Mon compte Devenir membre Newsletters

Les bitcoins se payent l'e-commerce

Publié le par

Technologie révolutionnaire pour certains, source de problèmes pour d'autres, les bitcoins pourraient bien bousculer l'ordre établi dans l'univers des paiements en ligne. Pour l'e-commerce, cette monnaie numérique présente de réels intérêts, mais aussi des risques.

Les bitcoins se payent l'e-commerce

Qu'ils soient perçus comme effrayants ou fascinants, en feu de paille ou tendance de fond, les bitcoins s'immiscent peu à peu dans l'univers de la vente en ligne. Récemment, des sites marchands, français et étrangers, géants du secteur ou plateformes confidentielles, ont clairement pris position contre ou en faveur du bitcoin, annonçant pour certains la mise en place de ce moyen de paiement aux côtés des traditionnelles cartes bancaires et autres portefeuilles électroniques de type PayPal.

Parmi ceux ayant dit non aux bitcoins figure Alibaba. Le géant du e-commerce chinois en a officiellement interdit l'utilisation sur sa filiale Taobao, en janvier 2014. Une décision motivée par l'interdiction faite aux banques du pays, par le gouvernement chinois, d'inclure le bitcoin dans leurs activités. Un peu plus tard, au mois d'avril, Amazon par la voie de Tom Taylor, responsable des moyens de paiement pour la société, a clairement annoncé que les paiements en bitcoins ne seraient pas acceptés sur le portail. La raison officielle ? Il n'y aurait pas assez de clients intéressés par les bitcoins pour en faire un enjeu stratégique.

Pour autant, aux États-Unis, un mastodonte de l'e-tourisme a pour la première fois ouvert la voie aux paiements en bitcoins en juin 2014 : Expedia. Ainsi, toute personne possédant des bitcoins peut les utiliser pour payer les réservations d'hôtels depuis la plateforme Expedia.com. Une prise de position qui n'est pas passée inaperçue. Dans la foulée, à l'occasion d'une interview accordée à la chaîne financière américaine CNBC, le CEO d'eBay, John Donahoe, a déclaré officiellement que les " bitcoins et autres monnaies numériques joueront dans un avenir poche, un rôle important au sein de PayPal ".

En France aussi, le bitcoin commence à séduire. Ainsi, le site spécialisé dans la location de biens immobiliers meublés à Paris, Lodgis, l'a adopté. Plus révélateur encore, l'enseigne de distribution Monoprix envisage de rendre possible le paiement des achats réalisés sur sa plateforme marchande, en bitcoins, d'ici à la fin de l'année 2014.

Véhiculer une image de précurseur

Qu'il s'agisse d'acteurs majeurs du e-commerce ou de plus petits sites marchands, tous louent le caractère innovant de la monnaie numérique. Et par conséquent, l'image positive qu'elle permet de transmettre aux internautes. " Adopter les nouvelles technologies, et tout particulièrement sur Internet, est une composante forte de l'ADN d'Expedia, indique Fabrizio Giulio, directeur général d'Expedia.fr. Bitcoin est une ressource formidable pour deux de nos audiences clés : les voyageurs de notre site qui s'intéressent aux moyens de paiement alternatifs, et nos partenaires hôteliers. "

Fabrizio Giulio, directeur général, Expedia.fr

Loin d'être un simple argument marketing, l'innovation est bel et bien caractéristique du bitcoin et apporte de réels intérêts pour l'e-commerce. Tout d'abord, proposer le bitcoin sur un site permettrait logiquement de capter une partie des possesseurs de la monnaie numérique - les bitcoins pouvant être achetés sur des places de marché dédiées telles que Paymium ou Bitboat, pour la France. Aujourd'hui, quelques 13 millions de bitcoins sont en circulation sur Internet, le système d'émissions de la monnaie ayant par ailleurs été conçu de manière à ce que le volume globale de bitcoins en "circulation" ne dépasse pas les 21 millions.

Au cours actuel, un bitcoin vaut un peu plus de 460 euros, soit une enveloppe potentielle estimée à près de 6 milliards d'euros. Autant dire une manne financière alléchante et un levier d'accroissement de chiffre d'affaires à ne pas négliger. " Le paiement en bitcoins peut nous apporter du business en plus notamment via les clients étrangers séduits par ce nouveau mode de paiement. " La dimension internationale restant clé dans l'adoption des bitcoins.

Économiser des frais de transactions

Contrairement aux transactions effectuées par cartes bancaires ou même via des portefeuilles électroniques, les paiements en bitcoins ne génèrent aucun frais de transactions pour l'e-commerçant. Il s'agit là d'un argument massue mis en avant par les acteurs pro-bitcoins, et à juste titre, notamment dans le cadre des transactions opérées depuis l'étranger. " Nous estimons que l'économie de ces frais de transactions peut représenter un gain de 3% à 4% sur le chiffre d'affaires global", précise Thomas France, cofondateur de la Maison du Bitcoin, à Paris. Autrement dit, un véritable coup de pouce supplémentaire pour tous les e-commerçants dont le quotidien est rythmé par la quête de rentabilité. L'inexistence de frais de transaction s'explique très simplement.

La Maison du Bitcoin, Paris


Si le bitcoin est une monnaie électronique, il est avant tout une technologie. Un protocole dont le code source présente la principale caractéristique d'être ouvert à tous (open source). Il prend la forme d'un réseau de pair à pair (peer-to-peer), sans autorité centrale ou intermédiaire telle qu'une banque. Par conséquent, personne en particulier et tout le monde à la fois, contrôle et possède les bitcoins. Ainsi, lorsqu'une transaction en bitcoins est réalisée entre deux parties, la monnaie ne passe par aucun intermédiaire et est échangée, pour ainsi dire, de gré à gré, tout comme l'argent liquide. À ce titre, rien ne justifie des frais de transactions, et une fois le paiement effectué, il devient irréversible. De fait, l'e-commerçant est également protégé contre d'éventuels frais, liés à des annulations de paiement de la part de l'acheteur. En cas de mécontentement de ce dernier, le cybermarchand peut toujours le rembourser à posteriori, contre le retour du produit acheté. En outre, cela limite les risques de fraudes à la carte bancaire. Mais cela ne l'exempt pas d'être confronté à d'autres risques, qu'il convient de connaître avant de se lancer dans une procédure d'intégration de bitcoins dans ses moyens de paiements.

Le risque de la volatilité

Mettre en place le paiement par bitcoins n'est pas sans présenter certains risques. En effet, les bitcoins sont soumis à la loi de l'offre et de la demande ainsi, leur prix augmente lorsque la demande est forte et à l'inverse, il diminue lorsque la demande baisse. Problème, le cours du bitcoin a la fâcheuse réputation d'être imprévisible et très instable, en témoignent les fortes fluctuations de son prix ces derniers mois, sur des périodes très rapprochées. Pour un e-marchand, le problème peut alors se poser en ces termes : comment être certain de recevoir le montant du prix affiché sur un bien ou un service vendu, si le cours du bitcoin varie subitement entre le moment où la transaction est réglée par l'acheteur, et le moment où la somme est encaissée par l'e-commerçant ? La réponse est simple : confier à une société tierce la conversion du bitcoin en une devise "traditionnelle".

Gonzague Grandval, CEO, Paymium

En France, la société Paymium, pionnière du genre, propose ce service aux e-commerçants. " Lorsque l'e-marchand reçoit un paiement en bitcoins, nous les convertissons instantanément en euros ou en dollars ", souligne Gonzague Grandval, cofondateur et CEO de Paymium. Ici, c'est donc Paymium qui prend à sa charge le risque de volatilité du cours du bitcoin, et compense la différence auprès du marchand, si différence il y a. De son côté, l'e-commerçant est protégé à 100% contre une baisse inopinée du cours du bitcoin. Le coût d'une telle prestation varie selon les acteurs du genre, dans le cas de Paymium, cela coûte 20 euros par mois, sous forme d'abonnement. En outre, "l'implémentation de la solution sur le portail est très simple et tient en quelques lignes de code", assure Gonzague Grandval.

Reste un point qui n'est pas sans soulever de nombreuses questions, à savoir la capacité du grand public à appréhender et à adopter la technologie Bitcoin et sa monnaie numérique. Pour l'heure, difficile de se projeter, Mais Gonzague Grandval en prend le pari, " si l'évangélisation des consommateurs est un enjeu fort, c'est une technologie que les gens découvrent peu à peu, et qui j'en suis sûr, pourrait bien séduire rapidement la génération connectée ".