Recherche
Se connecter
En ce moment En ce moment

Vestiaire Collective vise la place de n°1 mondial du luxe d'occasion

Publié par le - mis à jour à
Vestiaire Collective vise la place de n°1 mondial du luxe d'occasion

La start-up française opérant sur le secteur de la mode d'occasion de luxe vient d'annoncer une levée de fonds de 33 millions d'euros.

  • Imprimer

C'est l'une des plus importantes levées de fonds de l'année. La start-up française Vestiaire Collective a bouclé un tour de table de 33 millions d'euros mené par Eurazeo avec l'ensemble des investisseurs existants : Idinvest Partners, Balderton Capital, Condé Nast, et Ventech. Spécialisée dans la vente de vêtements d'occasion de luxe, Vestiaire Collective met ainsi en ligne chaque semaine plus de 20 000 nouveautés sélectionnées par une équipe de styliste, avec une particularité : 100% des articles vendus sont contrôlés physiquement par une équipe d'experts, censés éliminer tout problème de contrefaçon.

Un modèle qui a visiblement séduit la société d'investissement Eurazeo, nouvelle venue au capital de la start-up : "Au carrefour de l'évolution des modes de consommation, du digital, du communautaire, du luxe et des marques, Vestiaire Collective est représentatif du type d'investissement que nous souhaitons réaliser avec Eurazeo Croissance", a notamment expliqué Virginie Morgon, directeur général d'Eurazeo.

L'international dans le viseur

Cette opération s'inscrit dans une logique claire pour Vestiaire Collective : se déployer à l'international rapidement. Plus spécifiquement, alors même que deux commandes sur trois passent déjà les frontières, ce financement permettra de finaliser la construction européenne et de nourrir un plan de développement aux États-Unis, justifié par de premiers résultats encourageants.

Sébastien Fabre, CEO, Vestiaire Collective

"Nous construisons les conditions de l'hyper-croissance. Le soutien des investisseurs existants et l'arrivée d'Eurazeo renforcent notre volonté d'aller plus vite dans l'exécution du plan de développement international", indique Sébastien Fabre, fondateur et CEO de Vestiaire Collective. Par ailleurs, la plateforme prévoit de renforcer les équipes et d'utiliser en partie les fonds récoltés pour soutenir sa stratégie d'innovations, et développer la notoriété de la marque à l'international.

Lancée en 2009, Vestiaire Collective enregistre près de 100 000 nouvelles inscriptions mensuelles, rejoignant une communauté composées de 4 millions de membres. A ce jour, l'entreprise emploie 180 personnes, réparties dans les bureaux de Paris, de NYC, Londres, Berlin et bientôt Milan et Barcelone. En 5 ans, la start-up a levé plus de 60 millions d'euros, aurait généré 45 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014 et enregistre une croissance de 85% en accélération au premier semestre.


Chef de rubrique Commerce mobile pour E-Commerce Magazine et ecommercemag.fr. Applis, levées de fonds, nouvelles technologies, création de startups, moteurs [...]...

Voir la fiche

Sur le même sujet

L'application Vivino lève 20 millions de dollars
Top 100 Ecommerce
L'application Vivino lève 20 millions de dollars

L'application Vivino lève 20 millions de dollars

Par Stéphanie Marius

L'application Vivino, créée en 2010 et consacrée à la vente de vin en ligne, boucle une nouvelle levée de fonds destinée à assurer son déploiement [...]

Top 10 des marques qui ont fait le buzz en 2017
Top 100 Ecommerce
Top 10 des marques qui ont fait le buzz en 2017

Top 10 des marques qui ont fait le buzz en 2017

Par Stéphane Guillard

YouGov a publié son classement des marques qui ont le plus fait parler d'elles en 2017. Decathlon s'empare de la première place, tous secteurs [...]

Redressement fiscal : Amazon trouve un accord avec le fisc français
Top 100 Ecommerce
Redressement fiscal : Amazon trouve un accord avec le fisc français

Redressement fiscal : Amazon trouve un accord avec le fisc français

Par Dalila Bouaziz

Le géant américain annonce ce lundi 5 février avoir trouvé un "accord de règlement d'ensemble" avec le fisc français sur son redressement fiscal. [...]

La rédaction vous recommande