Recherche
Magazine E-commerce
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Les 10 innovations digitales à ne pas manquer en 2018

Publié par Dalila Bouaziz le

Ce mardi 13 février 2018 se tient à Paris le 11e forum Netexplo consacré à l'innovation digitale. Voici les 10 nouveautés digitales les plus prometteuses, venues du monde entier, sélectionnées et présentées cette année.

Je m'abonne
  • Imprimer

Whysker (Allemagne) donne le pouvoir aux mobinautes de monnayer leurs données

Entre Pinterest et Amazon, avec une interface comme Tinder et fondé sur la blockchain, Wysker cherche à révolutionner le m-commerce en rendant aux consommateurs la maîtrise de leurs données. Plus ils utilisent l'application en sélectionnant les produits qu'ils préfèrent, plus leurs données sont utiles aux marques.

Les utilisateurs gagnent ainsi des "Wystokens" que les annonceurs achètent si l'utilisateur accepte de voir des publicités. Ces tokens peuvent ensuite être utilisés sur le site des marques en question pour obtenir des remises. L'app a été lancée en janvier dernier.



Catakii (Brésil), le Tinder de la collecte des déchets

Créée par l'ONG Pimp My Carroça, l'application Cataki met en relation les personnes ayant des déchets à recycler et les "catadores", collecteurs d'ordures, de leur quartier. Plus de 1000 foyers et 300 catadores ont déjà téléchargé l'app.

Dans les futures versions, les gens pourront poster une photo des déchets dont ils souhaitent se débarrasser et les catadores pourront accepter ou rejeter la demande en swipant à gauche ou à droite, à la manière de Tinder. L'app permet de recenser et de valoriser une profession invisible, voire rejetée au Brésil et pourtant indispensable, et de développer le recyclage et l'entraide locale.

Status (Suisse) démocratise la cryptomonnaie

Une interface de messagerie pour faciliter et démocratiser l'utilisation d'Ethereum, la cryptomonnaie virtuelle la plus populaire après le Bitcoin. Status est à la fois un logiciel de messagerie mobile et une plateforme d'applications. Il permet ainsi d'envoyer des messages chiffrés (photos, textes, vidéos, sons), de réaliser des transactions monétaires cryptées mais aussi d'accéder à de nombreuses applications basées sur des protocoles décentralisés d'Ethereum (ETH).

Status est un projet open source dont la mission est de faciliter la transition vers un système financier plus ouvert basé sur Ethereum.

© Alexander Raths

"Cognitive hearing aid" (États-Unis) décide pour vous quelle conversation suivre

Les aides auditives seraient plus performantes si elles étaient capables de filtrer les conversations pour se focaliser sur l'interlocuteur qui intéresse le porteur. C'est désormais possible grâce à un prototype développé à l'Université de Columbia. Dans un environnement multi-conversationnel, l'appareil détecte vers quelle personne l'attention de l'utilisateur se porte grâce à ses ondes cérébrales, puis utilise un réseau neuronal pour séparer et amplifier la voix du locuteur écouté.

Avec cette innovation, on est dans une forme de coopération humain-intelligence artificielle fluide, où l'humain n'a même plus besoin de formuler son intention.


360ed (Birmanie) plonge les élèves dans une classe en réalité virtuelle

Pour rattraper des décennies de retard dans l'éducation au Myanmar (ex Brimanie), l'ONG 360ed mise sur la réalité virtuelle et augmentée, grâce à des lunettes en carton -coûtant quatre euros- associées à un smartphone. Pour les élèves, 360ed propose d'augmenter leurs manuels scolaires par des contenus interactifs et la réalité virtuelle.

Exemple ? Visiter les lieux qu'ils étudient en géographie. L'immersion leur permet de vivre personnellement ce qu'ils apprennent. Les enseignants peuvent eux se former en observant des professeurs du monde entier en visitant des salles de classe en Finlande ou au Japon.

SingularityNET (Hong Kong), une place de marché gratuite pour développer et monétiser l'IA

Pour que l'intelligence artificielle n'appartienne pas uniquement aux géants numériques, SingularityNet a créé une place de marché ouverte et gratuite fondée sur la blockchain. L'objectif est de permettre à tout le monde de créer, développer et monétiser l'intelligence artificielle par des smart contracts.

Cofondé par Ben Goetzel et David Hanson, les créateurs du robot Sophia, SingularityNET a fait appel à un ICO (initial coin offering) pour son financement.


"Neurala Air Sheperd Drones" (USA), des drones équipés d'IA pour lutter contre les braconniers

Des drones équipés d'intelligence artificielle pour protéger les espaces menacés et lutter contre le braconnage. Déployés en Afrique du Sud, au Malawi et au Zimbabwe par la Fondation Lindbergh dans le cadre de son programme Air Sheperd, les drones, équipés d'un logiciel d'intelligence artificielle développé par Neurala, identifient les animaux, les véhicules et les humains sans intervention humaine.

Un braconnier est repéré ? Les rangers sont immédiatement alertés. Le logiciel analyse des images infrarouges : très utile la nuit, moment privilégié par les braconniers pour passer à l'action. Un bon exemple d'une coopération réussie entre intelligence numérique et action humaine.

"Giuseppe" (Chili) vous fait déguster des mets créés par une IA

The Not Company est une entreprise de food-tech qui utilise l'intelligence artificielle pour créer des aliments à partir de plantes. Elle a développé Giuseppe, algorithme qui génère des substituts d'aliments connus à partir uniquement d'ingrédients végétaux, imitant le goût et la texture de l'aliment à recréer.

Giuseppe a été nourri d'une base de données décrivant à un niveau moléculaire les propriétés d'un grand nombre d'aliments et de plantes. The Not Company commercialise déjà sa mayonnaise et d'autres produits devraient rapidement suivre : un yaourt, du lait et du fromage. L'intelligence artificielle au service du développement durable.


"Hand that Sees" (Royaume-Uni) transfère une prise de décision de votre cerveau à votre main

Équipée d'une caméra, cette main bionique choisit automatiquement la meilleure façon de saisir les objets placés devant elle.

Conçue par des ingénieurs en biomédical à l'université de Newcastle, cette prothèse permet de faire un pas supplémentaire vers une collaboration symbiotique entre l'intention humaine et l'efficacité technique d'une intelligence artificielle : la main anticipe la saisie d'un objet avant même que l'humain ne formule son intention.

Stentrode (Australie), le contrôle d'un exosquelette par la pensée

À la manière d'un stent (petits ressorts) vasculaire, ce dispositif équipé d'électrodes est placé dans un vaisseau sanguin proche du cortex cérébral. Il détecte les signaux électriques normalement envoyés par le cerveau pour initier un mouvement. Les signaux captés sont ensuite transmis à un ordinateur dirigeant un exosquelette. Cette technique a l'avantage de ne pas nécessiter de chirurgie invasive.

Les paralysés pourraient ainsi contrôler un exosquelette par la pensée. Le procédé pourrait être adapté pour traiter d'autres pathologies comme l'épilepsie, la maladie de Parkinson et la dépression. C'est un exemple de collaboration fluide entre intention humaine et action de la machine numérique.


Chef de rubrique pour les sites Ecommercemag.fr et Relationclientmag.fr, ainsi que les magazines print associés, je couvre l'actualité des [...]...

Voir la fiche

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

E-commerce

Small Business

Event

E-commerce Offres Commerciales

l'Essentiel by NMG

Sur le même sujet

Retour haut de page