Mon compte Devenir membre Newsletters

Etsy, l'art de consommer autrement

Publié le par

Etsy réunit une communauté d'internautes soucieux de consommer différemment en achetant et en vendant des produits qui sortent des standards de la grande consommation... La plateforme, qui remporte un très large succès aux USA, a ouvert ses portes en France en février 2012.


Etsy est une communauté d'un genre nouveau. Des jeunes créateurs viennent trouver sur Etsy une audience captive d'internautes cherchant à s'inscrire dans une démarche de consommation différente. En effet, la plupart des produits achetés sur Etsy sont faits main. Créé en 2005 aux États-Unis, le site a permis aux vendeurs de la plateforme de générer pas moins de 525 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2011. Au mois d'octobre 2012, le montant des transactions atteignait même 700 millions de dollars. "Notre croissance est exponentielle. Actuellement, plus de 200 pays font des transactions sur Etsy, en achat ou en vente. Nous sommes physiquement présents en Europe, en Asie et au Canada", explique Stéphanie Tramicheck, country manager France. Le site a démarré ses activités en France en février 2012. Plateforme globale, accessible via une extension en ".com", chaque utilisateur peut personnaliser son expérience et avoir accès aux produits livrables dans son pays mais aussi dans d'autres zones géographiques. Beaucoup d'internaute se rendent aussi sur Etsy pour découvrir de nouvelles tendances. La plateforme, riche de son 1,7 million de followers sur Twitter et de ses 920 000 fans Facebook, a également un fort impact sur les réseaux sociaux.

Accompagner les vendeurs

"Ce qui est important pour nous, c'est le seller happyness. Faire en sorte que nos vendeurs sachent vendre et accompagner leur créativité dans leur business", explique sans ambages Stéphanie Tramicheck. Pour guider la communauté présente sur la plateforme, un programme d'accompagnement des vendeurs a ainsi été déployé. Pas moins de 140 articles y sont disponibles sur des thématiques aussi diverses que, la manière de se faire connaître sur Facebook, ou encore les bonnes pratiques pour "marketer"" son offre...Car le but affiché est d'aider les candidats vendeurs à rendre leur démarche la plus efficace possible. Et le modèle économique de la plateforme Etsy reste avant tout vertueux. Pour créer sa boutique (il y a actuellement 800 000 boutiques actives sur la plateforme), l'internaute n'a en effet pas de frais et peut mettre en vente autant de produits qu'il veut.

En revanche, pour chaque produit mis en vente une commission est perçue: 20 centimes de dollars, soit 14 centimes d'euros. Parallèlement, la plateforme prend une commission de 3,5% de la transaction. De quoi être motivé pour donner la meilleure expérience et toutes les chances de succès aux vendeurs et aux acheteurs. Et cela marche. En France, les premiers pas d'Etsy sont, de l'avis de Stéphanie Tramicheck, très satisfaisants. "Les internautes veulent acheter des produits qui ont un sens. Le site a une croissance importante." Plus largement, Esty compte 20 millions de membres dans le monde et propose plus de 15 millions d'articles à la vente...

Cap sur le mobile

Et pour instaurer encore plus de la proximité avec sa communauté, Etsy met, sans surprise, l'accent sur le mobile. En octobre 2012, une deuxième version de l'application iPhone, traduite pour la première fois en français a vu le jour. Un mois plus tard, en novembre 2012, c'est au tour des versions iPad et Android d'être lancées aux États-Unis. Car, et c'est un fait marquant du mode de fonctionnement de la plateforme, une visite sur quatre provient du mobile. "Il y a une consommation de produits créatifs très importante depuis le mobile. Nous sommes un site communautaire d'inspiration. Le canal mobile est donc important pour nous", souligne Stéphanie Tramicheck. En complément de ces actions des rencontres "en chair et en os" sont également organisées régulièrement. Pour l'heure, Etsy emploie six personnes en France, le siège de la plateforme étant situé à New York (dans Brooklyn). Quant à l'activité européenne, elle reste pour l'heure pilotée depuis Berlin...