En ce moment En ce moment

La France lance sa propre "taxe Gafa"

Publié par le - mis à jour à
La France lance sa propre 'taxe Gafa'
© ©Maksim Kabakou - stock.adobe.com

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a présenté ce mercredi 6 mars lors du conseil des ministres sa taxe nationale sur les géants du numérique. Le projet de loi va instaurer une taxe de 3% sur leur chiffre d'affaires numérique réalisé en France, et sera effective à partir du 1er janvier 2019.

Je m'abonne
  • Imprimer

"Ces géants du numérique utilisent nos données personnelles, font des bénéfices considérables sur ces données et les rapatrient ensuite ailleurs sans payer leur juste part d'impôt, a pointé le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, ce mercredi 6 mars 2019. Cette taxe est une question d'efficacité des finances publiques. Les sommes levées permettront de continuer à financer écoles, crèches et autres services public. Il faut taxer la valeur où elle se crée. Toujours plus de marge et toujours moins de taxes, c'est tout simplement impossible." Le ministre indique ainsi que les géants américains du numérique payent en France 14 points d'impôts de moins qu'une PME européenne.

Le texte débattu en avril au Parlement

Face à l'échec de la taxe Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon, etc.) européenne, destinée à contraindre les géants du numérique à payer leurs impôts dans les pays dans lesquelles elles exercent, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire vient de proposer un projet de loi visant à mettre en place une taxe similaire sur le territoire français. Bruno Le Maire évoque une taxe de 3% sur le chiffre d'affaires numérique réalisé en France à partir du 1er janvier 2019 (activités de ciblage publicitaire, revente de données personnelles à des fins publicitaires, mise en relation des internautes par les plateformes). Elle touchera les entreprises dont le chiffre d'affaires mondial sur leurs activités numériques atteint 750 millions d'euros de chiffre d'affaires dans le monde et les 25 millions d'euros en France.

Elle devrait rapporter 400 millions d'euros en 2019, 450 millions en 2020, 550 millions en 2021 et 650 millions d'euros en 2022, selon le ministre.

Pour ne pas pénaliser les entreprises qui paient déjà leurs impôts en France sans recourir à l'optimisation fiscale, le montant de cette taxe sera déductible de l'assiette de l'impôt sur les sociétés (IS). Le projet de loi adopté mercredi en conseil des ministres devrait passer en première lecture au Parlement début avril.

La France ne renonce pas pour autant à parvenir à terme à une taxation internationale des entreprises du numérique. "J'ai bien conscience que redéfinir les règles fiscales ne peut se faire qu'à échelle internationale", souligne Bruno Le Maire. Le ministre français espère convaincre ses homologues européens qui se réunissent le 11 mars à Bruxelles d'adopter une position européenne commune à présenter au printemps à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Journaliste pour Ecommercemag.fr, Relationclientmag.fr et E-marketing.fr. Je suis en veille sur le retail, la consommation, mais pas que...

...

Voir la fiche
Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Recevez l'essentiel de l'actu

E-commerce

Small Business

Event

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Data room

Par La rédaction

Sites pionniers, objets vendus, protocoles... Alors que le Web fête ses 30 ans cette année, voici un quiz centré sur les faits qui ont marqué [...]