Mon compte Devenir membre Newsletters

SEO : ce qu'il faut savoir sur Google Penguin

Publié le par

Google a déployé la très attendue troisième version de son filtre Penguin. Si les e-commerçants ne devraient pas être impactés par le dispositif, les bénéfices pour l'Internet, eux, sont bien réels.

SEO : ce qu'il faut savoir sur Google Penguin

Le 5 octobre dernier, Google a procédé pour la troisième fois, au déploiement de son nouveau filtre Penguin. Une opération que Google réalise tous les mois à travers le monde, très médiatisée, en raison de la polémique autour de son prédécesseur, le filtre Panda. Il convient de préciser que celui-ci n’est pas remplacé par Penguin, bien au contraire, il vient compléter Panda qui, pour sa part, en est à sa vingtième mise à jour, et Google continue de le déployer de manière mensuelle.

Parfois difficile à appréhender pour le quidam, le fonctionnement de ces filtres poursuit un objectif pourtant simple : nettoyer les résultats de recherche de Google. « Panda et Penguin ne font pas partie de l’ADN du moteur de recherche Google, explique Olivier Andrieu, expert du référencement sur Internet et auteur de l’ouvrage “Réussir son référencement web”. Ils agissent un peu comme un karcher dont l’effet est de retirer les pages web de mauvaise qualité des résultats de recherche. »

Mais tous deux ne s’attaquent pas aux mêmes maux. Tandis que Panda traque sans relâche les désormais célèbres fermes de contenu, Penguin lui, "combat la sur-optimisation et les backlinks". La sur-optimisation, plus couramment appelée “bourrage de mots-clés”, consiste à remplir une page internet de mots-clés préférés de Google afin d’être bien positionné dans les résultats de recherche. Les backlinks, littéralement “liens retours”, peuvent relier deux pages d’un même site, ou alors pointer vers un autre site. Ils peuvent faire l’objet d’un usage là aussi exagéré car le moteur de Google les utilise afin de classer dans les résultats de recherche. "Penguin est là pour chasser les liens artificiels", indique Olivier Andrieu.

En France, selon Matt Cutts, le porte-parole SEO de Google, « Penguin va impacter 0,4 % des requêtes françaises, un degré suffisant pour qu’un utilisateur régulier de Google le remarque ». Le bouleversement attendu par de nombreux sites n’aura donc pas lieu. Y compris les sites marchands et les comparateurs de prix, ce qui n’avait pas été le cas avec Panda, suspecté de favoriser les résultats de Google Shopping. « Les sites marchands n’ont pas grand chose à craindre de Penguin car il ne vise pas un type de site en particulier, mais cible d’abord les backlinks », indique Olivier Andrieu.

Il faut dire que s’il n’y a pas eu de catastrophe suite à la mise en place de Penguin, c’est aussi parce que Google avait préparé le terrain en amont. « La communication de Google est bien rodée concernant les mises en place de filtres, note Olivier Andrieu. La firme prévient les webmasters avant le déploiement des filtres, ce qui leur laisse le temps de prendre leurs dispositions, et bien souvent de nettoyer les sites dont ils s’occupent. » Il existe d’ailleurs un moyen très simple de savoir s’ils seront, ou non, impactés par un tel dispositif : procéder à un audit de leurs backlinks grâce aux “Google webmasters Tools”, des outils que la firme leur met à disposition afin de les aider à prendre des dispositions avant un déploiement de filtre.