En ce moment En ce moment

L'avenir est dans le social commerce

Publié par le

Des pages Instagram aux allures de home pages marchandes, des bumpers YouTube ciblés en fonction des recherches Google... Les e-commerçants innovent sur les réseaux sociaux, selon Tatiana Ferré-Sentis et Rosalie Prévot, de l'agence Braaxe.

Je m'abonne
  • Imprimer
Comment se positionner?


Chaque levier de vente s'active de manière différente: le contenu doit être pensé en ce sens. Par exemple, on ne doit pas diffuser une publicité TV en story Instagram telle quelle. On doit l'adapter et la repenser avec les spécificités d'Instagram de sorte à ce qu'elle soit social first, adaptée aux codes de la plateforme. Il est aussi profitable (si en lien avec le discours de marque) d'investir les nouvelles plateformes à leur sortie et de se les approprier avant la concurrence. Pour faire résonner la marque dans l'esprit du consommateur, il est nécessaire de travailler son approche: phase de notoriété, de considération, puis provocation de l'acte d'achat via des stratégies média de retargeting. Comme pour la création, la stratégie médias des réseaux sociaux est propre à ce touchpoint et ne peut pas être activée ou mise en place de la même manière que sur du traditionnel.

Travailler le feed des marques sert désormais à se différencier de ses concurrents et à convaincre une communauté d'acheter. Les engagements et valeurs de la marque doivent y être partagés pour donner du sens à l'acte d'achat car ce sont les messages qu'elle fait passer qui lui permettent de se démarquer aujourd'hui. Les partenariats sont également importants, en lien avec les valeurs éthiques de la marque et du consommateur (exemple: Monoprix & Epicery -application de livraison locale à domicile qui se fait à vélo ou à pied).

Générer de la confiance: on peut craindre l'achat sur Instagram quand ce n'est pas le compte certifié d'une marque célèbre (exemple: Shein) mais à contrario, Wish fait fureur alors que les publicités sont douteuses et que l'offre va à l'inverse des tendances. En conclusion, les e-commerces doivent se renouveler, en trouvant leurs nouvelles valeurs ajoutées pour se différencier des nombreux nouveaux acteurs de la vente en ligne. Gageons que la part de vente des réseaux sociaux ne sera que grandissante avec le temps. Mais tous les acteurs de la vente doivent garder en tête que le mot final revient à l'internaute, à ses choix, sa manière de consommer, et surtout sa capacité à accepter de partager ses données à ses différents intervenants.

Tatiana Ferré-Sentis et Rosalie Prévot (Braaxe)

Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Recevez l'essentiel de l'actu

E-commerce

Small Business

Event

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet