En ce moment En ce moment

[Portrait] Éric Léandri, un entrepreneur du Web militant

Publié par le - mis à jour à
[Portrait] Éric Léandri, un entrepreneur du Web militant

En pourfendeur de l'hégémonie des plateformes américaines sur le Web, Éric Léandri, fondateur du moteur de recherche Qwant, a choisi de mener une bataille d'envergure.

Je m'abonne
  • Imprimer

De son île corse, dont il est originaire, il se plaît à imaginer un monde idéal où les internautes du monde entier seraient libres de surfer, affranchis de toute exploitation de leurs données. Son combat est noble: faire respecter l'article 12 des Droits de l'homme qui veille au respect de la vie privée. Agir pour la liberté. Voilà une bien belle ambition, sauf qu'au pays d'Internet, la commercialisation des données est devenue la norme depuis bien longtemps. à tel point que les internautes eux-mêmes en ont fait une monnaie d'échange. Comment dès lors créer une alternative et imaginer un business model respectant la neutralité du Net et le respect des données personnelles?

Moteur de recherche du XXIe siècle

En réponse, Éric Léandri décide de fonder Qwant en 2013, le premier moteur de recherche européen destiné au grand public qui respecte la vie privée et l'impartialité des résultats. "Sur Qwant, il n'y a aucun dispositif de traçage ou cookie permettant d'aller chercher des publicités selon votre profil. L'historique de vos recherches reste exclusivement stocké sur vos propres appareils et vous demeurez en permanence seul maître de vos données personnelles. Par ailleurs, toutes vos requêtes sont chiffrées afin que personne ne puisse les lire", explique le président.

C'est sa manière à lui de défendre une vision d'un Internet éthique du web et de naviguer vent debout contre les Google, Amazon et autre Facebook. "Créer un index européen, c'est un garde-fou essentiel, face aux géants du web. Je demande juste le droit d'exister pour permettre aux internautes d'avoir le choix", revendique-t-il. Mais pour choisir -voire élire- Qwant comme moteur de recherche par défaut, encore faut-il savoir qu'il existe. Pour pallier ce manque de notoriété, une campagne de publicité télévisée arrive sur les écrans ces dernières semaines. "Je voulais que nous soyons prêts, irréprochables! C'est deux fois plus dur pour nous que pour nos voisins. Nous devons prendre quelques précautions", justifie Éric Léandri pour expliquer cette prise de parole tardive.

Critiqué tous azimuts

Ces dernières semaines, des vents contraires se lèvent et la société Qwant est mise à rude épreuve. On évoque à nouveau des pannes de serveurs, un chiffre d'affaires qui peine à décoller, une nouvelle levée de fonds qui se fait attendre, des actionnaires ayant besoin d'être rassurés, Cédric O qui commande un audit, une dépendance forte à Bing pour l'indexation des requêtes... "On a droit à la totale, s'esclaffe le président de Qwant. Normal, on avance donc on dérange."

Et Le Figaro de titrer sur la stratégie du Calimero du petit poucet Qwant. Face aux critiques, Éric Léandri répond point par point et défend sa stratégie offensive et ses bons résultats. "Il a une énergie incroyable, témoigne Tristan Nitot, vice-président advocacy de Qwant. Il bataille beaucoup et jette toutes ses forces dans l'entreprise. Il va au charbon et dirige par l'exemple. Il défend ses valeurs humaines avec audace!" Déterminé, Éric Léandri joue de son physique imposant. Une carrure impressionnante et un phrasé sec qui rythme la conversation.

Pas de temps pour les apartés, Éric Léandri élude les questions trop personnelles et revient sur l'essentiel: sa défense des droits du citoyen au respect de son intimité. Face aux diatribes, il oppose les chiffres. "Qwant représente 4 à 5% du search en France, 2% en Allemagne et 1% en Italie. L'administration est en train de basculer sur notre moteur de recherche soit un potentiel de 2,5 millions de fonctionnaires. 10 régions sur 13 en France nous ont rejoint, 11 académies sur 17, mais aussi des banques. Nous avons ajouté 2000 serveurs supplémentaires". Enfin, le fondateur indique avoir recours à Bing à hauteur de 20% pour compléter les résultats et le déploiement des nouvelles technologies en interne, ce qui permettra à court terme à Qwant d'assurer 82% des requêtes. Qwant déclare indexer actuellement 20 milliards de pages et vise les 100 milliards d'ici à la fin de l'année.

Homme de réseaux, Éric Léandri s'infiltre dans les régions. Surtout dans le Sud où il co-préside le collectif French Tech Côté Azur. Et en Corse, bien sûr, où il a installé les bureaux de Qwant Music à Ajaccio, en 2017. Une des premières "verticales". Ont suivi Qwant Games, Qwant Shopping, Qwant Maps, Qwant Causes et Qwant Junior qui font partie de l'écosystème du moteur de recherche.

"Chacun de nos projets est compliqué à mettre en place. Le service "mail" sera lancé en septembre prochain. Le respect des données implique davantage de contraintes. On sécurise tout avec un lancement en septembre", annonce le patron de Qwant. Pour cet expert en sécurité informatique et télécom, la technologie et la data n'ont pas de secret. Il baigne dans le monde de l'IA depuis toujours et présente ses projets avec enthousiasme. "Un moteur de recherche, ce n'est que de l'IA. Nous faisons beaucoup de partenariats avec des petites start-up dans ce domaine." Qwant est très investi dans son projet de voiture autonome. Par ailleurs, Qwant est dans le jury d'Inception, programme qui observe et repère les start-up mondiales. Accompagné de Nvidia, spécialisée dans l'informatique visuelle, Qwant va lancer un assistant vocal. Bien sûr, il ne doit pas remonter la voix dans le Cloud. "On anonymise l'auteur de la demande, contrairement à Google par exemple", précise Éric Léandri.

Les institutions dans la poche

Enfin, il brandit la mission citoyenne de son moteur de recherche pour convaincre les administrations et les pouvoirs publics. En passe de gagner son pari, il s'appuie sur le RGPD pour légitimer son offre sur le marché. "En Europe, les internautes sont avant tout des citoyens qu'il faut protéger. Aux états-Unis, ce sont d'abord des consommateurs", argumente-t-il.

Aussi, la Commission européenne, le Parlement européen ainsi que de la Banque européenne d'investissement ont élu Qwant comme site de référence, comme de nombreux écoles, lycées et mairies. Éric Léandri continue à agir pour le respect du droit sur Internet et à grignoter, à son rythme, des parts de marché en Europe. Sans doute, le moteur de recherche Qwant finira-t-il par s'imposer comme un modèle alternatif. Les internautes reconnaissants ne manqueront alors pas de citer Mark Twain: "Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait."

Dates-clés

1998 - 2008 : Création de la société Mediacom Dirigeant de deux sociétés, Trustmission puis Mobilgov. Consultant en sécurité informatique.
2011 : Naissance la start-up Qwant.
2013 : Lancement du moteur de recherche européen Qwant.
2016 : Lancement de Qwant Music.
2018 : Lancement de Qwant Junior et d'une nouvelle version du moteur.


Je m'abonne

Marie-Juliette Levin

Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Recevez l'essentiel de l'actu

E-commerce

Small Business

Event

La rédaction vous recommande

Par Hipay 2018

En France pres de 95 des cyberacheteurs ont deja achete ou vendu des produits via une marketplace Levier de croissance incomparable le modele [...]

Sur le même sujet