Recherche
Se connecter

Les fondateurs du groupe ShopInvest rachètent les 3 Suisses

Publié par le | Mis à jour le
Les fondateurs du groupe ShopInvest rachètent les 3 Suisses

Karine Schrenzel et Olivier Gensburger, cofondateurs du groupe ShopInvest, reprennent les 3 Suisses et se lancent le défi de relancer la marque française iconique.

  • Imprimer

Karine Schrenzel et Olivier Gensburger, dirigeants de ShopInvest, spécialisé dans la vente en ligne, viennent de trouver un accord de rachat avec l'entreprise lilloise Domoti, actuel propriétaire de la marque 3 Suisses. Le montant de la transaction n'a pas été révélé. 3 Suisses, fondé en 1932, connaît d'importantes difficultés et réaliserait aujourd'hui un chiffre d'affaires annuels de 120 millions d'euros, contre près d'1 milliard en 2005, selon le Journal du Dimanche.

"C''était un rêve pour nous de reprendre une belle marque patrimoniale telle que les 3 Suisses, avec un ADN fort et une histoire unique qui remonte à 1932. Chacun se souvient d'avoir feuilleté le catalogue des 3 Suisses qui trônait dans le salon. Aujourd'hui, nous souhaitons recréer la confiance et la complicité avec les Françaises, pour en refaire la marque "Chouchou" des femmes", commente Karine Schrenzel.

Les deux entrepreneurs prévoient de lancer un projet participatif, #Imagine3Suisses, en janvier 2019, sur les réseaux sociaux de la marque. Il s'agira de demander aux consommateurs leur opinion concernant l'avenir de 3 Suisses, avec des questions telles que: "Que vous évoque l'histoire des 3 Suisses?", "Que souhaitez-vous y retrouver ?", "Quel catalogue ?", "Quels nouveaux services?". L'ensemble des étapes-clé du relancement pourra être suivi pas à pas sur les plateformes sociales de la marque pour découvrir au printemps 2019 les nouveaux 3 Suisses: nouvelle proposition de valeur, nouvelle offre, nouveau look, nouveaux services....

Karine Schrenzel et Olivier Gensburger souhaitent humaniser la platefome, via des récits et des rencontres, notamment.

"Nous allons bien sûr développer la partie web, la rendre plus agile, plus mobile, mais nous allons également conserver un catalogue papier, avec des cycles de vie courts qui correspondent aux standards du Web. Le catalogue est un vecteur d'émotions, et un canal de communication incontournable avec nos clientes, déclare Olivier Gensburger. Nous sommes convaincus qu'il existe une alternative, française et émotionnelle, à l'achat en ligne froid et efficace et à l'automatisation à outrance."

no pic

Stéphanie Marius

Chef de rubrique

Ancien professeur de lettres modernes, secrétaire de rédaction durant quatre ans et aujourd’hui chef de rubrique pour les sites Ecommercemag.fr et [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet