Mon compte Devenir membre Newsletters

La sharing economy, plébiscitée par les internautes

Publié le par

Le 8ème baromètre CtoC PriceMinister-Rakuten et La Poste analyse dans le détail, le niveau d'engagement et de motivation des internautes français face à l'économie collaborative.

La sharing economy, plébiscitée par les internautes

Consommer moins mais mieux. La 8ème édition du Baromètre du CtoC PriceMinister-Rakuten et la Poste illustre parfaitement, à travers ses derniers résultats, la tendance émergente qualifiée de " sharing economy " qui anime les Français en cette période de crise. Les restrictions budgétaires des ménages imposent de consommer différemment en s'inscrivant davantage dans l'usage que dans la possession.

" Lutter contre le gaspillage, partager ce que l'on possède et développer le lien social, ces valeurs sont intrinsèques à notre site. Depuis son lancement en 2001, PriceMinister fonctionne sur le modèle de l'économie partagée ", se satisfait Pierre Kosciusko-Morizet, co-fondateur du site de CtoC.

Et de fait, plus largement, pour 89% des personnes interrogées par Opinion Way pour ce baromètre, Internet est un des deux moyens les plus efficaces, avec les brocantes et vide-greniers (seulement 47%) pour vendre et acheter entre particuliers. Les résultats indiquent que 80% des acheteurs/vendeurs sur le web le font au moins 2 fois par an (76% à l'achat et 83% à la vente) vs 65% lors de la première version du baromètre en 2006.

Que vend t-on/achète t-on sur le web ? Des livres, des vêtements et des meubles en priorité. Quant aux motivations, elles sont avant tout financières (faire des économies pour 53% et gagner de l'argent pour 60% des vendeurs) mais pas seulement, cela renforce la solidarité chez les seniors (31% chez les seniors). Quelle est la nature de ces échanges malins ? L'économie du partage a de nombreuses vertus pour les internautes : 88% pense que c'est un lien social, 86% un moyen de remettre de l'humain au coeur de l'économie.

Aussi, 41% des Français internautes achètent ou vendent au moins un produit ou service. Le co-voiturage est le 1er service utilisé par le surfeurs (24%) à la recherche de bon plans, suivi par l'achat de cours de soutien scolaire à des particuliers (20%) et des service d'entretien de la maison (18%). Confiants, 8 internautes sur 10 pensent que ce nouveau mode de consommation va se développer à l'avenir. Mais au-delà de l'aspect économique, cette nouvelle façon de consommer trouve un écho d'un point de vue sociétal. Le but est d'éviter de posséder un produit non utilisé tous les jours : Et cela pour 38% des personnes interrogées (plus chez les seniors avec 49%), de consommer différemment (27%), de rencontrer de nouvelles personnes (22% et 31% pour les seniors)... Autant de motivations qui font sens dans une société moins individualiste.

Pour autant, si la bataille semble acquise sur l'usage, la guerre n'est pas encore gagnée sur la confiance. De nombreux freins subsistent et notamment la peur de se faire avoir pour 76% des sondés, le manque de garantie pour 55% et bien sûr, l'impossibilité de voir le produit avant de l'acheter. D'où le rôle crucial d'un tiers de confiance dans cette relation virtuelle et en particuliers lorsque la nature du " contrat " concerne de la prestation de services. " Pour 77% des interrogés, un médiateur est nécessaire dans l'économie du partage pour apporter des garanties sur le paiement et la qualité des service proposé entre particuliers ", précise Hugues Cazenave, président de l'Institut OpinionWay. De nombreux acteurs du e-commerce comme Airbnb, Prêt d'Union ou encore BlaBlaCar, qui ont fondé leur modèle économique sur cette mise en relation, l'ont déjà bien compris.