Mon compte Devenir membre Newsletters

L'e-commerce, dernières tendances divulguées par TNS Sofres

Publié le par

Depuis 2003, le pôle e-Business de TNS Sofres réalise une fois par an le Baromètre e-commerce. Cette étude analyse les usages et attitudes des internautes, leurs achats on line et leur utilisation des outils de recherche (moteurs, guides et comparateurs de prix).

En étudiant 12 secteurs et 300 sites marchands, soit un échantillon de 8 000 acheteurs en ligne, le Baromètre e-commerce réalisé annuellement par TNS Sofres passe au crible les internautes. Ses conclusions ? Le nombre d'internautes français ne cesse de croître : de 11,8 millions en 2000, ils sont désormais 29,7 millions en 2007 (source : Baromètre e-commerce TNS Sofres, concernant les Français de 15 ans et plus). Les utilisations d'Internet se diversifient, et pourtant, l'e-commerce ne connaît pas d'essoufflement. De plus, le téléchargement illégal stagnant, les craintes de l'industrie du disque et du film semblent contrebalancées par les possibilités de croissance de l'offre payante. Autre constat, l'e-commerce ne cesse de progresser, surtout parmi les nouveaux connectés. Après une forte progression en 2006, la tendance se confirme ; l'achat en ligne a encore progressé : + 18 % (sur la base de la population française) en une année ! Près de 4 Français sur 10 (38 %) ont acheté sur Internet début 2007, pour 32 % en 2006. Les internautes deviennent e-acheteurs de plus en plus tôt : 38 % des personnes qui ont accès à Internet depuis moins d'un an ont déjà fait au moins un achat en ligne ; ils n'étaient que 15 % en 2002. Les acheteurs en ligne se distinguent toujours par rapport à la population française par leur jeune âge et leur catégorie socio-professionnelle : les e-acheteurs sont sur- représentés chez les 18-34 ans (47 %, alors qu'ils représentent 28 % de la population française) et les CSP + (46 %, alors qu'ils ne représentent que 24 % de la population française). Les plus réticents à l'achat en ligne restent les mêmes : 55 % des 65 ans et plus n'ont jamais fait d'achats en ligne. Au sein de cette tranche d'âge, ils sont même 83 % à y être réfractaires. Internet, une utilisation multifonctionnelle Les internautes utilisent en premier lieu le Net pour communiquer ! Les possibilités sont désormais diverses et variées : 95 % des internautes envoient des mails, 53 % correspondent par “chat”, 21 % partagent leurs avis sur des forums et 20 % laissent des messages sur les blogs. Les conditions idéales sont réunies, puisque les internautes sont désormais 91 % à être équipés à domicile, 94 % en haut débit et pour 46 % d'entre eux équipés wi-fi. Ainsi, ils peuvent y consacrer de plus en plus de temps et diversifier leurs activités sur le Web. 64 % des internautes se servent également d'Internet pour gérer leurs comptes bancaires, rechercher un logement, 41 % pour télécharger des logiciels et des programmes informatiques, 34 % pour écouter la radio, 30 % pour rechercher un emploi et 24 % pour télécharger de la musique. Le téléchargement illégal en baisse Le téléchargement gratuit de musique et de films inquiète les distributeurs. Pourtant, le nombre de ses adeptes ne progresse pas : 25 % en 2006 pour 24 % en 2007. Ainsi, environ 26 % des internautes connectés depuis plus de trois ans téléchargent gratuitement et “illégalement” (pour 24 % en 2006), alors que les nouveaux internautes ne sont plus que 22 % à pirater (pour 24 % en 2006). La chasse aux contrevenants, menée ces dernières années, semble porter ses fruits. Ce phénomène ouvre donc de nombreuses opportunités commerciales, notamment pour la vidéo à la demande et le téléchargement payant de musique qui, en 2006, ne concernaient respectivement que 4 et 9 % des internautes. En savoir plus sur le profil des e-acheteurs en 2007 : • 46 % des e-acheteurs sont des femmes, pour 54 % d'hommes. • Les 25-34 ans représentent 17 % de la population française et 27 % des e-acheteurs. • Les plus de 60 ans représentent 27 % de la population française et seulement 8 % des e-acheteurs. • 31 % des cyberconsommateurs appartiennent aux CSP - (employés, ouvriers), pour 46 % aux CSP+.