Recherche
Se connecter

Noms de domaine : anticiper les changements

Publié par le
Noms de domaine : anticiper les changements

Aquarelle s'offre une extension à son nom

Créé en 1987, le fleuriste français Aquarelle fait figure de pionnier à bien des égards. Fondé par deux frères, Henri et François de Maublanc, Aquarelle a fait ses armes dans le monde physique à travers une boutique mais aussi sur le minitel. En 1997, pressentant la montée en puissance d'un nouveau média, Internet, l'enseigne lance une plateforme web: le premier e-fleuriste est né.

Dernièrement, Aquarelle s'est illustré, une fois encore, par une initiative qui démontre sa capacité à s'inscrire dans une perpétuelle adaptation aux évolutions numériques. "Il y a deux ans et demi, nous avons déposé une candidature auprès de l'Icann afin d'acheter l'extension ".aquarelle". Le processus a été long, mais nous venons d'obtenir l'accord de l'organisme. Désormais, le .aquarelle nous appartient" , explique François de Maublanc, cofondateur et président d'Aquarelle. Un choix stratégique, audacieux et coûteux, nécessitant en effet un investissement d'environ 300 000 euros, dont 185 000 dollars (175 000 euros aujourd'hui), uniquement pour avoir le droit de déposer sa candidature, et sans aucune garantie de succès. L'Icann se réserve en effet le droit de rejeter les candidatures ne remplissant pas les exigences techniques et financières requises pour décrocher le fameux sésame.

Pour se faire accompagner dans cette démarche, François de Maublanc a fait appel à un prestataire, Mailclub, ainsi qu'à des prestataires juridiques. "Si le montant de l'investissement paraît conséquent, au final, sur un budget global de communication, ce n' est pas si onéreux", relativise le dirigeant. Désormais serein, François de Maublanc y voit un moyen de sécuriser la marque Aquarelle sur Internet, d'un point de vue technique. Ses projets autour de cette nouvelle extension sont nombreux et les perspectives à l'évidence très ouvertes: "Le champ des possibles n'a pas été totalement examiné, mais il est très vaste."

2 questions à François de Maublanc, cofondateur et président d'Aquarelle



Pourquoi avez-vous acheté l'extension .aquarelle?

Chez Aquarelle, notre stratégie de marque est la pierre angulaire de notre problématique. Acheter le .aquarelle était l'opportunité d'asseoir notre marque dans le paysage Internet. Plus de 85 % de nos commandes proviennent d'internautes qui nous connaissent et qui n'ont pas cherché au hasard un marchand de fleurs. Cette extension était l'occasion de sécuriser notre marque sur un plan technique, à l'échelle mondiale. Désormais, personne hormis nous, ne peut mettre un .aquarelle dans son URL.

Quels sont vos projets autour de cette initiative?

Le ".aquarelle" va nous permettre de décliner tous les mots que l'on veut dans l'URL, avant l'extension. Par exemple, nous prévoyons de lancer rapidement le site "atelier.aquarelle", qui se composera d'ateliers pratiques à destination de nos clients désireux d'apprendre à composer un bouquet. Ça aurait eu moins de sens de lancer un portail "atelier.com" et, de toute façon, ce domaine n'est plus disponible. C'est un exemple parmi de nombreux autres.


François Deschamps

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet