Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine E-commerce
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

La métamorphose du commerce

Publié par le | Mis à jour le

Il n’y a plus de commerce physique, plus d’e-commerce : en 2022, le commerce se veut omnicanal. De nouvelles expériences de consommation qui passent aussi par les réseaux sociaux et le live shopping.

  • Imprimer

Le phénomène a pris une nouvelle ampleur à partir de 2020 : entre commerce physique et commerce en ligne, la frontière disparaît. La pandémie a engendré plusieurs mois de fermeture des commerces dits « non essentiels » dans notre pays. Ce faisant, elle a définitivement fait entrer le shopping on     line dans le quotidien de TOUS les Français.

Dans ce contexte, l’omnicanalité est devenue le standard. Selon l’enquête « Future of Commerce » 2022, basée sur les datas de la plateforme Shopify (collectées auprès de millions de marchands du monde entier), 54% des consommateurs repèrent les produits en magasin et les commandent ensuite sur Internet, et 53% font le contraire. « Mieux : un client veut pouvoir préparer un achat sur les réseaux sociaux, aller voir le produit en magasin, le commander sur son mobile et, en cas d’insatisfaction, le retourner en se déplaçant dans un Point Relais de proximité », observe Emilie Benoit-Vernay, Head of Southern Europe Expansion chez Shopify. L’expérience multicanale est devenue un critère de sélection des enseignes : 49% des consommateurs se disent plus enclins à acheter un produit s’ils savent qu’ils peuvent le commander en ligne et le retourner en magasin.

Une expérience « sans couture » que proposent quasi intuitivement les DNVB (Digital Native Vertical Brands) – ces jeunes marques digitales qui, de Ohmycream (cosmétique) à Pure Pills (produits d’entretien écoresponsables), viennent dynamiser le marché – mais qui reste un défi technologique et humain pour bon nombre de retailers. Selon l’enquête « Future of Commerce » 2022, 49% affirment que casser les silos entre commerce physique et digital sera l’un de leurs principaux challenges pour 2022.

 

Le boom du social commerce

Dans ce contexte, le social commerce, qui consiste à utiliser les réseaux sociaux comme canal de vente, a connu une véritable explosion ces derniers mois. Selon une récente étude publiée par le cabinet Accenture*, les transactions sur les plateformes sociales ont généré près de 500 milliards de dollars de revenus dans le monde en 2021 et leur chiffre d’affaires devrait être multiplié par 2,5 d’ici à 2025. En France, le phénomène est également bien présent. « Une multitude de marques, dont un grand nombre de Digital Native Vertical Brands (DNVB), utilisent des réseaux comme TikTok, Facebook, Pinterest ou Instagram comme canal de vente à part entière », note Emilie Benoit-Vernay. C’est le cas, par exemple, de la très télégénique Cristina Cordula, qui a su monétiser l’audience de sa communauté de plusieurs millions de fans pour créer une marque de cosmétique, Magnifaïk, disponible à la vente via un site dédié ainsi que directement sur les réseaux sociaux.

Autre manifestation de ce boom du social commerce, le live shopping a lui aussi le vent en poupe. En témoigne le succès de Bellepoque, qui propose aux marchands de proposer une expérience de live shopping à leur communauté. « L’idée, reprend Emilie Benoit-Vernay, est de créer l’événement sur les réseaux sociaux et de les utiliser comme un lieu de rencontre et de connivence avec sa communauté », comme le fait la jeune marque de cosmétique vegan All Tigers, qui a construit avec sa clientèle un véritable « marketing conversationnel ». Promis à un bel avenir, le phénomène n’en est qu’à ses débuts…

En savoir plus.

*Etude réalisée auprès de 10 053 utilisateurs des réseaux sociaux en Chine, en Inde, au Brésil, aux États-Unis et au Royaume-Uni, entre août et septembre 2021.