Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de L'intelligence émotionnelle

Chapitre I : Développer son quotient émotionnel

  • Retrouvez 6 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 1 déc. 2017
©

La boîte à outils de L'intelligence émotionnelle

8 chapitres / 57 fiches

  • Imprimer

" Toutes les grandes découvertes sont faites par ceux qui laissent leurs émotions devancer leurs idées. "

C. H. Parkhurst

Les émotions jouent un rôle dans presque toutes les activités professionnelles. Elles influencent les actions, les réactions et la manière dont les individus interagissent. Elles vont être impliquées dans la réussite des équipes mais aussi dans les tensions et les conflits.

Pour Mayer et Salovey, l'intelligence émotionnelle se définit comme l'" habilité à percevoir et à exprimer les émotions, ainsi qu'à réguler les émotions chez soi et chez les autres ". Elle correspond à l'interaction entre les dimensions cognitive et émotionnelle du cerveau.

Le quotient émotionnel permet de mieux cerner les attitudes et comportements, puisqu'il prend en compte d'autres facteurs que ceux mesurés par le quotient intellectuel : confiance en soi, affirmation de soi, etc. Il mesure la capacité des personnes à influencer leurs propres sentiments et ceux des autres et comment elles les expriment.

La structure du système nerveux

Le centre neurologique des émotions a un pouvoir immense sur le fonctionnement des autres zones du cerveau et notamment sur celles de la pensée. Le système nerveux central est le poste de commandement. Constitué du cerveau, du tronc cérébral, du cervelet et de la moelle épinière, il a un rôle d'intégration et d'émission des messages nerveux.

Le système nerveux périphérique se compose des nerfs sensitifs et moteurs issus de la moelle et du tronc cérébral. Il agit sur le fonctionnement des muscles et des organes et recueille les informations provenant du corps. Le système nerveux somatique transmet au cerveau l'information en provenance des différents secteurs sensoriels et permet de répondre à ces stimulations. Le système nerveux autonome contribue à l'équilibre du milieu intérieur, en coordonnant des activités comme la digestion, la respiration, la circulation sanguine, l'excrétion ou la sécrétion d'hormones.

Le système autonome est subdivisé en deux systèmes nerveux : sympathique et parasympathique. Le premier mobilise l'énergie en période de stress par l'accélération des rythmes cardiaque et respiratoire et de la pression sanguine. Il diminue l'activité digestive. Le second permet d'économiser l'énergie et de ramener les activités de base à leur niveau d'équilibre. Il ralentit les réactions exagérées du corps et calme les réactions émotionnelles. Il est possible d'agir sur le parasympathique à l'aide de certaines techniques et méthodes.

Le cerveau et les émotions

Le cerveau pilote le système de survie. Il traite l'ensemble des informations nécessaires pour que l'organisme s'adapte en fonction des signaux reçus. Dans le milieu professionnel, la plupart des événements et des changements ne sont pas dangereux physiquement. Mais le cerveau est conçu pour ne pas faire la différence a priori.

Le cerveau émotionnel intervient dans le raisonnement autant que le cerveau rationnel, les deux pouvant s'influencer mutuellement. L'action raisonnée va apparaitre dans un second temps, bien après l'émotion. Les décisions sont donc impactées par la tension émotionnelle présente.

Martine-Éva Launet, Céline Peres-Court