Mon compte Devenir membre Newsletters

Vente-privee.com : 1,6 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2013

Publié le par

Le spécialiste de la vente événementielle a dévoilé ses résultats pour l'année 2013, avec une croissance de 23% de ses ventes, le site marchand a généré 1,6 milliard de chiffre d'affaires l'an passé.

Vente-privee.com : 1,6 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2013

© Vente-privee.com


Érigé en modèle de réussite entrepreneuriale à la française, Vente-privee.com a dévoilé ses résultats pour l'année 2013. Avec une croissance de 23% de ses ventes en ligne, le portail a généré pas moins d'1,6 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2013 (dont 80% en France). Réputé pour sa performance en matière de commerce mobile, Vente-privee.com a réalisé en 2013, 35% de son activité via ce canal de vente.

Globalement, le site marchand a produit 10 100 ventes événementielles sur un an et écoulé 70 millions de produits. Vente-privee a expédié jusqu'à 150 000 colis chaque jour, et attiré entre 2 et 3 millions de visiteurs uniques quotidiennement. Et revendique aujourd'hui plus de 20 millions de membres à travers l'Europe.

Par ailleurs, le site a enregistré en 2013, une forte accélération de son activité aux Etats-Unis : 800 ventes ont ainsi été réalisées, soit un chiffre d'affaires de 50 millions de dollars ( +100% de croissance par rapport à 2012). L'an passé, la société a effectué 624 embauches, passant ainsi à un effectif global de 1 000 à 2 000 employés en trois ans.

La visite de François Hollande

La réussite de Vente-privee.com ne passe pas inaperçue. Le Président de la République, François Hollande, a d'ailleurs effectué un déplacement dans les locaux de la société, quelques jours avant la publication des résultats. "En France, nous sommes aussi capables d'inventer, de soutenir les entreprises et de faire confiance aux entrepreneurs", a-t-il déclaré.

Remarquant par ailleurs, que le succès des entreprises françaises se cantonnait encore trop souvent à l'échelle de l'hexagone. "A chaque fois qu'il faut arriver à une taille européenne, [les entreprises] ont des difficultés, qui tiennent parfois à la fiscalité, donc nous allons la réformer, mais aussi aux financements, donc nous allons les améliorer, mais aussi à l'accompagnement que l'on doit apporter".