Mon compte Devenir membre Newsletters

[Tribune] E-commerçants, 4 règles simples pour limiter l'impact de la fraude sur votre site pendant les fêtes

Publié le par

Noël arrive à grands pas ! Commandes et paniers moyens sont à la hausse pendant cette période qui peut représenter jusqu'à 50% du CA pour certains marchands. Cette année, les ventes de Noël en ligne devraient augmenter de 20% et atteindre 8.5 milliards d'euros. Seule ombre au tableau, la fraude.

[Tribune] E-commerçants, 4 règles simples pour limiter l'impact de la fraude sur votre site pendant les fêtes

En raison d'un plus grand nombre de transactions à traiter, les sites de e-commerce sont plus vulnérables et les fraudeurs en sont conscients. En effet, les tentatives de fraude augmentent de 20% à 25% sur les mois de décembre et janvier**. Voici 4 mesures préventives simples à garder en tête pour aborder cette période plus sereinement.

Les conseils qui suivent se basent sur une analyse approfondie des data relatives aux commandes. Ils ont pour objectifs d'aider à paramétrer de manière optimale les plateformes de gestion des paiements en ligne et de bloquer de manière intelligente les tentatives de fraude sur les sites e-commerce.

Conseil n°1 : bien connaitre sa zone de chalandise

C'est un prérequis indispensable. Un marchand dont l'activité se déploie essentiellement sur le territoire national doit prendre des précautions particulières lorsqu'une commande en provenance de l'étranger arrive sur son site. Cette dernière sera naturellement plus exposée au risque de fraude que les autres. Il est ainsi nécessaire de mettre en place un outil permettant de discriminer ces transactions ponctuelles de la majorité des autres commandes. Et ce dans le but de faciliter l'analyse de leurs caractéristiques.

Conseil n°2 : identifier ses clients de confiance

On peut considérer comme clients de confiance la ou les commandes d'internautes n'ayant pas fait l'objet d'impayés bancaires sur une période donnée. Pour les fêtes à venir, il s'agit des clients ayant fait une commande avant août 2014. Nous remarquons sur l'ensemble des transactions des marchands utilisant notre solution que 84%*** des impayés ont lieu moins de 49 jours après la date d'achat. Un fois identifiés, ces clients doivent faire objet d'un traitement différencié qui tolère des limites d'achat moins contraignantes. En autorisant, par exemple, des dépenses plus élevées voire plus fréquentes. Réel gain de temps pour les équipes financières, cette astuce offre, en prime, aux clients une expérience d'achat plus fluide comme la possibilité de lever l'authentification 3DS.

Conseil n°3 : s'adapter à la période de Noël

Pendant les fêtes, le montant du panier moyen est bien plus élevé qu'habituellement. En France, ce dernier est multiplié par 2 passant de 80 à 159 euros ****. Cette période doit faire l'objet d'une stratégie de risque spécifique de la part des marchands. Car les règles limitant le montant des transactions, peuvent nuire au taux de transformation, considérant comme frauduleux tous les paniers plus élevés que la moyenne. Il s'avère donc indispensable de paramétrer ses outils de lutte contre la fraude en mode " fêtes " avec un profil de règles plus souples au niveau des montants.

Conseil n°4 : privilégier l'analyse asynchrone des transactions suspectes

Les transactions électroniques passent par deux états consécutifs. Dans un premier temps, l'autorisation, c'est-à-dire le contrôle des données de paiement et la réservation du montant sur le plafond de la carte. Dans un second temps, la capture, qui correspond à la demande de débit de la carte. Chez HiPay, nous suggérons le plus possible à nos marchands de différer la capture afin qu'ils puissent isoler les transactions suspectes et les analyser en détail avant la demande de capture. De cette façon, un marchand peut gagner jusqu'à 4% de commandes supplémentaires, la transaction n'ayant pas été rejetée automatiquement.

Noël et ses spécificités doivent aussi être un rappel pour les e-commerçants et les inciter à mettre en place une politique durable de gestion des risques. Ils doivent à terme, en fonction de leur volumétrie, investir dans les outils ou les équipes qui leur permettront d'aller au-delà du mode binaire d'acceptation ou de rejet de la transaction et d'inclure une phase d'analyse détaillée des transactions. Il en va de la rentabilité de leur modèle.

** Source : MRC Red seminar Europe dec 2013 / *** Source : étude interne HiPay / **** Source :Fevad 2014