorité pour 59% des consommateurs

Selon l'étude du CSA "Quelles perspectives pour l'e-commerce en 2016", qui se base sur les résultats d'un sondage réalisé fin décembre 2015 sur un échantillon représentatif de 1000 cyberacheteurs français, la sécurité des transactions effectuées sur les sites marchands arrive en tête des points jugés prioritaires par les consommateurs avec 59% des répondants, devant la sécurité des données personnelles et la clarté des tarifs affichés (respectivement 54% et 51% des réponses). Bien plus qu'une simple demande, la sécurité des paiements est capitale pour les sites afin de conquérir et plus encore de fidéliser les clients.

À l'origine même de la relation commerciale qui unit une enseigne et sa clientèle, la sécurisation du paiement relève pourtant, dans une certaine mesure, d'une utopie. "Le taux zéro de fraude n'existe pas", explique Didier Brouhat, directeur général de Payline, spécialiste des moyens de paiement. Néanmoins, les solutions de sécurisation disponibles sur le marché visent à réduire ce risque au maximum.

Géographie de l'explosion de la fraude

Une étude réalisée par Forter, start-up américaine spécialiste de la sécurité des moyens de paiement, établit un classement des pires et des meilleurs pays en termes d'exposition à la fraude en ligne.
C'est un triste honneur fait au Venezuela par Forter. Selon son étude réalisée en 2015, le pays d'Amérique du Sud est, en effet, le plus risqué pour les e-commerçants. La fraude en ligne y atteint le taux record de à 35%! À la suite du Venezuela, l'Afrique du Sud, le Brésil et la Roumanie écopent respectivement d'un taux de fraude de 25%, 11% et 10%.
À l'inverse, les pays les plus sûrs sont le Danemark et la Nouvelle-Zélande. À noter que le taux de fraude de l'Europe est, en moyenne, plus bas que celui du reste du monde .

En France, notamment, l'action conjointe du gouvernement, des établissements bancaires et des acteurs industriels des moyens de paiement a permis d'instaurer une "culture de la vigilance", selon les mots de Didier Brouhat. Avec pour effet immédiat de permettre aux commerçants d'être aujourd'hui "relativement à l'abri de la fraude ", ajoute-t-il.Ainsi, dès le début des années 80, la France a joué un rôle précurseur dans l'adoption des cartes bancaires à puce, tandis qu'aux États-Unis, il aura fallu attendre jusqu'en 2015 pour que la carte à puce se substitue complètement à la carte à piste magnétique, bien plus vulnérable aux attaques des fraudeurs.

Plus récemment, les pages de paiement sécurisées par PHP ou bien encore le P2PE (pour point to point encryption) - une solution qui permet de rendre indéchiffrable le numéro d'une carte depuis le terminal du commerçant - contribuent à rehausser le niveau général de sécurité. Résultat: "Nous avons les moyens techniques de garantir l'impossibilité de la captation d'un numéro de carte bancaire lors de son utilisation sur une plateforme en ligne par un fraudeur", affirme Nicolas Brand, responsable de l'activité multicanal d'Ingenico Group, leader mondial des solutions de paiement intégrées.