En ce moment En ce moment
Méthodologie

La boîte à outils du Développement personnel en entreprise

Chapitre IV : Gérer son stress

  • Retrouvez 10 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 28 nov. 2017
©

La boîte à outils du Développement personnel en entreprise

7 chapitres / 71 fiches

  • Imprimer

Définir le stress

Dans sa définition originelle donnée par le canadien Hans Selye en 1956, le stress est une réponse physiologique normale afin de stimuler notre organisme pour faciliter son adaptation à l'environnement. Selon cette définition, le stress est donc intrinsèquement neutre, mais sa coloration, positive ou négative, vient de la manière dont nous percevons l'événement.

Les mentalités actuelles et d'autres recherches voient le stress essentiellement sous son angle négatif, notamment à cause de sa panoplie d'effets néfastes pour la santé. Dans cette acceptation, Richard S. Lazarus définit le stress comme l'état qu'une personne éprouve lorsque la demande dépasse les ressources personnelles et sociales qu'elle est en mesure de mobiliser.

Ces deux définitions se complètent et incitent à approcher le stress sous deux angles :

  • cognitif, pour comprendre comment et pourquoi nous connotons certains événements de manière négative, pour changer au besoin cette perception ;
  • physiologique, pour limiter l'impact d'un état de stress prolongé qui se traduit à court terme par de la fatigue, une perte d'attention et une irritabilité. En effet, face à un stresseur (un événement déclencheur), notre organisme prépare automatiquement notre corps à l'action pour produire une réponse type " fuir ou combattre ". Autant cela est utile face à une menace d'ordre physique, autant c'est totalement inefficace dans le contexte professionnel avec des stresseurs d'ordre psychologique.

Mener une double action contre le stress

Pour diminuer le stress, retrouver calme et sérénité, nous conseillons d'agir parallèlement à deux niveaux :

  • En préventif, c'est-à-dire en apprenant à reconnaître et à traiter les facteurs déclencheurs d'un stress en soi. Un travail cognitif sur cinq outils permet d'ajuster son système de croyances pour éviter qu'il génère des réponses excessives.

    • La stratégie de coping permet de comprendre le processus inconscient qui fait que nous pouvons percevoir la situation comme un stress positif ou au contraire négatif.
    • Les croyances limitantes et les pensées automatiques visent à décoder nos petites phrases ou scénarios mentaux, à l'origine d'une réaction disproportionnée, pour les modifier et les empêcher de se mettre en place la fois suivante.
    • L'intolérance à l'incertitude et l'exposition volontaire reposent sur le même principe qu'un vaccin : en se mettant volontairement dans une situation inconfortable (d'abord de faible intensité), on apprend progressivement à la vivre de mieux en mieux.
  • En curatif si, malheureusement, nous n'avons pas suffisamment travaillé sur nous en amont ou si l'intensité du déclencheur dépasse certains niveaux.

    • La corbeille mentale est un processus qui consiste à prendre le réflexe de vider ses ruminations sur le papier ; aussi simple qu'il paraisse, le processus permet de les supprimer !
    • La respiration (abdominale) est un outil essentiel pour gérer physiquement son stress et induire un état de relaxation.
    • La cohérence cardiaque est un moyen de rééquilibrer son organisme face à un stress négatif tout en restant lucide et présent dans l'action.
    • La relaxation musculaire s'attache à délier les tensions et les noeufs qui s'accumulent dans notre corps à chaque fois que nous ne gérons pas la situation de manière équilibrée pour nous.
    • Enfin, la visualisation permet de créer un état de relaxation plus profond qui peut être utlisé soit pour évacuer des tensions, soit pour se conditionner positivement en vue d'un événement futur.
  • Laurent Lagarde

    Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
    rédactrice en chef

    La Lettre de la Rédac

    Recevez l'essentiel de l'actu

    E-commerce

    Small Business

    Event