Méthodologie

La boîte à outils des réseaux sociaux
Chapitre VI : Stratégie de positionnement et exploitation des données

Fiche 02 : SMO (réseaux sociaux et référencement)

  • Retrouvez 5 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 5 juil. 2016
©

La boîte à outils des réseaux sociaux

7 chapitres / 57 fiches

Le SMO (Social media optimization) regroupe les techniques de référencement via les réseaux sociaux, qu'elles soient sur le site (boutons de partage...) ou en dehors (blogs, commentaires...). Le référencement est l'une des principales préoccupations digitales de nombreux professionnels, que ce soit à titre personnel pour leur carrière, pour leur entreprise ou pour leur marque. Le référencement n'est pas tout, ce n'est pas une fin en soi mais un moyen d'accroître sa visibilité et sa reconnaissance. Que ce soit Google ou Bing, les moteurs de recherche prennent de plus en plus en compte les signaux sociaux pour le référencement des différentes pages.

  • Imprimer

Pyramide des objectifs de SMO

Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Même si les algorithmes et le fonctionnement exact des principaux moteurs de recherche (Google, Bing) n'est pas connu, les deux intervenants ont indiqué que le classement des sites dans leurs pages de résultats prenait en compte les signaux issus des réseaux sociaux. Le SMO est donc à prendre en compte si on veut utiliser toutes les méthodes pour essayer d'améliorer le référencement de ses différentes pages.

La difficulté vient de ce que ce n'est pas le propriétaire du site qui peut améliorer directement le référencement social de son site. Il doit mettre à disposition des internautes les éléments pour le faire. C'est-à-dire qu'il doit chercher à faire en sorte que ceux qui viennent sur son site aient envie de partager son contenu et leur donner les moyens de le faire notamment avec des boutons de partage.

Contexte

On a commencé à parler de SMO en 2006, avec 5 règles de base qui ont été publiées. Elles sont 17 aujourd'hui. Le SMO est à prendre en compte par tous ceux qui ont un site Internet qu'ils veulent rendre plus visible. Cela peut être un site personnel, un blog, un site d'entreprise... Le SMO ne se substitue pas au SEO (techniques de référencement " de base ") ni au SEM (référencement payant grâce à la publicité) ; il vient en complément.

Selon Forrester, la recherche via les moteurs comme Google ou Bing reste majoritaire (plus de 50 % des internautes). Mais, la recherche sociale est passée de 18 % en 2010 à 35 % en 2012. On observe une fracture numérique liée à l'âge : 50 % des 18/23 ans préfèrent rechercher via les réseaux sociaux, contre 22 % chez les 55/67 ans.

Avec la personnalisation des résultats annoncée par Facebook et le recours généralisé aux hashtags, le SMO est incontournable.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Avant de se lancer dans une démarche de référencement, qu'il soit technique (SEO) ou social, il faut déjà avoir défini sur quelles thématiques (mots-clés, expressions) on veut se rendre visible.
  • Il est également important de savoir sur quels espaces ses cibles (clients, prospects et ambassadeurs) ont le plus de chance de se trouver.

Méthodologie et conseils

" Rien n'a plus d'influence qu'une recommandation d'un ami. C'est plus influent que n'importe quel message publicitaire. " (M. Zuckerberg)

D'un point de vue technique, le site Internet doit contenir des outils de partage sur les réseaux sociaux. Ce sont des widgets, composés de lignes de code à intégrer dans le contenu des pages d'un site. Ils sont de 2 types. D'une part, des widgets de partage pour permettre à l'internaute de recommander un contenu donné à son réseau. D'autre part, des widgets de suivi pour permettre à l'internaute de suivre l'auteur des contenus sur les réseaux où il est présent. D'où l'intérêt d'avoir une présence sur plusieurs d'entre eux pour laisser le choix aux internautes de suivre sur les réseaux qui leur sont les plus familiers.

Avantages

  • L'intérêt du SMO est que ce sont les internautes qui se chargent de faire connaître l'émetteur du contenu. Il n'en est que plus crédible.
  • Cliquer sur des widgets de partage est de la publicité gratuite : l'émetteur du contenu n'a aucun coût.
  • Donner la possibilité de partager ses contenus est une attitude " 2.0 " très appréciée.

Précautions à prendre

  • S'il est facile de partager positivement pour recommander, il est tout aussi facile de le faire pour critiquer voire pour dénigrer.
  • Quand les contenus circulent, ils peuvent plus facilement être détournés ou copiés sans en mentionner l'origine.

Comment être plus efficace ?

Comment améliorer son référencement social ?

Les professionnels du web considèrent qu'aujourd'hui 12 règles sont à prendre en compte au-delà des 5 règles initiales, soit 17 au total. Les éléments principaux sont les suivants.

  • Les liens sont un élément important, qu'ils soient internes au site ou qu'ils viennent de sites tiers. Pour être pertinents, il doit y avoir un lien thématique entre les deux pages connectées. L'achat de liens ou l'échange de liens (A vers B et B vers A), les liens triangulaires (A vers B, B vers C et C vers A) sont généralement détectés et peu recommandés. Remerciez donc ceux qui en font spontanément parce que votre contenu les a intéressés.
  • Cherchez à faciliter la diffusion de vos contenus. Chaque article, chaque image, chaque photo de produit doit pouvoir être partagée rapidement et simplement sur les principaux réseaux sociaux. Ce sont des lignes de code assez courtes que tout webmaster sait mettre en ligne aisément.
  • Commencez par donner pour recevoir, par être une source et une ressource et n'attendez pas de résultat immédiat. Ne soyez pas calculateur.
  • Ciblez votre audience. Sachez où elle est présente en ligne et soyez-y présent.
  • Créez du contenu. Apportez de la valeur. Ne vous contentez pas de diffuser ou de faire suivre du contenu, créez-le. La qualité est essentielle. Elle ne garantit pas le succès, mais sans qualité il n'y a pas de trafic.
  • L'une des plateformes les plus efficaces pour améliorer le référencement est Google+, le réseau social de Google. Ce n'est pas le nombre de " +1 " obtenu qui aura un impact direct sur le référencement. En tant que tel, le nombre de " +1 " ne veut rien dire : qui l'a fait ? Les comptes qui recommandent le contenu sont-ils actifs et reconnus ? En revanche, il semble que le nombre de " +1 " ait un lien indirect sur le référencement. Si une page reçoit des recommandations sur Google+ c'est qu'elle est partagée donc prise en compte par Google. Cela lui permet de se faire connaître auprès de plus de lecteurs, qui pourront chacun la recommander à leur tour. Les nouveaux lecteurs, en voyant le nombre de partages sur les différents réseaux seront plus enclins à lire et à partager à leur tour.
  • Facebook qui travaille son moteur de recherche interne est peu enclin à faciliter la vie de Google pour repérer ce qui y est partagé. Twitter et Google n'ont plus de partenariat depuis 2011. Google privilégie donc son réseau Google+ et indexe plus rapidement le contenu qui y est recommandé.
  • Google cherche aussi à développer la personnalisation des résultats, notamment à partir de Google+. Quand quelqu'un apprécie un contenu sur le réseau, Google va davantage le mettre en valeur lors des recherches effectuées par ses contacts. Commencez donc par recommander avec un " +1 " toutes vos pages et tous vos contenus et augmentez la taille de votre réseau sur Google+ pour bénéficier au mieux de la personnalisation.

CAS Impacts des réseaux sociaux sur le référencement

Principaux critères d'impact sur le référencement

Source : http://www.searchmetrics.com/fr

Source : http://www.searchmetrics.com/fr


Gaël de Kerdanet, CarpeDiemQM

Les études Searchmetrix qui analysent près de 30 items pour établir une corrélation entre facteurs de référencement et position sur google, confirment l'importance des réseaux sociaux (7 sur les 10 premiers facteurs). Google+ et Facebook viennent derrière mots clés et liens entrants, méthode privilégiée des référenceurs jusqu'à la mise à jour " Pingouin " de Google en 2013.

Pourquoi ?

L'avenir de Google, financé par la publicité, dépend de sa pertinence pour les recherches des internautes. La guerre des moteurs de recherche est impitoyable et en changer facile : devant les manipulations toujours plus sophistiquées des spammeurs de contenus et de liens, Google mise sur la qualité intégrant les réseaux sociaux humains comme signal fort de qualité et donc des contenus ainsi partagés.

Comment ?

Pour les TPE/PME il est plus facile de promouvoir site et contenu à travers des réseaux sociaux qui les connaissent et amplifient un message pertinent et bien construit - donc générateur de trafic vers le site - plutôt que de tenter de convaincre des sites inconnus d'échanger avec eux des liens dont la pérennité est relative, la pratique douteuse (ne respectant pas vraiment les T&Cs de Google) et l'impact faible. Une trentaine de " Shares " et de " +1 " - associés à autant de liens entrants de qualité et un site optimisé - peuvent faire la différence sur le positionnement d'un mot ou d'une page vis-à-vis de la concurrence.

Pour des entreprises plus importantes, une stratégie social media s'impose pour plusieurs raisons : communiquer et galvaniser ses followers tout en générant un nombre élevé de Likes / +1 aide à la réputation du site et génère du trafic ciblé et qualifié, élément important pour Google ! Attention, l'optimisation du contenu des pages du site pour le référencement reste essentielle !

Auteur : Cyril Bladier © Dunod

Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Recevez l'essentiel de l'actu

E-commerce

Small Business

Event

Je m'inscris !