Recherche
Se connecter
En ce moment En ce moment

"RBS Change comprend de nombreuses fonctionnalités cross commerce en standard"

Publié par le - mis à jour à

Franck Stauffer, responsable produit chez RBS, revient sur les spécificités de la solution e-commerce RBS Change, qui lui ont permis d'émerger face à une concurrence féroce.

  • Imprimer

RBS commence à acquérir une notoriété certaine dans l'e-commerce. Pourriez-vous présenter la société et ses métiers en quelques mots ?
RBS est une société strasbourgeoise créée en 1997, dont les métiers sont l’intégration de solutions informatiques et l’édition de logiciels. RBS a pris un virage en 2005 lorsqu’elle a commencé à compter parmi ses clients, de nombreux spécialistes du Web, ressentant ainsi les premiers besoins de l’e-commerce. Nous avons alors décidé d’utiliser les compétences techniques acquises tout au long de ces années, afin de développer des modules e-commerce. La solution e-commerce RBS Change est ainsi née. Notre premier client était la chaîne de magasins alsacienne Aubert, et depuis, nous en avons acquis plus de 250 pour l’essentiel, des Français. Précisons par ailleurs, que depuis mars 2010, la solution a définitivement été basculée en mode open source.

Quelles sont les spécificités de cette solution ?
Afin d’émerger face à des concurrents très solides, comme Magento ou Prestashop, nous devions apporter une vraie valeur ajoutée. Cette valeur ajoutée s’articule autour de trois spécificités. La première a été de conserver la possibilité de gérer du contenu sur un site. C’est un choix de longue date que nous avons toujours maintenu en dépit de la volonté de certains acteurs, à une certaine époque, de n’avoir qu’un catalogue en ligne. Ceux-là aujourd’hui, se rendent compte du grand intérêt de proposer du contenu sur leur portail. La seconde spécificité est de pouvoir également adresser un public B to B, qui est devenu pour de nombreux sites aujourd’hui, un enjeu très important. Enfin, dernière spécificité, la dimension cross commerce, qui nous permet d’être les seuls à proposer des fonctionnalités de cross commerce en standard. On se rend compte à quel point cette notion devient clé pour les e-commerçants, et grâce à cette solution, on peut dire que l’on est en phase avec les besoins des clients.

Combien cela coûte-t-il à un e-commerçant ou à un distributeur traditionnel de s'équiper avec la solution RBS Change ?
La solution à un noyau open source, donc gratuit. En revanche, ce sont les modules qui sont commercialisés sous forme de licence. Pour un seul module, les tarifs s’échelonnent entre 300 euros et 8 000 euros. Le module permettant de gérer le cross commerce, par exemple, est commercialisé 110 euros par points de vente à équiper.

Chef de rubrique Commerce mobile pour E-Commerce Magazine et ecommercemag.fr. Applis, levées de fonds, nouvelles technologies, création de startups, moteurs [...]...

Voir la fiche

Sur le même sujet

Migrer sa plateforme e-commerce sur HTTP2
Techno & UX
Migrer sa plateforme e-commerce sur HTTP2

Migrer sa plateforme e-commerce sur HTTP2

Par Bouziane Hamzi, chef de projet fonctionnel, BU e-commerce - Keyrus

Dans leur quête de l'expérience client parfaite, les e-commerçants sont confrontés à l'un des vecteurs les plus importants d'insatisfaction [...]

BNP Paribas déploie le virement entre particuliers par simple SMS
Techno & UX
BNP Paribas déploie le virement entre particuliers par simple SMS

BNP Paribas déploie le virement entre particuliers par simple SMS

Par Dalila Bouaziz

Depuis ce mercredi 9 mai, la solution Paylib propose une nouvelle fonctionnalité de paiement mobile entre particuliers. Il sera désormais possible [...]

Quel impact de la recherche vocale pour l'e-commerce?
Techno & UX
Quel impact de la recherche vocale pour l'e-commerce?
naka - stock.adobe.com

Quel impact de la recherche vocale pour l'e-commerce?

Par Matthieu Muraccioli, head of business development chez Doofinder

Google indiquait déjà en 2016 que 20% des recherches sur son application Android aux États-Unis étaient vocales. Pour autant, cela augure-t-il [...]

La rédaction vous recommande