Mon compte Devenir membre Newsletters

Les internautes sont inquiets de l'utilisation faite par les marques des données personnelles

Publié le par

Selon le “Baromètre de l'intrusion”, réalisé par ETO et Market Audit, 70,5 % des internautes interrogés se disent dérangés par le stockage de leurs données personnelles.

Les internautes se disent peu informés et inquiets de l'utilisation des données personnelles collectées par les marques sur Internet. C'est ce qui résulte du deuxième “Baromètre de l'intrusion” réalisé par l'agence ETO en association avec Market Audit auprès de 30 392 internautes issus des bases de 11 partenaires (Banque Accord, Boulanger, CIC, Damart, Devianne, France Loisirs, Kiabi, Leroy Merlin, Nocibé, Norauto et les Supermachés Match).

Si les personnes interrogées sont satisfaites à 81,3 % de la façon dont les marques communiquent avec elles, elles sont beaucoup plus méfiantes sur l'usage qu'elles font de leurs données personnelles. Elles sont ainsi 70,5 % à être dérangées par leur stockage et 88,4 % estiment ne pas être assez informées sur l'usage qui en est fait. De manière générale, le manque d'information est l'un des points qui ressort de ce baromètre. Les internautes, même si le nom de la Cnil ne leur est pas inconnu, sont en effet 61 % à ne pas s'estimer assez informés sur leurs droits concernant la protection de ces données. Et 59 % estiment que l'e-mailing non sollicité, qui peut aussi être considéré comme une forme d'intrusion, dégrade l'image de la marque.

À partir de ces résultats, une typologie des internautes a été établie :
- 26 % sont des chasseurs de primes, engagés dans une relation donnant-donnant avec les marques.
- 18 % sont des réceptifs, qui entretiennent une relation affective avec elles et, à ce titre, trouvent normal de leur donner des informations sur eux.
- 23 % sont vigilants, tout en ayant un attachement pour les marques.
- 13 % sont distants et ne sont pas du tout attachés aux marques. Pour eux, la question de l'intrusion se négocie au cas par cas.
- 20 % sont réfractaires. Ne souhaitant pas non plus s'attacher aux enseignes, ils sont extrêmement vigilants sur l'intrusion.