En ce moment En ce moment

[Portrait] Sacha Poignonnec, entrepreneur voyageur

Publié par le - mis à jour à
[Portrait] Sacha Poignonnec, entrepreneur voyageur

Avec son acolyte Jeremy Hodara, rencontré dans les couloirs de McKinsey, Sacha Poignonnec a créé, en 2012, Jumia, qualifiée d'Amazon africain. Pour ces deux entrepreneurs, il s'agit de faciliter la vie des consommateurs en proposant une offre simple et adaptée à l'Internet mobile.

Je m'abonne
  • Imprimer

Pour ce Franco-Canadien, fils et petit-fils d'entrepreneurs ayant grandi dans le sud de la France, aller tenter l'aventure à l'étranger s'est imposé naturellement. D'abord, en tant que consultant pour d'importantes sociétés de conseil, comme Arthur Andersen ou McKinsey et Company, basée à Paris et New York. Sacha Poignonnec se spécialise alors dans la finance, la distribution et la grande consommation. Il conduit des missions sur des sujets liés à la stratégie, la croissance, le montage d'opérations pour des clients partout en Europe et en Amérique du Nord. Entre-temps, il monte une start-up, Accuracy, spécialisée dans les transactions financières.

Mais le vrai dépaysement débute à New York, quand il rencontre Jeremy Hodara, également salarié chez McKinsey. Les projets se bousculent dans la tête de ces deux trentenaires et leur goût pour l'entreprenariat s'affirme. "On voyait Alibaba se développer en Chine, Amazon en Europe et le marché de l'Asie du Sud-Est commençaient à prendre... Et puis, logiquement, nous avons imaginé monter un projet en Afrique", explique Sacha Poignonnec. Les jeunes Français se sentent alors très vite excités par ce projet. "L'Afrique est un mélange de territoires vierges et, en même temps, nous nous sentons culturellement et géographiquement proches d'elle", poursuit Sacha Poignonnec.

Relier les entreprises et les consommateurs sur le continent africain

En 2012, naît ainsi Jumia. Jérémy apporte sa sensibilité marketing et technique, tandis que Sacha se concentre sur les finances. L'idée de ce projet, non encore rentable à ce jour, mais au potentiel énorme: mettre en relation consommateurs, entreprises et entrepreneurs sur le continent africain. Comment? En recrutant des partenaires locaux qui pourront livrer partout en Afrique (y compris dans les villages les plus reculés) les produits de consommation courante (14 millions) et les services proposés sur la plateforme en ligne, désormais présente dans six régions, couvrant 14 pays (dont l'Afrique du Sud).

"Notre mission: améliorer la vie des Africains en aidant les PME locales"

Si la marketplace offre la possibilité de payer en ligne grâce à sa solution de paiement JumiaPay, son point fort repose sur la formule "Cash Delivery", très utilisée en Afrique. En 2017, Jumia a distribué plus de 8 millions de colis en s'appuyant sur un réseau de 3500 personnes employées directement et 100000 autres indirectement. "Notre mission est de permettre à des PME locales de se développer, de créer des emplois et d'utiliser la technologie pour améliorer la vie quotidienne des Africains", s'enthousiasme Sacha Poignonnec.

Le jeune dirigeant est aujourd'hui installé à Dubaï, où sa femme et ses trois enfants sont en passe de le rejoindre. "Comme je voyage en permanence, Dubaï est un choix stratégique, car la ville propose plusieurs vols directs quotidiens pour rejoindre les pays que l'on couvre", justifie Sacha Poignonnec. Sans oublier le Portugal, où est installé le centre de développement de Jumia et, bien sûr, les lieux de rencontre avec les différents partenaires et investisseurs, relais indispensables de la croissance de la société. Prochaine étape? "Aller gagner les batailles du business dans d'autres pays d'Afrique, continuer à réunir des investisseurs autour de la table et ainsi participer à la transformation numérique de l'économie africaine", conclut le cofondateur de Jumia.

Interview "café-croissant"

Quels sites consultez-vous au petit déjeuner?

Le Monde Afrique, Bloomberg Technology et Jumia.

Quel est le dernier Event digital qui vous a marqué ?
Le Digital2Equal initiative, organisé par l'International Finance Corporation (IFC) le 3 octobre dernier à San Francisco, car l'avenir est plus radieux avec davantage de femmes dans le management.

Quels sont vos followers préférés?
Ma femme, mais son compte est privé.

Quelle est votre dernière emplette high-tech?

Un tourne-disques! Rien ne vaut le son d'un vinyle...


Marie-Juliette Levin

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet