Recherche
Se connecter

French Tech : ses forces et faiblesses selon 4 dirigeants de PME

Publié par le

La French Tech, tout le monde en parle. Mais quelles sont véritablement ses forces et faiblesses ? Les dirigeants d'AB Tasty, Sparklane, Care Labs et AwoX témoignent.

  • Imprimer
"L'accompagnement de la French Tech est important"

"Nous faisons partie de la poignée de start-up réalisant un CA supérieur à 10 millions d'euros, dont 50 % à l'international", s'enorgueillit Alain Molinié, p-dg d'AwoX, spécialiste d'objets hybrides et connectés dédiés au Smart Home. Et, pour lui, la French Tech est un atout : "Elle nous met en avant, Bpifrance nous aide quasiment tous les ans sur le financement de l'innovation, la Coface nous soutient à l'export, nous avons bénéficié du travail effectué par la technopole de Montpellier, bref l'accompagnement est important", témoigne le dirigeant.

Pour la deuxième fois, AwoX intègre le programme Pass French Tech, dont l'entreprise était sortie l'année dernière, faute de croissance suffisante. "À notre niveau, il devient plus difficile d'être en hypercroissance", glisse-t-il. AwoX a levé 20 millions d'euros lors de son entrée en Bourse en 2014. "Un passage obligé pour financer la technologie sans être adossé à un acteur étranger", commente le p-dg. L'objectif d'Alain Molinié est de garder les rênes d'une entreprise qu'il veut industrielle et rayonnante à l'international. Pour lui, "Euronext est un superbe outil qui permet de prendre le relais et de créer une dynamique positive. Car peu d'entreprises sont capables de racheter les parts des investisseurs financiers initiaux par leur seul cash-flow".

AwoX

Activité : pure player d'objets hybrides et connectés dédiés au Smart Home
Ville : Montpellier (Hérault)
Dirigeant : Alain Molinié, 52 ans, p-dg
Année de création : 2003
Effectif : 75 salariés
CA 2016 : 10,37 M€

Véronique Méot

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet