Méthodologie

La boîte à outils du Design management
Chapitre VI : Évaluer et financer le projet design

Fiche 01 : Évaluation des risques externes

  • Retrouvez 4 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 28 nov. 2017
©

La boîte à outils du Design management

9 chapitres / 52 fiches

  • Imprimer

3 types de risques externes


En résumé

Un projet design est inscrit dans un environnement avec des concurrents, des fournisseurs, des partenaires et des clients, mais aussi des instances juridiques, technologiques et politiques. L'analyse des risques externes fait écho à ces acteurs qui influencent dans quelle mesure l'entreprise pourra créer et capter la valeur créée. Certains risques peuvent être amoindris ; d'autres ne sont pas sous le pouvoir de l'entreprise car imposés par le cadre légal. Ce regard permet au manager de se poser des questions sur le projet design et de devancer les interrogations de la direction de l'entreprise à la question générique mais incontournable : " Quels sont les risques externes du projet ? "

Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Si le risque est considéré comme une conséquence aléatoire d'une situation, il est quantifiable : il est une éventualité, que l'on peut mesurer par des statistiques. Ceci dit, le risque est une représentation sociale : chaque membre du projet design a sa perception des risques et influence la définition même de l'analyse des risques. Ainsi, il s'agit d'une approche subjective qui s'inscrit dans le cadre strict, mais évolutif également, qui est celui de la loi. Le manager a la responsabilité de dresser avec ses pairs, la direction et chaque acteur du projet design, les risques susceptibles de survenir au cours du projet et lors de sa mise en oeuvre.

Contexte

  • En cas de création de nouveau produit, le manager du projet design peut voir apparaître des risques de marché.
  • Si le nouveau projet nécessite une modification des conditions de travail, le manager doit analyser les risques induits sous le prisme de la loi (cf. les risques psycho-sociaux ou RPS).

Comment l'utiliser ?

étapes

La manager interroge différents niveaux de risques externes :

  • Risque de marché : son niveau de saturation, la menace des concurrents sur les parts de marché, l'intensification de la concurrence sur le marché, la détérioration des relations avec les clients, l'adaptation des canaux de distribution aux clients visés, le degré de dépendance avec des partenaires.
  • Risque légal et juridique : la menace d'entrer en confrontation avec des droits de propriété intellectuelle et industrielle (ou DPI) d'autres acteurs, les modifications des contrats de travail des membres du projet et de parties-prenantes internes.
  • Risque technologique : son impact sur les dimensions environnementales et, plus généralement, sur le développement durable, les conséquences sur l'emploi et la qualité de vie des citoyens.

Méthodologie et conseils

  • L'environnement évoluant parfois très rapidement, il peut être opportun de solliciter des experts formés à l'analyse des risques concurrentiels, juridiques et technologiques, par exemple.
  • En cas de projet design courant sur une période longue, l'analyse des risques du début de projet est susceptible de devenir obsolète. Sa mise à jour régulière est nécessaire.
  • Les RPS sont sous le coup de la loi et s'imposent à l'entreprise (voir le site du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social : http://www.travailler-mieux.gouv.fr/Stress-les-risques-psychosociaux.html).
Avantages
  • Anticiper les risques extérieurs au projet design facilite son opérationnalisation et sa mise sur le marché.
  • Poser les contraintes peut être une opportunité pour un designer de les dépasser comme un défi à relever.
Précautions à prendre
  • Effectuer de la veille sur les risques professionnels notamment. Des instances extérieures telles que la Sécurité Sociale, la Médecine du travail, les Comités d'Hygiène et de Sécurité et des Conditions de travail (CHSCT), posent des règles précises et des principes clairs pour limiter les risques.
  • Il est important de tenir à jour le Document Unique d'Évaluation des Risques dans les services et entreprises (art. R. 4121-1 Code du travail, décret du 5 novembre 2001).

Bérangère SZOSTAK, François LENFANT

Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Recevez l'essentiel de l'actu

E-commerce

Small Business

Event